Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe

Histoire des minorités migrantes en Europe de l’Ancien Régime à nos jours

Henriette Asséo
p. 229-230

Texte intégral

Henriette Asséo, professeur agrégée

Histoire des minorités tsiganes en Europe

1Le séminaire a porté sur l’analyse des recherches sur les Tsiganes d’Europe. Depuis quelques années, ce sujet « émergeant » suscite des travaux dans tous les pays d’Europe, contribuant au renouvellement de l’état des lieux. Mais les problématiques des chercheurs sont très hétérogènes et dépendantes de leur formation et de leurs influences intellectuelles. L’impression de dispersion et d’éclectisme est accentuée par le fait que les sollicitudes financières des institutions européennes à l’égard des Roms ont suscité des enquêtes opportunistes sur la « marginalité » supposée de ces populations. L’intégration à l’Europe des « nouveaux entrants » s’est accompagnée de la prise de conscience qu’un genre particulier de concitoyens formait une large fraction de la population notamment en Slovaquie, Hongrie, Roumanie, Bulgarie. La mobilisation du Conseil de l’Europe et les travaux de la commission d’Helsinki ont défini la conduite à tenir à l’égard des « minorités romani » selon les critères de Copenhague sur la construction de la démocratie, l’État de droit et le respect des droits de l’homme et des minorités. Mais la protection des minorités s’est révélée un piège qui a entraîné une fuite en avant de la politique d’injonction par le soutien sans contrôle aux organisations non gouvernementales et la mise sur pied d’un réseau de lobbying. Ce nouvel espace de circulation transnationale a influencé la pensée politique des représentants communautaires qui voient désormais dans les apories d’« une citoyenneté transnationale » la solution aux problèmes des familles romani européennes.

2La confrontation des sources permet d’établir le dossier d’une étude comparative des systèmes historiques tsiganes qui expliquent la permanence d’un patriotisme familial, en dehors de l’appui des élites. Le dossier ne se réduit pas à l’habituelle antienne sur les éternels pourchassés. Les Tsiganes échappent aux catégorisations car ils sont porteurs d’identités multiples en perpétuelle évolution et recomposition. Mais, cette souplesse n’est jamais prise en compte par les praticiens des sciences sociales et nous a amené à poser le cadre d’une critique de l’idéologie actuelle de la « marginalité ». Cette notion a été reprise par la sociologie normative pour qualifier l’inadaptation sociale. Mais, sous couvert de dénoncer des archaïsmes de pensées, on voit émerger les prodromes d’une pensée normative qui emprunte certains traits antérieurs du système de dénégation.

3Un examen critique de la production en sciences humaines nous a conduit à chercher à identifier les régimes d’historicité dans lesquels un intérêt académique relatif se manifestait pour le monde tsigane. Nous avons ainsi pu remarquer que l’inscription dans des régimes discursifs repose toujours sur un principe commun. La représentation collective des Tsiganes ne relève d’aucune catégorisation collective habituelle. Ils ne sont pas définis comme une « une nation » au sens ancien du terme, pas plus comme un peuple, encore moins comme une caste, ni comme une minorité culturelle. Ce régime de dénégation se met en place dans la galaxie Gutenberg au tournant du XVIe siècle dans le cadre de formations rhétoriques liées à des conjonctures complexes. La réitération contribue à la désappropriation collective des identités territoriales et historiques des populations concernées par cette forme de désignation. La comparaison de la période 1870-1930 en France et en Allemagne est à cet égard particulièrement éclairante. La quête de la race et le débat sur les origines indo-européennes auraient pu assurer la promotion des Tsiganes au panthéon des races supérieures. Il n’en fut rien, et le nouveau déterminisme social a accompagné le changement de paradigme policier. Or les exposés ont permis de constater que cette conjoncture s’étend non seulement à toute l’Europe, et en particulier dans le monde balkanique au début du XXe siècle, mais aussi dans le monde ottoman.

4La première opération de dépouillement systématique des sources de première main consistera à établir le cadre raisonné d’une inscription temporelle et spatiale de l’histoire des Tsiganes d’Europe. Nous reprendrons la vaste documentation laissée par la tsiganologie qui rassemblait en son temps tous les grands noms de la linguistique et de l’anthropologie pour comprendre pour quelle raison il n’y a pas eu d’inscription de la présence bohémienne, pourtant pluriséculaire, dans le champ historiographique des constructions nationales.

5Parmi les activités de l’année, j’ai participé au Workshop « The Roma in Europe » sous l’égide du LAIOS (UPR 9037) et de la British Academy, tenu à l’EHESS les 24 et 25 octobre 2005. J’ai contribué aux activités du Mémorial de la Shoah sur les Tsiganes dans la Seconde Guerre mondiale et j’ai communiqué aux journées du Centre de recherches historiques sur la dépendance (3-4 avril 2006) en réfléchissant aux relations entre dépendance et marginalité dans la construction politique des « asociaux » dans l’entre-deux-guerres.

Publications

  • « Le massacre des Tsiganes d’Europe », dans L’état du monde en 1945, sous la dir. d’A. Wieviorka et S. Courtois, La Découverte/Poche, 2005, p. 23 – 25 (1re édition, 1994).
  • « L’avènement politique des Roms (Tsiganes) et le génocide. La construction mémorielle en Allemagne et en France », Le Temps des médias, dossier « Shoah et génocides, médias, mémoire, histoire », sous la dir. de C. Delporte, M.-A. Matard-Bonucci et O. Elyada, 5, automne 2005, p. 78-91.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Henriette Asséo, « Histoire des minorités migrantes en Europe de l’Ancien Régime à nos jours », Annuaire de l’EHESS,  | 2007, 229-230.

Référence électronique

Henriette Asséo, « Histoire des minorités migrantes en Europe de l’Ancien Régime à nos jours », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2007, mis en ligne le 15 avril 2015, consulté le 21 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18080

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals