Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe

Histoire de la France moderne

André Burguière et Ran Halevi
p. 203-204

Texte intégral

André Burguière, directeur d’études
Ran Halévi, directeur de recherche au CNRS

L’Ancien Régime : Le règne de la critique

1Notre examen des caractères originaux de l’Ancien Régime avait pris comme point de départ les années précédentes les hypothèses séminales d’Alexis de Tocqueville. Nous avons choisi cette année de partir des propositions de Reinhart Koselleck dans son livre Le règne de la critique, en retenant le double sens de la notion de critique. D’une part, l’esprit d’examen qui soumet à l’empire de la raison toute œuvre humaine ; d’autre part, la critique au sens de « mise à distance » des individus et des groupes, l’expression – raisonnée ou spontanée – d’une « non-adhésion », d’une dissidence, d’un dissentiment explicite ou informulé.

2Ran Halévi, présentant l’œuvre de R. Koselleck, analyse l’irruption du rationalisme dans la pensée de l’ordre politique, autrement dit la construction rationnelle de l’absolutisme (depuis Hobbes) qui permet de repenser la question des origines politiques, philosophiques et sociales de la Révolution française mais aussi de l’avènement de l’absolutisme comme condition des Lumières. La préhistoire de ce parcours intellectuel se situe dans la pensée politique de Bossuet qui contribue, involontairement, à affaiblir l’idéologie royale puisqu’il articule l’obéissance politique à la foi religieuse, que les guerres de Religion et le « second absolutisme » ont définitivement séparées.

3Ran Halévi suit le cheminement de cette séparation par l’étude de l’émergence de la critique rationnelle de l’absolutisme au XVIIIe siècle, de l’extérieur mais aussi de l’intérieur du système du pouvoir absolu ; non seulement au sujet des institutions d’Ancien Régime mais encore à l’occasion de la Révolution américaine et de la rédaction des premières constitutions des treize États. Il poursuit sa réflexion par l’analyse de la critique libérale de l’absolutisme, c’est-à-dire par l’étude des rapports – et de l’opposition – entre pouvoir et liberté dans le sillage de l’œuvre de Montesquieu et des débats que cette œuvre suscite dans la seconde moitié du XVIIIe siècle. Il évoque enfin la critique révolutionnaire de l’absolutisme en s’appuyant sur divers pamphlets, des plus radicaux aux plus modérés, publiés à la veille de la Révolution française qui dessinent ensemble un nouvel horizon : l’analyse de la « constitution idéologique » de l’Ancien Régime comme objet de critique tel qu’il s’imposera après 1789.

4André Burguière s’est intéressé aux formes plus diffuses de dissentiment qui s’observent dans les profondeurs de la société et dont la genèse nous oblige à considérer l’Ancien Régime dans sa longue durée, c’est-à-dire sur les trois siècles de son histoire. Prenant appui sur la volumineuse historiographie des révoltes populaires longtemps centrée sur les révoltes antifiscales qui ont accompagné la construction de l’État moderne aux XVIe et XVIIe siècles, mais enrichie récemment par des études importantes sur les émeutes du XVIIIe siècle, il analyse le langage verbal, gestuel, stratégique de la révolte. Le Carnaval de Romans d’E. Le Roy Ladurie offre un observatoire magistral pour l’étude de l’expression politique du dissentiment populaire. Loin d’avoir disparu au XVIIIe siècle comme l’a montré Jean Nicolas, la révolte populaire prend la forme périodique et presque routinière de l’émeute qui devient la procédure habituelle de dialogue entre la critique populaire et le pouvoir.

5André Burguière aborde ensuite le développement d’une critique de l’ordre matrimonial qui a pu prendre appui sur le désaccord apparu au milieu du XVIe siècle entre le pouvoir royal et l’Église à propos des mariages clandestins. L’Église maintient au plan purement théorique contre l’autoritarisme patriarcal de l’État, son attachement à la priorité du libre consentement des conjoints, ouvrant la voie à la valorisation, d’abord littéraire et bientôt sociale, de l’amour comme seul fondement du mariage et à terme... à la légalisation du divorce.

6Il évoque enfin la dimension critique de la culture populaire : Face à l’ordre social, les analyses de Mikkail Bakhtine sur la culture de la place publique à propos du monde de Rabelais sont un bon point de départ pour suivre le développement d’un discours populaire qui utilise l’arme du rire. Face aux Églises et à leurs efforts de normalisation de la piété, la culture populaire a manifesté son attachement à une dévotion extériorisée et festive en se folklorisant, en empruntant les voies de la plaisanterie et de la dérision. André Burguière s’est interrogé enfin sur la diffusion de la posture critique des Lumières dans les classes populaires au XVIIIe siècle.

7André Burguière et Ran Halévi ont abordé ensemble la question de la critique « patriote » à la veille de la Révolution. David Womersley, professeur à l’Université d’Oxford a été invité à venir présenter au séminaire ses travaux sur Edward Gibbon, critique de l’histoire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

André Burguière et Ran Halevi, « Histoire de la France moderne », Annuaire de l’EHESS,  | 2007, 203-204.

Référence électronique

André Burguière et Ran Halevi, « Histoire de la France moderne », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2007, mis en ligne le 15 avril 2015, consulté le 23 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18053

Haut de page

Auteurs

André Burguière

Articles du même auteur

Ran Halevi

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals