Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Signes, formes, représentations

Anthropologie du visuel

Georges Didi-Huberman
p. 497-499

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Georges Didi-Huberman, maître de conférences

Des images comme fluides (suite)

1L’enquête que nous menons depuis 2002 sur le motif warburgien de la Ninfa fluida nous a conduit, cette année – après les draperies et les chevelures renaissantes, après les vagues et les tourmentes romantiques, après les courants et les fumées de Marey –, vers un objet plus évanescent encore, qui est le souffle. Nous avons d’abord tenté une approche théorique du problème en discutant le concept, proposé par Pierre Fédida, d’un « souffle indistinct de l’image ». Nous avons interrogé le thymos grec. Nous avons établi un rapport entre formants du souffle et formules de pathos. Nous sommes revenus, non seulement à l’aura, mais aux Aurai sculptées dans le marbre du Tombeau des Néréides.

2C’est en suivant la problématique métapsychologique de Pierre Fédida que nous avons fait retour sur un motif capital de notre enquête, la dimension réminiscente de ce que nous avons, pour l’occasion, appelé des « gestes d’air et de pierre ». Et nous avons repris l’analyse là exactement où Fédlda l’aura laissée en suspens : à savoir dans la façon dont le souffle se fait plainte et dont la plainte se fait chant. Au moment même où nous prenions conscience, au-delà de Warburg, qu’un atlas – outil fondamental à l’historien des images – ne peut pas ignorer la dimension mobile (cinématographique) et sonore (musicale) des Pathosformeln, nous avons dégagé un nouvel objet fondamental pour notre enquête, un objet où Ninfa fluida se fait désormais Ninfa dolorosa : cet objet est la lamentation prise dans toutes ses dimensions formelles, historiques et anthropologiques.

3Nous sommes partis, pour explorer cette nouvelle bifurcation de l’enquête, du Addio – mais il vaudrait mieux l’écrire Ahh... Dio – des célèbres lamenti de Claudio Monteverdi. Puis, à travers un parcours qui nous a menés du lamento de Johann Christoph Bach – Ach..., dass ich Wassers g’nug hätte – jusqu’aux lamentations composées par Gustav Mahler, nous avons relu parallèlement les textes de Nietzsche sur la musicalité tragique et ceux de Nicole Loraux sur le Aïaï et le Aeï des Grecs anciens. Ce qui, par une analogie qu’il s’agira de construire plus rigoureusement dans le futur, nous a menés vers le ¡Ay ! du chant profond gitano-andalou. Il ne s’agit pas, pour nous, de s’improviser ethnomusicologue, mais d’accéder à la dimension sonore de certains gestes de deuil que l’iconographie visuelle – de Warburg à Ernesto De Martino, des sarcophages antiques aux photographies ethnologiques – documente déjà remarquablement. Voilà pourquoi nous avons invité les ethomusicologues Bernard Lortat-Jacob et Filippo Bonini Baraldi à venir commenter un film extraordinaire sur les lamentations tsiganes, ce qui nous a donné à réfléchir, une fois encore, à la Pathosformel en tant que « fait esthétique total ».

Publications

  • Avec L. Mannoni, Mouvements de l’air. Étienne-Jules Marey, photographe des fluides, Paris, Gallimard-Réunion des Musées nationaux (« Art et artistes »), 2004, 361 p., 151 ill.
  • « L’Image est le mouvant », Intermédialités. Histoire et théorie des arts, des lettres et des techniques, 3, 2004, p. 11-30.
  • « Formes du fond », L’Œil de Victor Hugo, actes du colloque, 19-21 septembre 2002, sous la dir. de G. Rosa et N. Savy, Paris, Éditions des Cendres-Musée d’Orsay, 2004, p. 179-195.
  • « Images malgré tout » (entretien avec Martine Ravache), L’Œil, 560, juillet-août 2004, p. 18-19.
  • « Anhaltspunkt für eine abwesende Wunde. Monographie eines Flecks », trad. M. Coelen, dans Stigmata. Poetiken der Körperinschrift, sous la dir. de B. Menke et B. Vinken, Munich, Wilhelm Fink Verlag, 2004, p. 319-340.
  • « Dialektik des Monstrums. Aby Warburg und das Paradigma des Symptomalen », trad. E. Torra, dans Bilder-Denken. Bildlichkeit und Argumentation, sous la dir. de B. Naumann et E. Pankow, Munich, Wilhelm Fink Verlag, 2004, p. 203-233.
  • « Azur et cendre », Ouvrir Couvrir, Lagrasse, Verdier, 2004, p. 41-81.
  • « L’image brûle », Art Press, 25, n° sp. « Images et religions du livre », 2004 p. 68-73.
  • « Der Tod und das Mädchen. Literatur und Ähnlichkeit nach Mauriche Blanchot », trad. an., Trajekte, V, 2004, 9, p. 27-37.
  • « Sous le regard des mots », préface à K. Winkelvoss, Rilke, la pensée des yeux, Paris, Publications de l’Institut d’allemand-Université de la Sorbonne nouvelle, 2004, p. 5-16.
  • « Ce que nous voyons, ce qui nous regarde » [trad. japonaise], Delta. Revue internationale pour la poésie expérimentale, 21, 2004, p. 37-45.
  • « L’image-sillage » [en japonais], Traces. Body and idea in contemporary art, sous la dir. de Shinichiro Osaki, Kyoto-Tokyo, The National museum of modern art, 2004, p. 28-37.
  • « Le souffle généalogique de l’image », L’Inactuel, N.S., 12, 2004, p. 33-49.
  • « Conoscenza par fusées : Warburg e Binswanger », trad. P. Montani, dans Lo sguardo di Giano. Aby Warburg fra tempo e memoria, sous la dir. de C. Cleri Via et P. Montani, Turin, Nino Aragno Editore, 2004, p. 249-276.
  • « Face à face à matière », dans 4th Taiwan International documentary festival, Taiwan, TIDF, 2004, p. 101.
  • « Une notion du “corps-cliché” au XIXe siècle », Parachute. Essais choisis, 1975-1984, sous la dir. de C. Pontbriand, Bruxelles, La Lettre volée, 2004, p. 207-231.
  • « Parabole du phalène. Parabel vom Schmetterling », trad. G. H. Holländer, Frau und Hund. Zeitschrift für kursives Denken, 6, 2005, p. 759-766.
  • « Die mimetische Unbändigkeit », trad. E. Alloa, dans Ansteckung. Zur Kôrperlichkeit eines âsthetischen Prinzips, sous la dir. de M. Schaub, N. Suthor et E. Fischer-Lichte, Munich, Wilhelm Fink Verlag, 2005, p. 153-166.
  • « Air et pierre », Recherches en psychanalyse, 3, 2005, p. 127-130.
  • Gestes d’air et de pierre. Corps, parole, souffle, image, Paris, Minuit (« Paradoxes »), 2005, 89 p., 4 ill.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Georges Didi-Huberman, « Anthropologie du visuel », Annuaire de l’EHESS,  | 2006, 497-499.

Référence électronique

Georges Didi-Huberman, « Anthropologie du visuel », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2006, mis en ligne le 01 avril 2015, consulté le 24 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/17682

Haut de page

Auteur

Georges Didi-Huberman

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals