Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Archéologie

Histoire et archéologie médiévales : espaces, habitat et société dans les pays de la Méditerranée occidentale

Étienne Hubert
p. 134-135

Entrées d’index

Index thématique :

Archéologie
Haut de page

Texte intégral

Étienne Hubert, directeur d’études

Espaces, territoires et peuplement dans l’Occident méditerranéen au Moyen Âge

1Dans le prolongement des séances de l’année précédente, le séminaire a cherché à analyser, en confrontant sources écrites et documentation archéologique, les modalités de la recomposition territoriale et de la redistribution du peuplement qui ont affecté la péninsule italienne entre l’Antiquité tardive et l’« incastellamento » des XIe et XIIe siècles. La lecture critique de deux ouvrages récents (Riccardo Francovich et Richard Hodges, Villa to Village. The Transformation of the Roman Countryside in Italy, c. 400-1000, Londres, 2003 et Marco Valenti, L’insediamento altomedievale nelle campagne toscane, Florence, 2004) a formé le fil directeur du séminaire. À partir de l’examen de plusieurs fouilles récentes, les auteurs réfutent le modèle de l’« incastellamento » élaboré par Pierre Toubert – à l’examen critique duquel nous avions consacré les séminaires des années précédentes – et proposent à leur tour un nouveau modèle de la réorganisation du peuplement en Italie pendant le haut Moyen Âge, anticipant aux VIe et VIIe siècles la rupture majeure qui a conduit à la formation des villages perchés définissant l’organisation du peuplement dans les pays de la Méditerranée médiévale et que l’historiographie place habituellement aux Xe et XIe siècles.

2Après une séance d’introduction historiographique au thème du séminaire, le commentaire d’un dossier de documents datés du VIIIe au XIIe siècle (extraits de grands cartulaires-chroniques italiens : Saint-Clément de Casauria, Saint-Vincent au Volturne, Farfa), a permis de montrer les apports et les limites de la documentation écrite pour la connaissance de la structure et de la distribution du peuplement rural pendant le haut Moyen Âge. La deuxième partie du séminaire a été consacrée à la lecture critique de publications archéologiques récentes. Plusieurs sites ont été examinés, qui présentent des traces d’une occupation du haut Moyen Âge, qu’il s’agisse de petits établissements ruraux isolés (casa colonicia ou manse, casale) ou de regroupements de population plus importants (villa, curtis).

3L’examen de ces différents dossiers archéologiques montre sans doute que les premiers signes d’un perchement de l’habitat se manifestent en Italie centrale à partir des VIe et VIIe siècles, tandis que la plupart des sites de l’Antiquité tardive sont progressivement désertés. Pour autant, les regroupements d’habitat semblent rares encore et leur signification économique et sociale mal assurée ; par ailleurs on ne saurait conclure à la disparition contemporaine de l’habitat dispersé, attesté par les sources écrites du haut Moyen Âge, et bien au-delà, sous prétexte que les traces archéologiques de cette dispersion restent des plus ténues. Au IXe siècle, ou au début du Xe siècle, la plupart de ces habitats en partie groupés sur des sites perchés sont détruits et/ou abandonnés, attestant une nouvelle rupture dans la distribution du peuplement. Certains d’entre eux auront été totalement désertés tandis que d’autres auront vu la formation de nouveaux habitats groupés ou de châteaux isolés entre la fin du Xe et le XIIe siècle dans un cadre seigneurial. Cette enquête, qui n’a livré encore que des résultats partiels, sera poursuivie.

4Deux séances du séminaire ont été consacrées à la céramologie médiévale et moderne. Nolwenn Lécuyer, maître de conférences à l’Université de Provence, a présenté ses recherches sur les productions et les importations de céramiques médiévales dans le Midi méditerranéen français et Alban Horry, chargé d’études à l’Institut national de recherche en archéologie préventive et étudiant en master 2, a exposé ses études sur la production et la distribution des céramiques dans la région Rhône-Alpes entre le XVe et le début du XIXe siècle.

Publications

  • « Noblesse romaine et espace urbain (Xe-XVe siècles) », dans La nobiltà romana nel medioevo, S. Carocci (éd.), Rome, Collection de l’École française de Rome 359, 2006, p. 171-186.
  • Avec J.-M. Poisson, « École des hautes études en sciences sociales (EHESS) », dans L’archéologie médiévale en France. Histoire de l’enseignement dans les Universités et les Grands établissements. État des thèses inscrites et soutenues de 1980 à 2005, J. Chapelot (éd.) avec A.-S. Rieth, Caen, Société d’archéologie médiévale, 2006, p. 48-53.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Étienne Hubert, « Histoire et archéologie médiévales : espaces, habitat et société dans les pays de la Méditerranée occidentale », Annuaire de l’EHESS,  | 2007, 134-135.

Référence électronique

Étienne Hubert, « Histoire et archéologie médiévales : espaces, habitat et société dans les pays de la Méditerranée occidentale », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2007, mis en ligne le 15 avril 2015, consulté le 21 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/17986

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals