Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire des sciences

Histoire de la psychologie et de la psychopathologie

Jacqueline Carroy
p. 162-164

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Jacqueline Carroy, directrice d’études

Les savoirs du psychisme entre science et littérature

1Durant le premier semestre, le séminaire s’est présenté comme un atelier de lecture de textes destiné plus spécifiquement aux étudiants de master et touchant à l’histoire et à l’historiographie des savoirs du psychisme (psychologie, psychiatrie et psychanalyse) en France au XIXe et au XXe siècle. On s’est proposé d’articuler ainsi une histoire des concepts et des pratiques touchant au psychisme selon une approche intellectuelle, culturelle et sociale. On a étudié comment se sont édifiées, pour reprendre un terme contemporain, des disciplines « psy » qui se sont revendiquées à des titres divers comme scientifiques, et quelles relations complexes elles ont entretenu avec la médecine et la philosophie, et, plus généralement, avec des savoirs antérieurs ou contemporains. L’étude détaillée de ces textes a permis de dessiner au fur et à mesure une histoire de la psychologie se voulant plurielle, en d’autres termes une histoire de psychologies. Elle a permis aussi de proposer une formation méthodologique.

2Durant le second semestre, après cette mise en perspective plus générale, on s’est intéressé plus précisément aux rapports entre littérature et psychopathologie. Il s’agissait de mettre en évidence des circulations, des emprunts et des points de rencontre entre des savoirs et des récits qualifiés de « psychologiques » aussi bien dans le domaine littéraire que scientifique. On s’est intéressé principalement à deux dossiers très différents concernant un auteur littéraire consacré et une affaire criminelle.

3Il m’a semblé qu’À la recherche du temps perdu pouvait être vu sous l’angle de la recherche d’une psychologie perdue, à savoir celle d’avant la Première Guerre mondiale à laquelle Proust avait été formé lorsqu’il était lycéen et étudiant en philosophie. On s’est donc attaché à relire dans cette optique quelques textes qui font rêver le narrateur sur le modèle, non pas de Freud mais d’Alfred Maury, ou qui évoquent les psychothérapeutes, les psychothérapies ou les doubles personnalités fin de siècle. Dans cette perspective, l’œuvre de Proust a pu apparaître comme l’un des aboutissements de l’histoire plurielle étudiée au premier semestre.

4Dans un autre registre, avec la collaboration de Marc Renneville, nous avons ouvert le dossier d’une affaire célèbre jugée en 1888, l’affaire Chambige, dans laquelle l’accusé était un jeune littérateur psychologue. Son crime, qui pouvait relever d’une psychologie tout à la fois littéraire et pathologique, inspira des analyses à des romanciers (Maurice Barrès et Anatole France) aussi bien qu’à des savants (Gabriel Tarde et Hippolyte Bernheim). Plusieurs romans, dont Le disciple de Paul Bourget, et L’âme errante de Paul Brulat, furent publiés à la suite de cette affaire qui avait révélé et aiguisé de multiples manières des conflits mais aussi des connivences et des recouvrements entre science et littérature. La recherche sur l’affaire Chambige se poursuivra en 2006-2007. Un exposé d’Aude Fauvel portant sur les « romans d’asile », à partir de son doctorat soutenu en novembre 2005 à l’EHESS, est venu compléter cette recherche sur la question des relations entre psychiatrie et littérature.

5Dans le cadre du séminaire, John Forrester, professeur d’histoire des sciences à l’Université de Cambridge, invité à l’École, a donné une conférence sur le thème : « Est-ce qu’il y a un modèle typique de la culture psychanalytique ? ».

Publications

  • Avec A. Ohayon et R. Plas, Histoire de la psychologie en France XIXe-XXe siècles, Paris, La Découverte, 2006, 272 p.
  • Avec M.-L. Pelus-Kaplan et C. Debru, Unité et globalité de l’homme. Des humanités aux sciences humaines, Paris, Syllepse, 2006, 257 p.
  • « Philosophie et psychologie au XIXe siècle en France. Taine, Ribot et la Revue philosophique », dans Unité et globalité de l’homme. Des humanités aux sciences humaines, op. cit., p. 79-91.
  • « Dreaming scientists and scientific dreamers : Freud as a Reader of French dream literature », Science in Context, 19, 1, 2006, p. 15-35.
  • Avec M. Renneville, « Une cause passionnelle passionnante : Tarde et l’affaire Chambige (1889) », Champ pénal, 2005, http://champpenal.revue.org/​DOCUMENT260.HTML.
  • Avec H. Schmidgen, « Psychologies expérimentales : Leipzig-Paris-Würzburg (1890-1910) », Mil neuf cent, 2006, 24, p. 171-204.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacqueline Carroy, « Histoire de la psychologie et de la psychopathologie », Annuaire de l’EHESS,  | 2007, 162-164.

Référence électronique

Jacqueline Carroy, « Histoire de la psychologie et de la psychopathologie », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2007, mis en ligne le 15 avril 2015, consulté le 22 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18016

Haut de page

Auteur

Jacqueline Carroy

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals