Navigation – Plan du site
Enseignements organisés par les centres de recherche de l’EHESS

Centre d’anthropologie

Agnès Fine, Jean-Pierre Albert, Anne Bouchy et Annie Paradis
p. 672-674

Entrées d’index

Centres de recherche :

Centre d’anthropologie
Haut de page

Texte intégral

Agnès Fine, directrice d’études
Annie Paradis

La dimension sexuée de la vie sociale. « Textes et paroles, musiques et danses »

1Séminaire interdisciplinaire « Genre » de l’École doctorale TESC de l’université Toulouse-II, organisé avec le Centre d’anthropologie.

2Lire, écrire, parler, chanter, jouer de la musique, danser, autant d’actes de communication le plus souvent sexués. Quelles sont l’histoire et la signification de ces partages entre les sexes, très différents selon les sociétés et les époques ? Cette année, les quatre journées d’études ont mis la musique en jeu, tant sur le plan des représentations, que sur celui des pratiques et des enjeux sociaux qui les sous-tendent. Historiens, anthropologues, sociologues, musicologues et littéraires ont présenté leurs recherches, et débattu avec un large public composé de chercheurs, d’enseignants, de doctorants ainsi que de musicologues et musiciens.

3Au cours de la première journée intitulée « Pouvoirs et charmes des musiciennes », nous avons débattu des exposés d’Annie Paradis (ethnologue) sur les figures allégoriques de la musique depuis le Moyen Âge, Christine Guillebaud (ethnomusicologue) sur les voix de femmes et la construction du savoir musical en Inde du Sud (Kerala), Aline Tauzin (ethnologue) sur les femmes et la musique en Islam, Alain Ballabriga (anthropologue) sur les sirènes de l’Antiquité grecque.

4La deuxième journée intitulée « Voix de femmes », a permis la confrontation des analyses de Marie-Françoise Vueuille, musicologue, sur les sopranos coloratoure de l’opéra, Julie Deramond (doctorante en histoire) sur Jeanne d’Arc et ses voix dans l’histoire musicale, Mylène Hernandez, doctorante en anthropologie, sur les chants ou la voie des femmes à Monsanto (Portugal), Caterina Pasqualino, ethnologue, sur les danses des femmes et chants des hommes chez les Gitans flamencos.

5La troisième journée a été centrée sur « Le sexe des instruments ». Nous avons entendu les exposés de Christophe Vendries, historien, sur le féminin dans la musique de la Rome antique, Sophie Mano, doctorante en histoire, sur les femmes et la musique dans la Rome antique, Marie Baltazar, doctorante en anthropologie, sur « Masculin, féminin : l’orgue et son organiste », enfin Annie Paradis, ethnologue, sur « Mozart du côté des garçons : flûte enchantée, carillon magique »

6La dernière journée thématique a porté sur « la condition musicale », avec les exposés de Marc Perrenoud, socioethnologue, sur le paradoxe du « musicos », Marie Buscatto, sociologue, sur les femmes et le jazz, Catherine Monnot, doctorante en anthropologie, sur les petites filles, la télévision et la chanson.

7Ces journées ont permis de défricher un champ très neuf qui exige des échanges interdisciplinaires approfondis. Elles constituent une première étape de réflexion qui sera poursuivie dans un prochain numéro de la revue Clio, histoire, femmes et sociétés, que prépare actuellement Agnès Fine.

Jean-Pierre Albert, directeur d’études
Anne Bouchy, directrice d’études à l’EFEO

L’innovation religieuse. Études comparatives

8Au cours de cette première année, nous nous sommes intéressés à une modalité très spécifique de l’innovation religieuse, la prise de distance critique par rapport aux croyances partagées. Celle-ci, qui a le plus souvent la forme de ce qu’en terre chrétienne on nomme l’hérésie, n’a-t-elle pu, y compris dans un passé lointain ou dans des sociétés qui n’ont connu que tardivement une modernisation à l’occidentale, déboucher sur une véritable incroyance ? Les différents séminaires, étayés par des dossiers relatifs à l’Antiquité, au Moyen Âge européen et à l’Inde, au Japon et au Népal d’aujourd’hui, ont permis de clarifier les distinctions entre la simple transgression des obligations (en particulier d’ordre éthique) dictées par un système religieux, l’irréligion (compatible avec un certain déisme, ou la proposition d’un rapport au divin épuré de ses aspects « superstitieux »), des formes de doute sur les énoncés religieux associés à une attitude qui est précisément celle de la croyance et, enfin, l’Incroyance proprement dite. L’accent a été mis également sur les questions de fond que soulève la simple tentative de produire une typologie transculturelle de ces attitudes. Chaque séance a débouché sur la mise au point d’un document écrit dont la publication est envisagée dans le cadre d’un ouvrage collectif.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Agnès Fine, Jean-Pierre Albert, Anne Bouchy et Annie Paradis, « Centre d’anthropologie », Annuaire de l’EHESS,  | 2006, 672-674.

Référence électronique

Agnès Fine, Jean-Pierre Albert, Anne Bouchy et Annie Paradis, « Centre d’anthropologie », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2006, mis en ligne le 01 avril 2015, consulté le 23 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/17892

Haut de page

Auteurs

Agnès Fine

Articles du même auteur

Jean-Pierre Albert

Articles du même auteur

Anne Bouchy

Articles du même auteur

Annie Paradis

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals