Navigation – Plan du site
Conférences complémentaires
Signes, formes, représentations

Écrire en langue vernaculaire dans le monde hispanique : la littérature, espace de liberté et de polémique

Dominique de Courcelles
p. 654

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Dominique de Courcelles, directrice de recherche au CNRS

1L’espagne, depuis l’Antiquité classique, est une zone de contacts entre les cultures et de traductions en langue latine puis en langues vernaculaires à partir du XIIe siècle. Ont été examinées les conditions et les pratiques de langue et de langage qui ont contribué à la constitution d’une conscience et d’une expression moderne d’un sujet doué de liberté et apte au débat dans l’empire espagnol de la première modernité. Il y a des seuils qui structurent l’expression et la conscience de soi, en les rendant possibles. Les principales questions posées ont été les suivantes : Quel est le rapport entre l’événement, les événements de l’histoire et la création littéraire dans la péninsule ibérique puis dans le monde hispanique ? Comment la littérature est-elle travaillée de résurgences de Sénèque à Cervantes ? Comment s’effectue la circulation des figures du passé ? Comment s’opèrent les recompositions et les recontextualisations ? Comment se croisent ou s’affrontent les enjeux politiques, théologiques, poétiques de l’écriture de l’histoire ?

2Trois grands ensembles de textes ont été considérés : l’historiographie, la littérature de création, la biographie. A été prise en compte l’Imbrication des mondes ibérique et hispano-américain.

3Les séances se sont réparties ainsi : Introduction, mise en contexte ; De Isidore de Séville (De natura rerum) à Alfonso X (Calila e Dimna) ; Alfonso de Palencia et Garcí Rodríguez de Montalvo : historiographie et roman de chevalerie ; Tirant lo Blanc, l’écriture romanesque de la perte de Constantinople ; Écrire l’événement de la découverte du Nouveau Monde : entre politique, théologique et poétique, un défi face aux pouvoirs ; La Confession d’un pécheur : écriture de soi ou affirmation théologique au risque des pouvoirs ; Donner à voir, donner à penser : la Silva de varia lección de Pedro Mexía ; Analyse des tratadistas de la historia ; Sur le Lazarillo de Tormes, entre réel et fabuleux, vraisemblable et véridique ; Espagne-Nouvelle Espagne : le récit des fêtes de la canonisation de Jean de la Croix à Mexico.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dominique de Courcelles, « Écrire en langue vernaculaire dans le monde hispanique : la littérature, espace de liberté et de polémique », Annuaire de l’EHESS,  | 2006, 654.

Référence électronique

Dominique de Courcelles, « Écrire en langue vernaculaire dans le monde hispanique : la littérature, espace de liberté et de polémique », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2006, mis en ligne le 01 avril 2015, consulté le 21 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/17871

Haut de page

Auteur

Dominique de Courcelles

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals