Navigation – Plan du site
Conférences complémentaires
Histoire
Problèmes généraux

Nouvelles approches en histoire des institutions et des mouvements sociaux. Trajectoires d’engagement, réseaux d’organisations

Claire Lemercier
p. 595-596

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Claire Lemercier, chargée de recherche au CNRS

1Le séminaire a porté sur l’histoire des institutions et organisations collectives, entendues dans un sens très large (associations, partis, institutions consultatives). Elle a été envisagée à partir d’une question qui se pose aux sociologues, politistes et historiens sur des terrains variés, qu’il soit question de carrières professionnelles, de postes institutionnels et/ou d’« engagement » : celle des carrières complexes, des cumuls, des positions multiples. En partant de cette interrogation commune aux participants du séminaire sur leurs terrains respectifs (comment traiter de positions multiples et de carrières complexes à partir, pour l’essentiel, de sources écrites ?) ont été abordées des questions de fond aussi bien que de choix des sources et de méthodes. Ces différentes dimensions ont été envisagées conjointement, le séminaire étant fondé sur la discussion d’articles présentant un intérêt théorique et méthodologique, mais aussi des résultats empiriques. Ces articles étaient essentiellement issus de la sociologie et de la science politique, mais de courants divers de ces disciplines, en France et aux États-Unis ; l’accent a été mis sur les publications les plus récentes. Parmi les auteurs dont les travaux ont été discutés, on peut citer Christian Topalov, Pierre-Paul Zalio, Mark Mizruchi, Roger Gould, Doug McAdam. En outre, des travaux en cours ont été discutés en présence de leurs auteurs, Claire Lemercier, Françoise Battagliola et François Denord. Une grande unité de questionnement est apparue entre des séances qui portaient pourtant sur des domaines habituellement distincts : histoire des élites économiques, des mouvements sociaux ou encore des institutions réformatrices.

2La première partie du séminaire a plus particulièrement porté sur la question de la reconstitution de « trajectoires » ou de « carrières » institutionnelles ou d’engagement, avec ses enjeux en termes de sources (construction des données prosopographiques, usage des dictionnaires biographiques et des sources de type Who’s who), de méthodes (on a ainsi discuté les apports complémentaires de l’analyse de séquences et de l’event history analysis) et de concepts (effets d’âge, de génération, de contexte, disponibilité biographique, transférabilité d’un type de capital à un autre, espace des choix d’engagement possibles). La seconde partie du séminaire a plutôt mis l’accent sur les phénomènes de cumuls d’appartenances à un moment donné, en envisageant leurs ressorts et leurs effets tant du point de vue des personnes que des organisations. À travers deux terrains principaux, les liens entre conseils d’administration d’entreprises et les multi-appartenances au sein des mouvements sociaux (en particulier féminins et/ou féministes), on a envisagé là encore à la fois les méthodes (applications de l’analyse de réseaux, apports et limites) et les questions de fond (aspects stratégiques ou fortuits des cumuls, sens des multi-appartenances du point de vue des organisations). Enfin, la séance conclusive a présenté les interrogations actuelles sur la place de la notion d’« identité » dans l’étude des liens entre réseaux personnels et engagement, et en particulier sur l’idée de hiérarchisation entre identités multiples.

3Entre les séances de lecture et de discussion d’articles ont été intercalées quatre séances plus purement méthodologiques, en salle d’Informatique, qui avaient pour but de présenter de façon concrète différents aspects du traitement des données d’appartenances multiples et de carrières. Deux séances d’initiation ont porté sur la construction d’une base de données à partir de sources portant sur des appartenances individuelles et sur des traitements simples (tris, filtres, tableaux croisés). La troisième séance était une initiation à l’analyse de réseaux, et la dernière présentait un logiciel permettant de traiter des trajectoires en termes d’analyse de séquences ou d’event history analysis.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claire Lemercier, « Nouvelles approches en histoire des institutions et des mouvements sociaux. Trajectoires d’engagement, réseaux d’organisations », Annuaire de l’EHESS,  | 2006, 595-596.

Référence électronique

Claire Lemercier, « Nouvelles approches en histoire des institutions et des mouvements sociaux. Trajectoires d’engagement, réseaux d’organisations », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2006, mis en ligne le 01 avril 2015, consulté le 25 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/17784

Haut de page

Auteur

Claire Lemercier

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals