Navigation – Plan du site
Enseignements organisés par les centres de recherche de l’EHESS

Centre de recherches interdisciplinaires sur l’Allemagne

Jean-Louis Georget, Monika Salzbrunn, Mahamet Timera et Dominique Lassaigne
p. 694-696

Texte intégral

Jean-Louis Georget, maître de conférences à l’Université Paris-XIII
Dominique Lassaigne, ingénieur d’études au CNRS

L’Allemagne à l’épreuve de la Volkskunde : entre conservatisme et révolution

1Nina gorgus (Institut für Volkskunde, Université de Bâle) a animé la première séance : elle s’est attachée à retracer les étapes constitutives de la Volkskunde d’après-guerre vers une Empirische Kulturwissenschaft (EKW) au sens où l’école de Tübingen l’avait définie dans les années 1970. À travers sa propre expérience universitaire, qui l’amena dans les années 1980 à participer à la fois aux discussions sémantiques et aux pratiques muséologiques novatrices (Freiburg, Tübingen), puis à soutenir une thèse sur Georges Henri Rivière (1997), elle a dessiné, à l’usage d’un public français, la géographie actuelle de la discipline. Elle s’est interrogée notamment sur les pratiques et les enjeux de l’EKW dans un paysage institutionnel dominé par les Geschichtswissenschaften.

2Céline trautmann-waller (ENS, CNRS) a organisé la séance autour de la sortie de son livre Quand Berlin pensait les peuples. Elle a esquissé un tableau de la conjonction ayant permis l’émergence des sciences de la culture à la fin du XIXe siècle : l’expansion coloniale d’une part et l’inscription de la science allemande dans le paysage urbain d’autre part. La psychologie permet d’étendre les méthodes des sciences exactes aux sciences humaines et d’introduire dans ce domaine une quantification et une biologisation des peuples. Ainsi se dessina au XIXe siècle un socle commun à l’ensemble des Kulturwissenschaften, dont la revue Völkerpsychologie constitua le fer de lance.

3Laurent garros (doctorant, Université de Bordeaux) a traité de l’histoire de l’implantation de la discipline dans le cadre régional de ce que l’on pourrait appeler l’école de Hambourg. En effet, la Volkskunde s’est formée à partir de composantes régionales qui n’ont eu que peu de contacts les unes avec les autres. À partir du cas hanséatique, et notamment de l’étroite collaboration entre le musée d’histoire de Hambourg et la première chaire de Volkskunde, on voit se dessiner les méandres de ce qui constituera le cadre du développement de la discipline depuis les années 1920 jusque dans l’après-guerre. La discipline oscille entre théorie historique et recherche ethnographique, sans qu’elles ne soient toujours corrélées.

4Jean-louis georget (Université Paris-XIII) s’est attaché à retracer l’histoire du concept de Kultur dans la tradition allemande à partir de son évolution sémantique : la culture ne s’oppose en effet pas à la nature dans son sens premier, mais participe de sa domestication. À partir de l’œuvre cicéronienne va se mettre en place l’analogie entre agriculture et culture de l’esprit. Le classicisme allemand va faire de la systématisation de la culture le véritable perfectionnement de l’être humain tout entier. La culture deviendra au XIXe siècle patrimoine national en recouvrant les domaines de l’art, de la philosophie et des sciences.

5Dominique lassaigne a proposé une étude comparative et contrastive des objets et des méthodes propres à la Volkskunde d’une part, à la Völkerkunde, d’autre part. Elle a montré comment, à la fin du XIXe siècle, une « ethnologie de soi » a émergé dans le contexte historique d’une Allemagne post-révolutionnaire aux identités régionales marquées. Tandis que se développait à Munich autour de W. H. Riehl une Volkskunde aux limites de la nation, une « ethnologie de l’autre » émergeait à Berlin dans le contexte des grandes expéditions maritimes coloniales autour, entre autres, du médecin Adolf Bastian (1826-1905). S’appuyant sur sa théorie des Elementargedanken, il affirma la primauté de l’ethnologie dans l’histoire culturelle en général.

6Klaus roth, professeur à l’Université de Munich, a brossé un large panorama de la discipline telle qu’elle s’est développée dans cette université. Intitulée « De la Volkskunde bavaroise à l’ethnologie européenne », sa présentation a porté sur le jalonnement intellectuel et institutionnel, qui a permis à une Volkskunde ancrée dans la culture paysanne et les traditions populaires de prendre une orientation plus moderne. Après avoir rappelé le rôle déterminant des précurseurs humanistes (Johannes Thurmaier, Johannes Böhm), des Aufklärer (Lorenz Westenrieder, Joseph von Hazzi), puis au milieu du XIXe siècle du roi Maximilien II de Bavière et de son ami W. H. Riehl, Klaus Roth a montré l’Importance des années 1920 et 1930 pour la promotion institutionnelle de la Volkskunde. C’est en 2003 que l’Institut für Volkskunde fut rebaptisé Institut für Europàische Ethnologie.

Monika Salzbrunn, chargée de recherche au CNRS
Mahamet Timera, maître de conférences à l’Université du Havre

Migration et espaces sociaux transnationaux, religion en France et en Allemagne au XXe siècle

7La réflexion sur les approches théoriques et méthodologiques de l’étude des réseaux migratoires, commencée en 2003-2004, a été poursuivie et enrichie par la présentation d’exemples empiriques. Mahamet Timera a traité le sujet « Faire et défaire la race avec le religieux : Africains noirs et les enjeux de l’identification à l’islam ». Simona Tersigni (URMIS, Université Paris-VII), a présenté une Intervention sur les relations interethniques, la « conversion interne » et la mobilisation de l’islam en France du côté des migrantes et de leurs descendantes françaises. La réflexion sur les pratiques religieuses a été élargie par l’intervention de Sandra Fancello (CEIFR, EHESS) sur le Pentecôtisme africain en Europe et les identités ethno-nationales. Jean Schmitz (CEAf/IISMM, EHESS) a présenté une étude diachronique sur un réseau migratoire sénégalais : « Les effets retour d’une diaspora transnationale – transfert d’argent, investissement immobilier et “remise morale” en Afrique de l’Ouest », dont l’écho fut l’Intervention de Monika Salzbrunn sur la mise en scène événementielle de la présence sénégalaise à New York. Avec Christian Rinaudo (URMIS-SOLIS, Université de Nice), nous avons poursuivi l’Interrogation sur la constitution des espaces sociaux translocaux à partir de différents théâtres de négociations identitaires (rites, fêtes, manifestations politiques...), « Les manifestations festives comme lieux d’expressions et de reformulations identitaires – l’émergence des carnavals Indépendants à Nice ». Cette réflexion sur l’agrégation des groupes et les nouvelles confluences observables à travers les événements festifs sera poursuivie l’année prochaine. La programmation est accessible sur le site <www.ehess.fr/centres/cria>.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Louis Georget, Monika Salzbrunn, Mahamet Timera et Dominique Lassaigne, « Centre de recherches interdisciplinaires sur l’Allemagne », Annuaire de l’EHESS,  | 2006, 694-696.

Référence électronique

Jean-Louis Georget, Monika Salzbrunn, Mahamet Timera et Dominique Lassaigne, « Centre de recherches interdisciplinaires sur l’Allemagne », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2006, mis en ligne le 01 avril 2015, consulté le 23 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/17914

Haut de page

Auteurs

Jean-Louis Georget

Articles du même auteur

Monika Salzbrunn

Articles du même auteur

Mahamet Timera

Articles du même auteur

Dominique Lassaigne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals