Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe

Histoire sociale comparée de l’industrialisation

Alain Dewerpe et Patrick Fridenson
p. 227-228

Texte intégral

Alain Dewerpe, directeur d’études

Usines en France (XVIIIe-XXIe siècle)

1L’ambition du séminaire a été de rendre raison de la genèse et de la dynamique historique de l’usine non seulement comme agent économique mais aussi comme institution et comme microsociété au cours de l’industrialisation française. Afin de circonscrire les composantes essentielles du phénomène usinier et de rendre compte des interactions complexes qu’il entretient avec l’ensemble de la société française, on a envisagé quatre dimensions entrelacées : économique, sociologique, politique et culturelle. Au-delà de la typologie des systèmes locaux de relation usine/société, on a recherché le parti global que l’économie et la société françaises ont pris face aux diverses formes possibles d’industrialisation, parti qui a produit un véritable modèle d’usine à la française.

Publication

  • Charonne 8 février 1962. Anthropologie historique d’un massacre d’État, Paris, Gallimard (« Folio Histoire »), 2006, 897 p.

Alain Dewerpe et Patrick Fridenson, directeurs d’études

L’international. 3. Autour d’une histoire longue des formes mondialisées de l’industrialisation, XVIIIe-XXIe siècle

2Le séminaire s’est intéressé, pour la troisième année consécutive, à la dimension internationale de la production et de la circulation des produits industriels. Tout en mettant l’accent sur la comparaison de configurations internationales prises dans la longue durée du capitalisme industriel, nous avons mis en avant cette année deux approches.

31) Du côté des produits, quels effets porte l’échelle internationale ? Reprenant le dossier des systèmes industriels locaux, et en particulier ceux de la montre suisse, du couteau allemand et de la soierie lyonnaise, Alain Dewerpe a montré comment le produit contribuait à formater de manière très singulière les formes de l’internationalisation de ces systèmes productifs dépendants par construction historique de la maîtrise des marchés internationaux.

4Regina Blaszczyk a analysé le rôle de la « révolution de la couleur » dans le textile de masse américain et ses relations avec la France. L’invention d’une Color Card (carte des couleurs) tant en France qu’aux États-Unis a contribué à identifier la gamme, à mettre en œuvre une véritable standardisation du produit textile, à forger les goûts, et à assurer ainsi la régularisation des marchés à partir des caractéristiques formelles du produit, une consolidation qui doit beaucoup à sa dimension institutionnalisée – en particulier par la Textile Color Card Association (TCCA).

5Alain Dewerpe a analysé l’émergence d’un style international dans la construction et la commercialisation des paquebots transatlantiques entre 1880 et 1940 et les tensions qui pouvaient le travailler. Le produit paquebot, coûteux et d’un usage de longue durée, ne peut en effet affronter la vive concurrence qui structure son marché qu’en proposant aux plus riches de ses usagers un bénéfice symbolique contradictoire, celui d’une dimension nationale rémunératrice (dont la politique commerciale de la French Line est la plus révélatrice) et celui d’un style transatlantique, synonyme d’« international », qui croise les références, homogénéise les traditions et désaffilie finalement le produit au profit d’une catégorie commune repérable et identifiable dans le monde entier.

62) Du côté des firmes, on a insisté à la fois sur l’historicité et la très grande variété des modes de multinationalisation.

7À l’échelle macro, Patrick Fridenson a analysé deux exemples nationaux depuis 1945. Dans le cas du Japon, il a étudié, en examinant les travaux récents de l’historien japonais Yoshitaka Suzuki, le changement des sources de la compétitivité internationale de ce pays, c’est-à-dire le passage d’avantages spécifiques à certains produits ou à certaines branches à des avantages en termes de chaîne de valeur à partir de 1980, permettant une différenciation renouvelée. Mais celle-ci n’est pas toujours positive, et les avantages concurrentiels des entreprises à l’international apparaissent donc comme temporaires, contrairement à bien des théories sur l’avantage concurrentiel des nations ou la variété des capitalismes. Dans le cas de la France, P. Fridenson a montré les traits spécifiques de la dynamique internationale des firmes françaises de 1945 à 1980 par rapport à d’autres périodes : montée des activités de recherche et de développement, réseaux de services autour des activités industrielles, coopération accrue entre firmes, soutien de l’État au commerce extérieur, présence plus grande des PME. Ainsi a pu être renouvelée en partie la base industrielle, commerciale et financière d’avantages héritée du XIXe siècle, avec le maintien cependant d’un élément distinctif : l’importance des ventes sous licence. La troisième séance prévue – sur la réintégration de l’Allemagne dans l’économie mondiale depuis 1945, avec Mark Spoerer (Université de Stuttgart-Hohenheim) – n’a pu avoir lieu en raison de l’inaccessibilité temporaire du 105 boulevard Raspail.

8À l’échelle micro, Patrick Fridenson a analysé comment la multinationale anglo-hollandaise Unilever présentait entre 1965 et 1990 un cas limite de multinationalisation. À la différence de la firme américaine Gillette, étudiée l’an dernier, qui a mis l’accent sur l’uniformité et les économies d’échelle, Unilever (présente dans cent pays, donc vraiment globale) a réussi sa transformation, comme l’a montré Geoffrey Jones, en transférant dans le monde entier des marques et des produits nés dans différentes parties du monde et en négociant (sans chercher à les manipuler) avec les divers gouvernements nationaux.

9Ces trois années de séminaire commun ont ainsi mis en lumière les nouveaux apports des recherches historiques aux débats contemporains sur la mondialisation en même temps qu’elles ont illustré la présence constante de l’international dans les activités les plus nationales.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Dewerpe et Patrick Fridenson, « Histoire sociale comparée de l’industrialisation », Annuaire de l’EHESS,  | 2007, 227-228.

Référence électronique

Alain Dewerpe et Patrick Fridenson, « Histoire sociale comparée de l’industrialisation », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2007, mis en ligne le 15 avril 2015, consulté le 21 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18079

Haut de page

Auteurs

Alain Dewerpe

Articles du même auteur

Patrick Fridenson

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals