Navigation – Plan du site
Conférences complémentaires
Histoire
Histoire des sciences et des techniques

Le Paris savant : 1780-1840

Bruno Belhoste
p. 597-598

Texte intégral

Bruno Belhoste, professeur à l’Université Paris-X

1Ces conférences complémentaires poursuivent et achèvent le cycle commencé l’année dernière sur le thème du Paris savant. Le point de départ était une interrogation sur les rapports entre l’organisation des activités savantes et la structuration de l’espace urbain à ses différentes échelles et à ses différents niveaux. L’objectif était de dégager quelques caractères fondamentaux du champ scientifique parisien, à une époque où Paris représente la capitale des sciences en Europe, afin de mieux comprendre à la fois les raisons de son succès et celles de son déclin, au moins relatif, à la fin de la période. Après avoir étudié principalement des lieux institutionnellement décisifs au cours de l’année précédente, notre attention s’est tournée cette année sur des modalités moins concentrées et instituées de la vie scientifique parisienne. Ceci nous a amené à mettre l’accent non seulement sur des lieux, mais aussi sur des moments et des activités qui ont pu cristalliser certains traits du Paris savant.

2Dans une première séance, on a cherché à montrer en quoi et comment la fonction de capitale a déterminé quelques aspects essentiels du système de pouvoir dans l’univers savant parisien, en particulier les modes de clientélisme et de patronage intellectuel, que nous avons illustrés par l’étude comparée de quatre figures d’intellectuels « dominés » : Brissot, Hassenfratz, Auguste Comte et Saigey. L’analyse s’est poursuivie dans la séance suivante, centrée sur la Révolution et le renversement du système de pouvoir académique qu’elle a provoqué. Nous avons ensuite abordé la question du rayonnement international du Paris savant, en y étudiant la présence étrangère. L’accent a été mis sur sa diversité, qui trouve sa traduction dans l’espace urbain : étudiants étrangers du Quartier latin, « touristes » savants, professionnels ou amateurs, de l’Ouest parisien, « artistes » fabricants d’objets de science des quartiers du centre et de l’Est. Les deux séances suivantes ont été consacrées à la science-spectacle à Paris, à ses lieux et ses publics, la première centrée sur le spectacle des ballons dans les années 1780, la deuxième sur les formes de l’illusion, sur les panoramas et la photographie au cours du premier XIXe siècle. Avec la volonté de confronter, sinon d’opposer, le travail savant à ces « merveilles » de la science, et d’en dégager le caractère de localité, par contraste avec la vocation internationale de Paris, nous nous sommes intéressés également à la ville comme terrain d’observation et d’expérience pendant la période : depuis les fossiles de Montmartre jusqu’aux expériences de Dulong et Arago à la tour Clovis, en passant par les Inventaires botaniques, les enquêtes médicales et les études d’hydrologie, Paris et son environ immédiat ont offert une multitude de sujets de recherche, Intensément exploités par les savants parisiens. Nous avons terminé ce parcours en abordant de front deux aspects fondamentaux du Paris savant : le Paris enseignant, celui, officiel, du Quartier latin comme celui des multiples cours publics, plus ou moins éphémères, qui s’ouvrent dans la ville pendant la période ; le Paris industriel, celui du centre et des faubourgs, où la science est mobilisée, au travers d’institutions officielles comme le Conservatoire d’arts et métiers, mais aussi au travers d’un réseau dense d’établissements industriels, d’inventeurs et d’entrepreneurs, et mise au service d’une immense « fabrique » diversifiée, caractérisée par une innovation incessante.

3L’aspect volontairement kaléidoscopique et fragmenté de l’analyse, dans ces conférences, visait à mettre en évidence l’omniprésence de l’activité savante au sein de la vie parisienne, son caractère protéiforme et la diversité de ses modes d’inscription dans l’espace urbain. Il s’agissait de rompre avec une vision excessivement homogène et hiérarchisée de l’activité scientifique, qui demeure encore trop souvent dominante en histoire des sciences. Loin, pourtant, qu’il faille Isoler et opposer les différents niveaux et secteurs de la science, il convient, nous semble-t-il, d’aborder celle-ci comme un tout, susceptible évidemment de spécialisations mais conservant toujours, dans son exceptionnel foisonnement même, une profonde unité. C’est ce que nous aurons, du moins, cherché à montrer dans cette série de conférences.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bruno Belhoste, « Le Paris savant : 1780-1840 », Annuaire de l’EHESS,  | 2006, 597-598.

Référence électronique

Bruno Belhoste, « Le Paris savant : 1780-1840 », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2006, mis en ligne le 01 avril 2015, consulté le 26 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/17788

Haut de page

Auteur

Bruno Belhoste

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals