Navigation – Plan du site
Enseignements organisés par les centres de recherche de l’EHESS

Groupe de recherche sur les savoirs

Wiktor Stoczkowski et Gérard Lemaine
p. 703-705

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Wiktor Stoczkowski, maître de conférences
Gérard Lemaine, directeur d’études

De l’étude des sciences à l’étude des constructions conceptuelles

1Au travers d’une série d’études de cas, le séminaire se proposait d’explorer les vertus heuristiques des approches qui s’attachent à inclure dans le champ de l’enquête l’interaction entre les savoirs scientifiques et les conceptions considérées comme non scientifiques ou non savantes. En faisant le pari d’écarter les classifications convenues qui opèrent des découpages arbitraires au sein de la nébuleuse des constructions conceptuelles interagissantes, nous voulions réfléchir sur la possibilité d’appréhender à la fois les particularités et les similarités de divers régimes du savoir, tout en les replaçant dans leurs contextes culturels.

2L’historien des sciences Kapil Raj nous a présenté ses recherches sur l’extension, au-delà de l’Occident, du contexte de l’émergence des sciences modernes. L’historiographie traditionnelle voulait que ces sciences soient un produit autonome et monolithique de la culture occidentale. Selon cette conception, la présence des sciences en dehors de l’Occident ne participait que de la diffusion de la culture occidentale et de l’acculturation des sociétés qui ont été soumises à son influence. Il s’ensuivait que la construction du savoir scientifique s’expliquait exclusivement par les contraintes du contexte culturel occidental. L’approche de Kapil Raj s’inscrit en faux contre cette prémisse et propose de montrer que l’émergence des sciences modernes résultait d’un échange de savoirs entre plusieurs cultures. L’exemple de la mise en œuvre, à la fin du XVIIIe siècle, de la cartographie britannique, liée à l’élaboration de la première carte de l’Inde, illustre la façon dont un savoir scientifique réputé occidental s’est formé au travers d’une coproduction aboutissant à une synthèse de savoirs et de savoir-faire issus de deux contextes culturels différents.

3L’anthropologue Carlo Severi a partagé avec nous les réflexions que lui avait Inspirées l’observation (véritablement participante) de plusieurs instances d’évaluation de la recherche dont il avait été membre en Italie, en Grande-Bretagne et en France. Il a tenté de soumettre à un traitement réflexif des savoirs que mobilise le chercheur appelé à évaluer la recherche. Les savoirs qu’il a décrits et analysés portaient principalement sur les représentations de l’excellence scientifique et de ses critères, du cycle de vie du chercheur, de la diversité des disciplines et démarches académiques (sciences exactes/sciences humaines), ainsi que sur les négociations ardues entre les évaluateurs qui ne mobilisent pas tous les mêmes savoirs dans leurs jugements. Une partie importante de l’exposé s’est attachée à analyser l’écart différentiel – significatif et lourd de conséquences – entre la représentation de l’excellence que se fait le chercheur soumis à l’évaluation au cours de sa carrière, et celle qu’emploient ses évaluateurs, porte-parole des logiques institutionnelles. De manière réflexive, la relation entre savoirs de l’évalué et savoirs de l’évaluateur a été comparée à celle qui s’établit dans les situations ethnographiques entre l’observé et l’observateur.

4L’historienne Nathalie Richard (Université Paris-I) est venue exposer les travaux collectifs de l’équipe « Archives Breuil » qui, réunissant des historiens des sciences et des idées, des archéologues, des africanistes et des spécialistes de l’art rupestre, s’est donné pour tâche de répertorier, classer et analyser les données d’archives relatives à l’Abbé Henri Breuil (1877-1961), qui fut à la fois un ecclésiastique et une figure de proue des sciences humaines au XXe siècle. Les multiples facettes de son œuvre et de ses activités, dans des domaines en apparences disjoints, invitent à explorer, de façon collective et interdisciplinaire, un itinéraire intellectuel qui s’inscrit dans un tissu de relations et d’institutions, dans l’histoire de plusieurs disciplines, dans des contextes scientifiques, théologiques et idéologiques changeants. Nathalie Richard a d’abord décrit le fonds documentaire que son équipe exploite, pour montrer ensuite l’apport de ces données pour l’analyse des rapports entre la science et la religion en France à la fin du XIXe et au début du XXe siècle.

5Le philosophe Raymond Corbey (Université de Tilburg et Université de Leiden) s’est penché sur les présupposés cosmologiques sous-jacents aux conjectures anthropologiques relatives à l’humanité primitive et à l’émergence de la société humaine. Selon R. Corbey, une bonne partie des théories académiques partagent avec des spéculations philosophiques anciennes la prémisse selon laquelle l’état social était inconnu de l’humanité primitive, plongée dans un chaos agoniste qui empêchait la formation du lien social ; ce lien n’aurait pu être formé que grâce à la geste fondatrice qui établit ultérieurement un échange et les premières règles de coopération sociale qui en sont solidaires. À cette vision, encore dominante dans les années 1950, R. Corbey a opposé des conceptions plus récentes, qui présentent l’échange comme un fait naturel, soumis à des contraintes biologiques et darwiniennes, cependant que la guerre se trouve transformée d’un phénomène naturel et originel en un épiphénomène de la vie sociale, tributaire des logiques culturelles. Dans les deux cas, les théories anthropologiques restent assujetties à la conception de l’Homo duplex composé d’une partie biologique et d’une partie sociale, chacune autonome, l’une agissant sur l’autre dans le processus historique en tant que cause antécédente dont la partie opposée doit surmonter le déterminisme.

6La dernière séance, où Chloé Maurel (Université Paris-I) devait présenter ses recherches sur l’évolution des conceptions de l’Unesco au cours de trente premières années de son existence (1945-1974), a dû être annulée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Wiktor Stoczkowski et Gérard Lemaine, « Groupe de recherche sur les savoirs », Annuaire de l’EHESS,  | 2006, 703-705.

Référence électronique

Wiktor Stoczkowski et Gérard Lemaine, « Groupe de recherche sur les savoirs », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2006, mis en ligne le 01 avril 2015, consulté le 21 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/17926

Haut de page

Auteurs

Wiktor Stoczkowski

Articles du même auteur

Gérard Lemaine

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals