Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Droit et société

Droit, mœurs et politiques dans les théories sociales

Alain Mahé
p. 539-540

Entrées d’index

Index thématique :

Droit et société
Haut de page

Texte intégral

Alain Mahé, maître de conférences

1Avec la fondation durkheimienne, le droit est explicitement posé comme le symbole visible du phénomène moral qu’est la solidarité. Dans les diverses théories anthropologiques et sociologiques contemporaines, le droit est devenu une création en quelque sorte spontanée du social. La question est donc de savoir à quelles conditions nous pouvons penser l’articulation entre droit et société tout en ménageant la possibilité de penser le droit dans son irréductibilité à l’échange social. La conception durkheimienne du social comme structure de coercition du sujet est au cœur de notre réflexion. Notre objectif a été de montrer comment le statut de la contrainte dans l’œuvre de Durkheim est solidaire d’une pensée des fondements de l’ordre républicain français. Pour ce faire nous avons procéder à une réévaluation des concepts de règle, de régularité et de fréquence en montrant comment ces trois concepts dessinent une nouvelle configuration épistémologique dans laquelle l’idée de la contrainte est centrale. C’est parce que le droit est le « symbole visible » de la solidarité, dont les formes sont distinguées dans la division du travail social, qu’il revêt un privilège méthodologique significatif. En outre, la définition durkheimienne du fait social lui-même comme phénomène coercitif est tributaire d’un déplacement de la conception politique sur le fondement et la légitimité de l’autorité telle qu’elle prévalait dans les théories contractualistes. Si la sociologie naissante n’est pas une théorie politique proprement dite, elle a cependant un arrière-plan politique fortement marqué, qui est celui de la pensée sociale française post-révolutionnaire (conservatrice, socialiste et libérale).

2Le séminaire de cette année nous a permis de circonscrire plusieurs champs de recherche qui se rattachent à ce problème.

  • Le premier a trait au débat autour du statut de la statistique qui s’amorce à partir de la fin du XIXe siècle, aussi bien en France, qu’en Angleterre, en Allemagne et aux États-Unis. Selon l’optique durkheimienne, en marquant la résistance du fait par rapport aux variations individuelles, la régularité statistique exprime du même coup son caractère social contraignant. Le concept de régularité, pourtant, ne va pas de soi, et ne se dégage que très difficilement d’une discussion complexe dont nous voudrions renouer les fils. Il est l’objet d’un conflit entre différentes approches de la statistique, où l’on voit son sens et sa portée varier de manière significative. Ce problème épistémologique a de fortes résonances politiques en terme de gestion des populations et d’engagement de l’État au sein des dispositifs sociaux.
  • Un deuxième champ de recherche, fortement lié au précédent, a trait à l’élucidation de la notion de règle, dont l’usage est devenu très répandu en sciences sociales, principalement dans leur développement contemporain sous forme de sociologie de l’action, en référence à la tradition wébérienne et au pragmatisme anglo-saxon. Dans ce débat actuel, la pensée durkheimienne, taxée hâtivement de holisme ou d’objectivisme sociologique, est largement évincée. Or il est frappant de constater que la pensée durkheimienne, pour autant qu’elle se fixe pour but explicite de combattre l’anomie qui grève les sociétés modernes, n’a cessé de conceptualiser la notion de règle – l’anomie étant précisément l’absence pathologique de règle pour l’action. Simplement, cette notion de règle, liée à celle précédemment évoquée de régularité, n’a pas été suffisamment discutée par rapport aux références philosophiques et psychologiques qui lui servent d’appui (la philosophie de Kant, le néokantisme français du dernier tiers du XIXe siècle, la psychologie expérimentale anglaise, française et allemande, les études cliniques sur l’automatisme psychologique).
  • Enfin, et il s’agit du troisième champ de recherche que nous distinguons, la contrainte a une signification juridique évidente qu’il convient d’étudier pour elle-même. Elle apparaît d’abord à travers la notion de règle que l’on vient d’évoquer et qui doit être rapportée au concept de règle de droit qui connu un succès important à la fin du XIXe siècle. La socialisation de l’action coïncide avec son caractère réglé, ce qui incite à penser le caractère intrinsèquement juridique du social. Quelle pensée du droit est sous-tendue par cette perspective ? Sur ce plan, nous nous attachés à étudier le mouvement général de socialisation du droit qui a marqué le domaine de la science juridique pour en évaluer à la fois la portée et les limites. Plusieurs juristes, qui se réfèrent expressément et de façon très diverses aux théories durkheimiennes, ont été étudiés : Hauriou, Duguit, E. Lévy. Du côté des sociologues, il a principalement été question de ceux qui ont cherché à poursuivre l’impulsion durkheimienne d’un point de vue strictement juridique : Davy, Fauconnet, Gurvitch.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Mahé, « Droit, mœurs et politiques dans les théories sociales », Annuaire de l’EHESS,  | 2006, 539-540.

Référence électronique

Alain Mahé, « Droit, mœurs et politiques dans les théories sociales », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2006, mis en ligne le 01 avril 2015, consulté le 22 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/17720

Haut de page

Auteur

Alain Mahé

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals