Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations de l’Asie

Histoire sociale et culturelle de la Corée nationale

Alain Delissen
p. 193-194

Texte intégral

Alain Delissen, maître de conférences

Séoul 1925 : mesures coloniales – enquêtes, statistiques et recensements

1Avec Séoul pour visée, le séminaire a porté sur la production des données quantitatives autour de 1925. Il est en effet apparu qu’une fois mis à part une poignée d’auteurs et de monographies formant discours, le corpus des savoirs coloniaux relevait en masse des variétés d’une littérature grise informée par la mesure : chiffres, tableaux, graphiques. S’est imposée une autre évidence : si le pouvoir d’enquêter à l’échelle de la péninsule fut à la seule main du Gouvernement général, d’autres acteurs semi-indépendants (universités nippones, missions d’enquêtes ad hoc, sociétés savantes, etc.) ont pu produire d’autres données certes plus limitées, mais sérieuses sinon toujours innocentes.

2À une époque où les sciences humaines et sociales commencent tout juste de se diffuser en Corée par des canaux publics (création de l’université impériale de Keijô en 1926), les savoirs sur la Corée publiés (approuvés) par l’État relèvent de trois genres principaux : les enquêtes (chôsa/chosa), les statistiques (tôkei/tonggye) et les recensements (kokuseilkukse).

3Des premières, on a retenu l’extrême hétérogénéité de styles et de contenus ; le caractère souvent schématique (loin des modèles de surveys posés par Le Play, Booth ou Yokoyama) ; enfin la distribution périodique inégale, mais significative des besoins politiques : les enquêtes abondent au début et à la fin de l’épisode colonial. Souvent thématiques et pan-coréennes (Les marchés de Corée, les Foules de Corée, etc.), rarement locales (outre l’obligatoire objet « village »), elles nous en apprennent peu sur Séoul.

4D’où il ressort qu’entre 1920 et 1936 dominent les savoirs fondés sur la mesure. Grâce à un ouvrage récent de Pak Myeonggyu et Seo Hoch’eol (Singmin kweollyeok-kwa t’onggye [Pouvoir colonial et statistiques]), publié à Séoul en 2003, le séminaire a pu rapidement installer d’utiles généralités. En posant d’une part une circulation impériale complexe des outils quantitatifs : si les idées et les institutions viennent du Japon pour s’appliquer aux colonies, c’est volontiers le mouvement inverse qui marque les pratiques et essais techniques (le premier recensement « japonais » a lieu à Taiwan en 1905). En repérant d’autre part les profondes continuités du personnel technique spécialisé derrière l’incessant redécoupage des organes et rattachements administratifs.

5Venu le temps de mobiliser ce vaste ensemble de données publiées pour le mettre au service d’une histoire sociale du Séoul colonial, il faut pourtant déchanter. Et pour d’autres raisons que celles, structurelles et banales, qui les jaugent à la tare de leur genèse coloniale. Ainsi, les épaisses collections de statistiques ont-elles pour fonction essentielle de recueillir et mesurer le périmètre, et les actes (gyômu/eommu), en bref l’action de l’État colonial. La société péninsulaire ne s’y trouve jamais visée en tant que telle : elle s’y esquisse moins comme un objet de connaissance convoité que comme un reflet, diffracté, indirect, et finalement fuyant renvoyé au miroir des actes publics d’administration. Les données géographiques sont grossières, les données de stratifications inexistantes, les données d’ethnicité apparaissent ou disparaissent sans raison aisément repérable. L’abondance a pour seul (et inutile ?) ressort la maniaquerie compilatoire des rapports hebdomadaires...

6Tels que publiés, les recensements généraux (le premier en Corée est organisé en 1925) ne sont guère plus utiles. Certes, malgré la fiction administrative d’une indifférenciation de gestion des populations, ils réintègrent enfin Coréens et Japonais à leurs territoires respectifs. Toutefois, les autres items collectés sont si rares (nom, genre, âge, position familiale, adresse, lieu de naissance) qu’une fois remis et agrégés au pot des provinces, ils laissent encore échapper la société séoulite. Ou plutôt : ces recensements des années 1920 réclament notre vigilance renouvelée. Car une seule cruciale « question sociale » taraude le pouvoir colonial : qui est où au moment Τ ? En ces temps d’intenses turbulences (démographiques, politiques), un seul mot inquiète : undong/undô (mouvements, mobilités).

7Au-delà, il faudrait donc renoncer à approcher le Séoul colonial par le chiffre réglé et se contenter des bribes de mesure sans rime ni raison qui courent les enquêtes et la presse ? Pas tout à fait, heureusement. On dispose par chance pour Séoul d’un document exceptionnel à tous égards. Pur monument de littérature grise, le Keijôfu kanko kokusei chôsa [Recensement intérimaire de Keijô] de 1925 fait bien mieux que nous offrir ses résultats à l’échelle fine des 200 quartiers de la capitale. Cas unique, il nous livre aussi par le menu tout l’appareillage péri-statitisque (méthodes, enquêteurs, informations, traitement, contrôle) sans la connaissance duquel les chiffres publiés in fine restent vains et muets. Ce sera la matière d’un prochain séminaire.

Publications

  • Avec N. Abdelfettah, « Evasions & obsessions-Differences and repetitions in history textbooks. France and Algeria », dans Nationalism and history textbooks in Asia and Europe, diverse views on conflicts surrounding history, Seongnam, AKS, 2006, p. 239-278.
  • « Libérations de l’image en Corée », dans Dictionnaire mondial des images, sous la dir. de L. Gervereau, Paris, Nouveaux mondes éditions, 2006, p. 249-251.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Delissen, « Histoire sociale et culturelle de la Corée nationale », Annuaire de l’EHESS,  | 2007, 193-194.

Référence électronique

Alain Delissen, « Histoire sociale et culturelle de la Corée nationale », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2007, mis en ligne le 15 avril 2015, consulté le 22 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18044

Haut de page

Auteur

Alain Delissen

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals