Navigation – Plan du site
Conférences complémentaires
Sociologie

Le conflit du Proche-Orient et l’engagement journalistique

Jérôme Bourdon
p. 643-644

Entrées d’index

Index thématique :

Sociologie
Haut de page

Texte intégral

Jérôme Bourdon, professeur à l’Université de Tel-Aviv

1Le séminaire a été consacré à l’analyse de la controverse sur la couverture du conflit du Proche-Orient depuis le début de la deuxième Intifada (octobre 2000). À des participants dont beaucoup étaient venus pour dresser un acte d’accusation, on a proposé de comprendre ce qui rend impossible la formation d’un conflit recevable dans l’espace public. Plutôt que partir de la critique systématique des médias, il s’agissait de lire la controverse comme un symptôme d’une crise ancienne et nouvelle.

2Crise ancienne autour de la couverture du conflit du Proche-Orient, car les arguments échangés remontent pour beaucoup aux origines du conflit. Ces arguments sont triples : autour de l’usage des termes sensibles (qui ne peuvent jamais éviter l’axiologie – terrorisme, État juif, esplanade des Mosquées, etc.), autour des métaphores implicites ou explicites (mur de « l’Apartheid », « collaborateurs », etc.), enfin autour de la causalité (tout jugement sur la causalité d’un « petit fait » emporte une appréciation, pour le lecteur sensible, de la responsabilité globale des acteurs dans un conflit long). Liés à la spécificité du conflit, maintes fois souligné dans ses enjeux multiculturels (plus que proprement religieux) et géostratégiques, ces arguments reposent de vieilles questions sur l’articulation entre le travail du journaliste et celui de l’historien.

3Crise nouvelle : le déclin des identités nationales, la montée d’affiliations communautaires d’autant plus intenses qu’elles sont incertaines, l’émergence de médias diasporiques, communautaires et transnationaux contribuent à la mobilisation voire à la constitution même de publics nouveaux. Outils pour prendre connaissance, mal ou bien, du monde, les médias deviennent aussi le lieu d’affirmations identitaires complexes. Internet joue ici un rôle central, moins médias de masse qu’outil de mobilisation extrême de publics concernés. Avec la réception par satellite (notamment France 2 en Israël), l’Internet contribue à déterritorialiser la question (mais pas, ou peu, à la dénationaliser). Des aperçus comparatifs (Royaume-Uni, États-Unis) ont montré aussi que cette controverse à ses versions nationales spécifiques, ainsi aux États-Unis (pays traditionnellement « pro-israélien » même s’il a connu une inflexion depuis les années quatre-vingt) et au Royaume-Uni (dont les médias, fait surprenant pour le pro-israélien français, sont plus vifs dans sa critique d’Israël que les médias français, ce qui renvoie autant à une tradition médiatique qu’à une position idéologique), même si les manifestations françaises en sont particulièrement aiguës. Des études de cas ont montré la spécificité de certains médias, due à leur position éditoriale et leur lectorat, ou encore au « medium » (au sens propre) qu’ils utilisent. En conclusion, il s’est agi de rendre droit à une critique des médias mieux assumée, qui réclame des journalistes une défense moins corporatiste (« on fait juste notre travail ») et une prise de conscience de leur rôle dans la « cité fragile » qu’est devenu aujourd’hui la nation. Les étudiants ont complété l’analyse des documents de la presse écrite (en salle de séminaire) par le visionnage de documents audiovisuels à l’Inathèque (Bibliothèque nationale de France), notamment des émissions de débats ou de médiation.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jérôme Bourdon, « Le conflit du Proche-Orient et l’engagement journalistique », Annuaire de l’EHESS,  | 2006, 643-644.

Référence électronique

Jérôme Bourdon, « Le conflit du Proche-Orient et l’engagement journalistique », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2006, mis en ligne le 01 avril 2015, consulté le 22 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/17855

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals