Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Archéologie

Néolithisation et premières sociétés rurales

Jean Guilaine
p. 127-129

Entrées d’index

Index thématique :

Archéologie
Haut de page

Texte intégral

Jean Guilaine, directeur d’études

Statues-menhirs et stèles anthropomorphes

1On a poursuivi l’étude des statues-menhirs et stèles anthropomorphes d’Europe par l’analyse des monuments alpins et périphériques. Le groupe des pierres sculptées du Trentin et du Haut-Adige se caractérise par des statues masculines présentant une surcharge toute particulière d’armes : poignards à pommeau demi-circulaire, haches, hallebardes, « haches de bataille » (Arco 1, Lagundo B). On verra là l’expression d’une forme de hiérarchie clairement affichée. Les sujets féminins sont nantis de couronnes ou de diadèmes, de pendants d’oreilles et de châles. Quelques stèles (Tötschling) sont ornées de poignards à pommeau rond, manifestement plus récents.

2En Lunigiana se trouve un autre noyau important. Deux types de stèles y cohabitent. L’un se compose de personnages à tête en demi-cercle, enfoncée dans les épaules (Pontevecchio). L’autre s’originalise par des sujets à tête dégagée par un long cou et une coiffure en bicorne. Les mâles arborent un poignard de type rémédellien, pointe tournée à gauche. Les femmes sont reconnaissables à leur poitrine en relief. Certaines de ces stèles seront retaillées à l’époque étrusque pour devenir des figurations de guerriers. Plusieurs de ces monuments ont été brisés au Moyen Âge lors de campagnes orchestrées contre les pratiques « païennes ».

3Deux sites ouest-alpins, Saint-Martin-de-Corléans à Aoste et le Petit-Chasseur à Sion, sont particuliers. Des stèles anthropomorphes sont ici associées à des tombes collectives mégalithiques ou submégalithiques dans un processus de longue durée qui fait alterner levage de stèles, abattage et réutilisation des matériaux issus de cette iconoclastie dans des monuments funéraires. Une première étape vers -2800/-2700 voit la mise en place de monuments sobrement décorés : poignard du type de Remedello, pendeloque à double spirale, ceinture. Une deuxième série de monuments, totalement différents, leur succède, richement décorés d’armes (arc, flèche, hache) et agrémentés de vêtements ornés de motifs variés. Des débats ont eu lieu sur la datation de ce second groupe (précampani-forme ou campaniforme). Quoi qu’il en soit, les deux variétés de stèles seront brisées et participeront à la réalisation d’autres monuments. Ces destructions sont à mettre en relation avec les tensions sociales qui affectent les sociétés alpines du IIIe millénaire et qui se soldent par la suppression de personnages statufiés.

4Au nord de Bergame, dans les vallées du Valcamonica et de la Valtelline, s’est développé un art rupestre important qui a des points communs avec les trois groupes de stèles précités. Une analyse très fine de ces figurations montre une périodisation en trois ou quatre phases (Chalcolithique ancien I, Chalcolithique ancien II, phase à Campaniforme, Bronze ancien) qui corrobore la chronologie évolutive des stèles. Il est possible de dresser de façon précise des parallèles avec la culture matérielle archéologique régionale de ces époques. Une analyse comparative, motif par motif, a été proposée. Recoupements et oppositions avec l’art rupestre du mont Bego (Alpes-Maritimes) contribuent ainsi à affiner la datation des panneaux gravés de ce dernier site.

Préhistoire et protohistoire de la France... et d’ailleurs

5Le séminaire a donné lieu à débat à partir de divers exposés de chercheurs et doctorants.

6Paul Fernandes a évoqué ses recherches pétroarchéologiques sur les matériaux siliceux utilisés au Paléolithique moyen dans le sud du Massif central. À partir d’une démarche analytique de type géologique, pétrographique, micro-paléontologique, l’auteur a tenté de mieux aborder la question des territoires et des aires de circulation des groupes humains.

7Jean-Yves Noël a entrepris l’étude de la céramique campaniforme de Normandie. Cette céramique, typique de la seconde moitié du IIIe millénaire, provient de milieux variés : habitats, tombes collectives réutilisées, sépultures individuelles spécifiques de cette culture. Actuellement, une cinquantaine de sites sont recensés. La recherche envisage d’approcher la chronologie interne de cet horizon ainsi que les relations entretenues par la Normandie avec les régions voisines.

8Josseline Bournazel a tenté un essai de biographie de l’Abbé Lemozi, préhistorien du Quercy et l’un des inventeurs de la grotte ornée de Pech-Merle à Cabrerets. Elle a analysé le parcours de ce chercheur, autodidacte à ses débuts, et que ses fouilles à l’abri Murat, site magdalénien, feront connaître à la communauté archéologique. À partir de sources et d’enquêtes variées, elle a situé la découverte de Pech-Merle dans le contexte intellectuel et scientifique de l’époque.

9Christophe Denissel a présenté un exposé sur les palettes historiées du Protodynastique égyptien. Ces documents sont de grand intérêt pour appréhender, vers 3200-3000 avant J.-C, l’idéologie présidant au contexte social dans lequel émergent peu à peu la figure du souverain et le passage progressif à l’État. Le thème des animaux et de la chasse pourrait renvoyer à une certaine vision de l’univers et du cycle solaire. Le thème de la guerre semble lié aux événements ayant entraîné l’unification du royaume. Le poids symbolique de l’iconographie reflète une sorte de discours rigoureusement construit.

Publications

  • Dir., Populations néolithiques et environnements, Paris, Errance, 2005, 296 p., 110 fig.
  • Dir., « Naissance des sociétés complexes » (dossier), Annales. Histoire, Sciences sociales, 5, septembre-octobre 2005, p. 921-1067 (présentation, p. 921-924).
  • Avec A. Langaney, J. Clottes, D. Simonnet, Câu chuyên hay nhât vê con ngu’òi, Hanoï, Viêt Nam, Thê Giói, 2005, 260 p.
  • « Du Proche-Orient à l’Atlantique. Actualité de la recherche sur le Néolithique », Annales. Histoire, Sciences sociales, 5, septembre-octobre 2005, p. 925-952, 1 fig.
  • « La violence dans la Préhistoire », dans Concordance des temps, J.-N. Jeanneney (éd.), Paris, Nouveau Monde Éditions, 2005, p. 442-462.
  • « L’homme transforme son environnement depuis plus de 10 000 ans ! », Sciences humaines, hors série, 49, juillet-août 2005, p. 10-13, 3 fig.
  • « À propos de la scène de l’Addaura (Sicile) », dans Le sacrifice humain en Égypte ancienne et ailleurs, sous la dir. de J.-P. Albert et B. Midant-Reynes, Paris, Soleb, p. 248-255, 2 fig.
  • Avec E. Crubezy, B. Ludes, « Génétique et peuplements néolithiques », dans Populations néolithiques et environnements, op. cit., p. 43-60, 5 fig.
  • Avec N. Serrand, J.-D. Vigne, « Early Preceramic Neolithic marine shells from Shillourokambos, Cyprus (Late 9th-8th mill. Cal BC). A mainly-ornemental set with similarities to mainland PPNB », dans Archaeomalacology : Molluscs in former environments of human behaviour, sous la dir. de D. Bar Yosef Mayer, Proceeding Session of the 9th International Conf. Archaeozoology, Durham, 2002, Oxford, Oxbow Books, 2005, p. 122-129.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Guilaine, « Néolithisation et premières sociétés rurales », Annuaire de l’EHESS,  | 2007, 127-129.

Référence électronique

Jean Guilaine, « Néolithisation et premières sociétés rurales », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2007, mis en ligne le 15 avril 2015, consulté le 18 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/17981

Haut de page

Auteur

Jean Guilaine

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals