Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Problèmes généraux

Savoirs religieux et genèse des sciences humaines

Maurice Olender
p. 141-142

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Maurice Olender, maître de conférences

Histoire et sexualité. Formes de pudeur et d’obscénité chez les anciens : le cas de Priape et de Baubô

1Nos enquêtes sur quelques formes de sexualité extrême chez les anciens ont permis de lire des textes grecs et latins opposant, en termes politiques, la pudeur à l’obscénité : la convenance (le prépon grec ; le decorum latin) à ce qui est inconvenant. Cicéron souligne ainsi, dans son De officiis, combien le decorum fait partie de l’honestas. Celle-ci a pour fonction de prévenir les mortels contre les errements de la raison, contre tout ce qui peut faire perdre la tête et précipiter les actions justes et convenables (justa omnia decora) dans la laideur honteuse et obscène que désigne l’inconvenance (turpia sic indecora). Enfin, Cicéron dit combien les valeurs de pudeur (verecundia) et de retenue, liées à celles de tempérance et de maîtrise, constituent « les parures de l’existence » (ornatus vitae).

2Partant d’objets sexuels divins (on a pu montrer que Priape et Baubô sont aussi des « objets »), souvent étroitement associés à des signes de fécondité religieux et magiques, nous avons adopté une démarche historique qui éclaire les tensions sociales mobilisées par « le couple » pudeur-obscénité.

3Une telle option s’écarte de nombre d’études classiques où histoire et sexualité ne font pas bon ménage. En effet, archéologues, philologues, spécialistes des mythes et des religions assignent généralement aux figures exhibant leur sexe des rôles archaïques, les réduisant à des signes de la fécondité universelle : leurs fonctions se limitent alors à signifier de l’originaire, du primordial, entraînant une annulation du temps de l’histoire, de ses formes sociales et de ses institutions politiques.

4L’historiographie classique, des XIXe et XXe siècles, relative à Priape et à Baubô, permet de voir combien le sexuel y est traité comme un motif qui sublime le temps et l’espace. Comme si on ne pouvait penser le sexuel que dans un ailleurs, nécessairement lointain, une zone franche de l’histoire, une temporalité hors d’atteinte : l’altérité par excellence.

5Outre les prolongements apportés aux enquêtes des années précédentes, étudiant les valeurs politiques de la laideur obscène, les séminaires de cette année ont permis de souligner ceci : Priape, au phallus tendu, et Baubô, qui s’exhibe à la face de Déméter, pourraient ne pas se réduire à des motifs sexuels archaïques. Ni à des figures magiques. Ces divinités proposent des types de conduite excessive qui permettent de penser, notamment, ce qui contredit les normes politiques de la beauté dans la cité.

6Les problèmes de pudeur et d’obscénité ont été étudiés à l’époque moderne, entre autre dans des figures anatomiques de corpus médicaux, par Dominique Brancher, de l’Université de Genève, et, chez Bayle, par notre collègue Milad Doueihi de l’Université de Glasgow.

Publications

  • Archéologie des langues (volume inédit en français, édité et préfacé par G. Kapriev, traduit en bulgare par A. Sheleva), Sofia, Lik, 2006, 228 p.
  • « La chose indo-européenne », Agenda interculturel, 246, 2006, p. 4-8.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Maurice Olender, « Savoirs religieux et genèse des sciences humaines », Annuaire de l’EHESS,  | 2007, 141-142.

Référence électronique

Maurice Olender, « Savoirs religieux et genèse des sciences humaines », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2007, mis en ligne le 15 avril 2015, consulté le 21 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/17993

Haut de page

Auteur

Maurice Olender

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals