Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Linguistique, sémantique

Philosophie de la logique et philosophie du langage : la prédication

Marion Carel, Pascale Haag et Oswald Ducrot
p. 532

Entrées d’index

Index thématique :

Linguistique‚ sémantique
Haut de page

Texte intégral

Marion Carel et Pascale Haag, maîtres de conférences
Oswald Ducrot, directeur d’études

1S’inscrivant dans la lignée de la Grammaire de Port Royal, Du Marsais et Beauzée admettent que nos énoncés ont la fonction de dépeindre nos pensées. Ils fournissent pour cela deux ingrédients : d’une part leurs termes pleins signifient les Idées à combiner pour découvrir la pensée reflétée ; d’autre part, la construction syntaxique fournit les opérations que l’interlocuteur doit faire pour retrouver la pensée dépeinte par le locuteur. C’est à cette seconde fonction de nos énoncés que nous nous sommes intéressés, autour de trois questions.

2L’opposition entre construction « naturelle » et construction « figurée ». Toute construction « naturelle » a-t-elle un sujet logique, constituant ce dont on parle – si oui, quel est le sujet logique de « il pleut » ? Une construction naturelle doit-elle être dicible – peut-on considérer que « il pleut » est dérivé de « la pluie pleut » par ellipse ? Les Encyclopédistes ont été comparés sur cela à Sanctius.

3Qu’est-ce qu’un jugement ? Qu’est-ce qu’une phrase ? Du Marsais et Beauzée ont été comparés sur ce point à Arnauld, Lancelot et Nicole. En quoi une phrase complexe (« les hommes, qui sont pieux, sont charitables ») est-elle une phrase si cette dernière unité est définie comme constituée d’un seul verbe et d’un seul sujet ? En quoi un texte entier n’est-il pas une phrase si cette dernière unité est définie – comme on le fait encore dans certains manuels contemporains de linguistique – comme constituée d’au moins un verbe et d’au moins un sujet ? Quelle cohésion particulière ont les phrases complexes, constituées de plusieurs jugements ?

4Des questions analogues se posent dans les traités sanskrits de grammaire et de philosophie du langage. Les théoriciens indiens de la parole, qu’il s’agisse de grammairiens, de logiciens ou d’exégètes des textes sacrés (Veda), s’interrogent sur la notion de phrase, les valeurs des cas grammaticaux, les relations syntaxiques ou les correspondances entre le monde de la langue et la réalité extralinguistique, etc. Ces problématiques ont été présentées et confrontées aux grammaires générales du XVIIIe siècle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marion Carel, Pascale Haag et Oswald Ducrot, « Philosophie de la logique et philosophie du langage : la prédication », Annuaire de l’EHESS,  | 2006, 532.

Référence électronique

Marion Carel, Pascale Haag et Oswald Ducrot, « Philosophie de la logique et philosophie du langage : la prédication », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2006, mis en ligne le 01 avril 2015, consulté le 25 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/17710

Haut de page

Auteurs

Marion Carel

Articles du même auteur

Pascale Haag

Articles du même auteur

Oswald Ducrot

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals