Navigation – Plan du site
Enseignements organisés par les centres de recherche de l’EHESS

Centre d’études byzantines, néo-helléniques et sud-est européennes

Georges Drettas, Jean-Pierre Arrignon et Bosko Bojovic
p. 678-680

Texte intégral

Georges Drettas, chargé de recherche au CNRS

Anthropologie linguistique des Balkans

1Cette année, nous avons systématiquement étudié les dialectes bulgaro-macédoniens de la Grèce septentrionale, en nous appliquant plus précisément à deux variétés :

2Lila Adhamou continue de présenter ses analyses morpho-syntaxiques du parler de Liti (anc. Ajvati), en se focalisant sur le système verbal. Cette variété est particulièrement intéressante dans la mesure où elle se situe près de l’ancienne « frontière du jat » de la dialectologie classique et où elle présente des divergences structurelles assez remarquables d’avec les autres dialectes méridionaux et occidentaux de l’ensemble considéré. La causalité de ces divergences fait émerger des questions méthodologiques complexes, dans la mesure où la micro-région connaît un processus de changement de langue, depuis plus de quatre-vingts ans.

3Quant à moi, j’ai étudié, aux fins de comparaison inter-dialectale, un texte de conte du village de Xr. (région de Edhessa). L’examen linguistique et ethno-linguistique d’une version du texte « Mara la Blanche », permet de rappeler les structures de base du dialecte tout en se focalisant sur le système verbal et ses marqueurs (aspect, aktionsart, mode, etc.). La comparaison de chaque élément se fait avec le dialecte précédent que décrit L. Adhamou, mais également avec le grec. On a essayé de déterminer plus précisément les valeurs du mode narratif, ou médiatif selon Z. Guentchéva, en opposition à celles de l’aoriste et de l’Imparfait. L’examen montre que le médiatif de ce parler connaît un clivage opérant au plan énonciatif selon la référence personnelle (actant obligatoire marqué dans la désinence verbale) : à la première et à la deuxième personne, la forme en -l, médiative, assume une valeur admirative impliquant une focalisation. À la troisième personne, la forme assume une valeur narrative-atestimoniale, comparable à ce que l’on observe dans d’autres dialectes bulgaro-macédoniens.

Jean-Pierre Arrignon, professeur à l’Université d’Artois

Les relations politiques, économiques et culturelles des peuples slaves au sein de l’oikouménè byzantine : l’exemple de l’Alexandria serbe et russe

4L’étude du roman d’Alexandre dans sa version russe a constitué la base de notre enseignement en comparaison avec la version grecque du Pseudo-Callisthenes. Nous avons ainsi pu montrer la technique de traduction et de composition de la version russe soucieuse de faire d’Alexandre un héros qui prolonge la tradition prophétique. Systématiquement insérés dans le document à la suite des Prophètes, son action et ses victoires apparaissent comme le signe de la présence divine qui l’habite. Alexandre, comme les Prophètes, annonce la venue du Christ ; ses victoires ne sont que la manifestation de la volonté de Dieu à travers son héros.

5Cette prophétisation d’Alexandre à travers la littérature, s’est aussi traduite dans l’art. Les sculpteurs de l’église Saint-Dimitrij de Vladimir (XIIIe siècle) qui placent Alexandre sur la façade de l’église, sur le même plan iconographique que les prophètes Isaie, Daniel et Ezechiel, ont parfaitement compris le message de la version russe du texte.

6Cette démarche d’acculturation des Russes à travers les textes antiques dont ils assument l’héritage est tout à fait caractéristique. L’héritage grec antique est bien assumé mais toujours placé dans le champ de la tradition chrétienne. Il y a parfaite continuité entre l’adaptation grecque du Digenis Akritas et celle du Roman d’Alexandre. Les deux œuvres concourent à la diffusion du message chrétien. Cette instrumentalisation des œuvres antiques a bien sûr des conséquences. Il est difficile de parler de traduction mais plutôt d’interprétation de ces œuvres dans le contexte de la diffusion du christianisme.

Bosko Bojovic, professeur associé

Historiographie contemporaine du Sud-Est européen

7Le séminaire de l’année 2004-2005 a été consacré essentiellement à l’histo-riographie contemporaine, à la composition et à la recomposition de la mémoire historique. Les travaux et les publications bibliographiques et les études sur l’historiographie du XXe siècle ont été notamment étudiés. Les manuels universitaires et scolaires, les livres et publications d’histoire récentes ont été présentés et commentés, notamment ceux de l’historiographie roumaine, albanaise, ainsi que des pays de l’ex-Yougoslavie. Les importants travaux de synthèse, les collections de sources, les chaires universitaires, les revues, les instituts et autres centres de recherche, ainsi que surtout les grandes archives et autres institutions relatives à l’historiographie contemporaine ont été mis en évidence. Témoins de la mémoire vivante et de sa recomposition en cours, les sources audio et vidéo se rapportant à la deuxième moitié du XXe siècle, y compris les œuvres cinématographiques de Slovénie, Bosnie et Herzégovine, Croatie, Serbie et Monténégro, Macédoine ont été présentés et mis à la disposition des étudiants.

8Les siècles de mémoires croisés et antagonistes ont laissé des traces indélébiles sur la perception du passé sud-est européen. Les efforts récents pour surmonter les incompatibilités des historiographies s’avèrent nettement insuffisants pour transcender les clivages traditionnels.

9Les guerres de l’ex-Yougoslavie à la fin du XXe siècle ont d’autre part laissé des séquelles profondes dont les plaies commencent à peine à être soulagées.

10Les guerres balkaniques, les deux guerres mondiales et enfin les guerres issues de l’éclatement de la Yougoslavie représentent une toile de fond considérablement chargée, sans parler des destructions et autres dispersions des fonds d’archives consécutives aux guerres et révolutions. La carence des institutions démocratiques et l’instrumentalisation idéologique des sciences humaines représentent un autre phénomène rémanent de cette historiographie contemporaine.

11L’impact de la mémoire collective sur les mouvements identitaires, les dévoiements de l’historiographie, y compris dans l’enseignement scolaire et universitaire, la responsabilité de l’historien par rapport à l’intégrisme et l’impact des régimes autoritaires forment un contexte de forte interférence politique. C’est aussi une question du plus grand Intérêt pour l’avenir des pays en transition.

12Faut-il réécrire l’histoire contemporaine du sud-est européen, reprendre l’enseignement de l’histoire, de la littérature et autres sciences humaines, restaurer le dialogue entre les historiens prêts à se confronter avec les pages les plus opaques de leur passé ? Telles sont les questions qui se posent désormais à l’historiographie de cette partie de l’Europe. Historiographie depuis trop longtemps figée dans une dépendance excessive par rapport aux pouvoirs politiques et aux idéologies collectivistes et identitaires. Dans les sciences humaines un renouveau méthodologique s’avère donc aussi souhaitable qu’inévitable, notamment pour les historiographies nationales auxquelles s’impose une réinterprétation de l’histoire générale et régionale, en premier lieu pour l’époque contemporaine, ainsi que pour l’histoire du présent.

13Ont participé à ce débat, étudiants, auditeurs et invités, dont notamment Gilles Troude qui a présenté son livre « Renaissance des nationalismes dans la Yougoslavie de Tito (1960-1980) », issue d’une thèse de doctorat à l’Université Paris-IV, actuellement en cours de préparation pour la publication par l’Association Pierre-Belon (EHESS).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Georges Drettas, Jean-Pierre Arrignon et Bosko Bojovic, « Centre d’études byzantines, néo-helléniques et sud-est européennes », Annuaire de l’EHESS,  | 2006, 678-680.

Référence électronique

Georges Drettas, Jean-Pierre Arrignon et Bosko Bojovic, « Centre d’études byzantines, néo-helléniques et sud-est européennes », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2006, mis en ligne le 01 avril 2015, consulté le 24 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/17896

Haut de page

Auteurs

Georges Drettas

Articles du même auteur

Jean-Pierre Arrignon

Articles du même auteur

Bosko Bojovic

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals