Navigation – Plan du site
Conférences complémentaires
Histoire
Histoire des sciences et des techniques

Le développement durable et la recherche scientifique : opportunisme ou refondation ?

Bernard Hubert
p. 601-603

Texte intégral

Bernard Hubert, directeur de recherche à l’INRA

1Le séminaire porte sur la pertinence de la notion de développement durable du point de vue de la recherche scientifique. Cette notion introduit-elle de nouveaux enjeux, de nouvelles questions qui conduiraient à renouveler certains thèmes, certains objets, voire même certaines pratiques de recherche ? Quels moyens la recherche se donne-t-elle pour intégrer un enchevêtrement de temporalités ? Quelles initiatives les différentes disciplines, en particulier sciences sociales, sciences techniques et sciences de la nature, prennent-elles pour améliorer leurs formes d’Intégration et s’approprier scientifiquement les enjeux posés par cette notion ?

2Le développement durable vise à surmonter ce que les oppositions, divisions et séparations peuvent représenter comme menaces de désintégration pour la société humaine ; l’idée d’intégration en est une idée maîtresse. Il a en outre à voir avec l’articulation du local et du planétaire, sans écraser l’un sur l’autre, et avec l’inscription du temps court de l’action ordinaire dans le temps long intergénérationnel, qui est aussi le temps de déploiement de processus biophysiques majeurs (biodiversité, climat, évolution de la fertilité des sols, accumulation de polluants dans les nappes profondes).

3Le noyau dur du développement durable comme question et comme défi tient aux relations entre les processus économiques et les transformations de l’environnement planétaire et des ressources qu’il abrite. Ces relations sont médiatisées d’un côté par la technologie, qui fait le passage entre le monde social et le monde physique, et de l’autre côté par la préoccupation pour l’équité sociale, dont la donne est en partie modifiée par l’émergence de la question environnementale et des nouvelles raretés qu’elle exprime ou qu’elle demande d’instituer. Cette dernière dimension inscrit le développement durable dans le registre des catégories normatives et pas seulement des catégories descriptives ou analytiques.

4La prise en charge intégrée, par la société, des trois dimensions (durabilité écologique, viabilité économique et équité sociale) généralement reconnues au développement durable ne peut pas se passer d’une volonté politique des acteurs individuels et collectifs. Ainsi, le développement durable trouve son espace d’existence intellectuelle dans l’entre-deux, là où la logique de la détermination s’entremêle avec celle de l’intention, entre une vision du développement qui se réalise par une nécessité inscrite au cœur de la réalité même et celle qui procède de l’affirmation d’une volonté politique et d’un projet économique. La chance que s’établisse un développement durable dépend in fine de la capacité des acteurs du développement à discerner les nécessités qui émanent de la réalité économique, sociale et écologique à laquelle ils sont confrontés et à y accrocher leurs projets dans un processus adaptatif qui sait tirer les leçons de l’expérience. Ni volontarisme ni déterminisme, tel est l’espace Intellectuel du développement durable.

5Une telle situation a des conséquences méthodologiques pour les chercheurs concernés. Il appartient à ces derniers de s’attacher à combiner deux ordres d’explication différents (par la détermination, par le projet et le choix intentionnel) et cette combinaison n’est envisageable que parce que chacun des ordres recèle en lui-même des trous, des liens qui ne sont pas noués, une incomplétude que les modèles et les analyses doivent trouver le moyen de prendre en compte de façon explicite, sans chercher à parvenir à une explication totale dans un seul ordre.

6Ainsi, le séminaire est-il organisé en trois parties. La première introduit les questions générales liées à la notion de développement durable (histoire du concept et contenu ; l’environnement comme nouvel objet de gouvernement ; conséquences pour la recherche scientifique : articulation des sciences sociales, techniques et de la nature ; la technologie en question : innovation et risques). Une deuxième partie donne des illustrations concrètes dans trois domaines thématiques (agriculture et développement durable ; de la sécurité à la sécurisation alimentaire ; réinterroger l’insertion territoriale). La dernière porte sur les modes de production et le contenu des connaissances scientifiques (indicateurs pour quoi et comment ? ; renouvellement du dialogue recherche/société – action collective et partenariat : la notion de dispositif ; diversité des recherches et pluralisme des modèles : mise à l’épreuve des concepts). Deux séances ont été consacrées à une discussion à partir de textes lus et commentés par les étudiants (un article de M. Jollivet « Le développement durable, notion de recherche et catégorie pour l’action. Canevas pour une problématique hybride » et un autre de R. Barbault « La vie, un succès durable » dans Le développement durable, de l’utopie au concept. De nouveaux chantiers pour la recherche, Elsevier, 2001, et le document « Agriculture et développement durable. Enjeux et questions de recherche » publié par l’INRA en novembre 2004).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Hubert, « Le développement durable et la recherche scientifique : opportunisme ou refondation ? », Annuaire de l’EHESS,  | 2006, 601-603.

Référence électronique

Bernard Hubert, « Le développement durable et la recherche scientifique : opportunisme ou refondation ? », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2006, mis en ligne le 01 avril 2015, consulté le 23 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/17793

Haut de page

Auteur

Bernard Hubert

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals