Navigation – Plan du site
Enseignements organisés par les centres de recherche de l’EHESS

Centre d’études sur la Chine moderne et contemporaine

Frédéric Obringer, Jean-Pierre Cabestan et Yoshio Abé
p. 683-685

Texte intégral

Frédéric Obringer, chargé de recherche au CNRS

Anthropologie historique de la médecine chinoise et des échanges médicaux entre la Chine et l’Europe

1Nous avons poursuivi le travail commencé les années précédentes au sujet des premiers textes donnant des informations, dans l’Europe des XVIIe et XVIIIe siècles, sur les pratiques médicales chinoises telles qu’elles furent observées et décrites par les observateurs européens présents alors en Chine, le plus souvent des missionnaires jésuites. Une partie Importante de ces textes a été réunie dans le troisième volume du fameux ouvrage publié à Paris en 1735 sous la direction de Jean-Baptiste Du Halde, la « Description géographique, historique, politique et physique de l’empire de la Chine et de la Tartane chinoise ». Nous avons continué à nous intéresser à la première traduction partielle en français, proposée dans ce volume, de « L’Herbier chinois », le Bencao gangmu (Traité classifié de matière médicale) de Li Shizhen (1596), cette somme majeure de la materia medica de la fin des Ming. On sait que les « mathématiciens du roi », les missionnaires jésuites envoyés en Chine par Louis XIV en 1685, partirent avec un questionnaire rédigé, à la demande de Louvois, par les membres de l’Académie des sciences. Tous les domaines étaient concernés, avec un grand intérêt manifesté pour les ressources naturelles et les savoir-faire susceptibles d’être Importés, y compris dans le domaine de la médecine, et les traducteurs des extraits du Bencao gangmu (Joachim Bouvet, Claude de Visdelou et François-Xavier Dentrecolles) ont évidemment choisi les passages traduits en fonction de la curiosité exprimée par le questionnaire. On y trouve successivement les fragments suivants : « Préface, où l’on volt l’Idée et la division générale de tout l’ouvrage » ; « Avertissement » ; « Premier livre de l’Herbier chinois. Premier paragraphe. De l’origine de l’Herbier, ou Pen tsao, et de tous les Herbiers anciens et modernes, qui ont paru jusqu’à présent » ; « Extrait de Pen tsao de l’Empereur Chin Nong » ; « Extrait du Pen tsao de Leang Tao Hong King » ; « Du Ginseng » ; « Du Thé » ; « De l’Éléphant » ; « Du Chameau » ; « du Hai ma ou Cheval de mer » ; « Du Che hiaï ou Cancre pétrifié » ; « Du Musc ». Viennent ensuite « Quelques autres drogues employées dans la médecine chinoise » (dont la rhubarbe), qui font l’objet de descriptions sans traduction. Les premiers extraits exposent des généralités sur les drogues médicamenteuses et leur préparation, tandis que les suivants concernent des produits au sujet desquels le questionnaire de Louvois a demandé des renseignements ou qui pourraient avoir un intérêt directement pratique. Cependant, la simple curiosité intellectuelle, la pure libido sciendi, apparaît aussi comme un moteur important de la démarche des auteurs : en parlant de la difficulté de bien entendre les noms des maladies en chinois, une remarque précise que l’« on n’a traduit ces recettes mot à mot, que pour donner une idée de la manière dont pensent les Chinois [...] ». Nous avons confronté le texte chinois et la traduction proposée, traduction dont la qualité varie beaucoup selon les passages et les traducteurs, parfois lacunaire, parfois au contraire d’une assez grande rigueur. La principale difficulté pour les auteurs des traductions était bien sûr de trouver des équivalents en français à des termes dépendant du contexte intellectuel et technique chinois, et il ne pouvait en résulter qu’un gauchissement de certaines notions : le qi devient parfois les esprits et parfois l’air, tandis que les « humeurs » sont invoquées alors que la médecine chinoise n’est pas humorale.

2Nous avons enfin accueilli, pour une séance du séminaire, le docteur Christian Rempp, du CHU de Strasbourg, qui a exposé lors de sa conférence son expérience d’acupuncteur à Madagascar. Dans le cadre de l’organisation « Acupuncteurs sans frontières », un programme d’enseignement de l’acupuncture auprès de médecins accoucheurs et de sages-femmes y est en cours, exemple particulièrement intéressant d’un point de vue anthropologique d’une circulation des techniques médicales.

Jean-Pierre Cabestan, directeur de recherche au CNRS

Droit et institutions de la Chine contemporaine

3Ce séminaire s’est tout d’abord efforcé de sensibiliser les étudiants à l’importance de l’arrière-plan historique du droit et des institutions du monde chinois. Portant principalement sur la période contemporaine, ce séminaire s’est cependant concentré sur les réformes juridiques et institutionnelles qu’a entreprises la Chine continentale depuis la mort de Mao Zedong (1976), et plus particulièrement après l’arrivée au pouvoir de Jiang Zemin (1989).

4Le nombre d’étudiants s’est stabilisé autour d’une dizaine dont de nombreux auditeurs libres préparant une thèse sur le droit chinois, notamment à l’Université Paris-I. Un certain nombre d’exposés ont été présentés dont sur le droit civil (Shi Jiayou), le droit du travail (Zheng Aiqing), le droit de la propriété intellectuelle (Feng Shujie), le rôle des avocats (Sun Ping) et le droit des entreprises sino-étrangères (Christine Rivet).

Yoshio Abé

Anthropologie comparée d’une céréale asiatique majeure : le riz

5Après avoir abordé, à l’année précédente, l’ethnobotanique et l’agro-botanique du riz, le séminaire de l’année 2004-2005 a été consacré à l’enseignement des connaissances pluridisciplinaires portant sur la technologie du riz. Il s’agissait de présenter les techniques préindustrielles de culture et de consommation du riz à travers le monde et de les comparer pertinemment les unes avec les autres, ce qui a permis d’éclairer l’essentiel et les caractéristiques de chacune des techniques.

6Ainsi les thèmes principalement traités furent :

  • systèmes de riziculture : les conceptions des termes : système, phase, opération, technique et instrument ;
  • terres à riz et leur typologie ;
  • modes d’aménagement des rizières : en particulier ceux d’assainissement et d’irrigation ;
  • instruments d’irrigation et de drainage ;
  • techniques de préparation des sols de rizières : piétinement des animaux, labour, hersage et aplanissement des parcelles rizicoles et les instruments employés ;
  • semis et repiquage ;
  • modes de consommation du riz et leurs techniques préparatoires.

7La séance pour le thème du « Piétinement des animaux » a été organisée pour la participation au programme de « l’histoire comparée des techniques agricoles » dirigé par Charlotte von Verschuer (EPHE).

8De plus, une séance a été consacrée au thème de « l’histoire de la consommation et la culture du riz en Prance », histoire très mal connue jusqu’à nos jours.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédéric Obringer, Jean-Pierre Cabestan et Yoshio Abé, « Centre d’études sur la Chine moderne et contemporaine », Annuaire de l’EHESS,  | 2006, 683-685.

Référence électronique

Frédéric Obringer, Jean-Pierre Cabestan et Yoshio Abé, « Centre d’études sur la Chine moderne et contemporaine », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2006, mis en ligne le 01 avril 2015, consulté le 26 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/17901

Haut de page

Auteurs

Frédéric Obringer

Articles du même auteur

Jean-Pierre Cabestan

Yoshio Abé

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals