Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe

Sociohistoire des pratiques culturelles (XVIe-XVIIIe siècle)

Roger Chartier
p. 233-235

Texte intégral

Roger Chartier, directeur d’études

Pratiques d’écriture, circulations textuelles et appropriations culturelles dans les sociétés d’Ancien Régime

1Le séminaire a eu cette année comme fil conducteur l’étude des pratiques de la traduction entre XVIe et XIXe siècles. Au cours du premier trimestre, l’analyse de différents textes a permis de désigner plusieurs problèmes essentiels : ainsi, la « professionnalisation » des traducteurs et les profits attendus des traductions (en suivant le dialogue entre Don Quichotte et le traducteur des Bagatele dans le chapitre 62 de la Seconde Partie de Don Quichotte), la « naturalisation » des œuvres étrangères grâce à leur traduction (comme l’affirme Sorel à propos des romans espagnols dans sa Bibliothèque française), l’effet de la présentation typographique des traductions sur le statut et la lecture des textes (étudiés à partir des pages de titres des traductions du Don Quichotte en anglais, français et toscan au XVIIe siècle), ou le rôle de la traduction et des truchements dans le rapport à l’autre (à partir du commentaire du chapitre « Des cannibales » dans les Essais de Montaigne, Livre I, chapitre XXXI).

2Cette première série d’études de textes a été ouverte par une réflexion plus générale (présentée également à un colloque de l’Université Di Tella à Buenos Aires) consacrée aux relations avec le passé qu’établissent différents registres de l’écriture de fiction : la construction théâtrale de l’histoire nationale (avec un retour sur les « histories » de Shakespeare), la parodie des genres littéraires (avec la référence obligée à Don Quichotte et la satire des romans chevaleresques, pastoraux et picaresques) ou les biographies imaginaires (ainsi celles écrites par Max Aub).

3Durant le premier trimestre, ce travail de séminaire a été accompagné par des conférences données par le directeur d’études à Madrid et Barcelone sur divers aspects de Don Quichotte et par plusieurs communications présentées au colloque sur l’histoire des mentalités organisé par l’Université nationale du Chili en hommage au professeur Mellafe.

4Au second trimestre, le séminaire a été partagé avec Jean Hébrard qui en a assuré la direction durant le séjour d’enseignement du directeur d’études à l’Université de Pennsylvanie. Lors de ses retours à Paris, celui-ci a présenté deux dossiers (nourris par des recherches sur les éditions anciennes menées aux États-Unis). Une première étude a porté sur les éditions et les traductions du Libro del Cortegiano de Castiglione, avec une attention particulière portée aux différentes manières dont fut traduit au XVIe siècle en castillan (par Juan Boscán) en anglais (par Thomas Hoby) et en français (par Gabriel Chappuys) le chapitre XXVI du Livre premier qui introduit « una nova parola » pour définir la règle de comportement du courtisan : « sprezzatura ». Une seconde analyse a fait retour sur les traductions de l’Oráculo manual y arte de prudencia de Gracián (1647), en privilégiant les écarts entre le texte espagnol et ses traductions françaises (celle d’Amelot de la Houssaie en 1684 et celle du jésuite Courbeville en 1730) et en portant l’attention sur les modes de présentation du texte (numérotation des maximes, tables, récapitulation, notes, etc.). Dans les deux cas, les questions ont été les mêmes : comment est-il possible de traduire l’intraduisible (ce qui était la réputation des œuvres de Gracián au XVIIe siècle) ? Comment la traduction donne-t-elle un nouveau statut au texte traduit, transformant le Cortegiano en recueil de lieux communs ou faisant de l’Arte de prudencia un manuel de cour. Durant le second trimestre, le directeur d’études a enseigné un séminaire sur les sociétés de cour dans l’Europe moderne à l’Université de Pennsylvanie, présenté une conférence au Royal Holloway de l’Université de Londres consacrée à l’une des figures les plus puissantes des « histories » de Shakespeare, celle de Jack Cade, et donné plusieurs communications et conférences sur l’histoire de la culture imprimée à l’Université du Wisconsin, à l’Université de Puerto Rico et à l’Université de Chicago.

5La dernière partie du séminaire en mai et juin a été organisée à partir d’une question centrale : les rapports entre ces deux formes antagonistes de circulation des œuvres d’un même auteur que sont leur rassemblement en un volume unique et leur démembrement sous forme d’extraits. Le cas des pièces des poèmes de Shakespeare (étudié dans un essai à paraître rédigé en collaboration avec Peter Stallybrass) a illustré cette tension en portant l’attention, d’une part, sur les tentatives successives pour réunir en un seul volume le corpus shakespearien (celle de Thomas Pavier en 1619 puis celle, plus réussie, de Heminge et Condell, éditeurs en 1623 du premier Folio qui réunit les Histories, Comedies, and Tragedies de Shakespeare) et, d’autre part, sur la présence très précoce de citations de Shakespeare dans les recueils de lieux communs qui substituent aux auteurs anciens les poètes et dramaturges contemporains. C’est ainsi qu’en 1600 est publié le Bel-vedere, or, the Garden of the Muses, premier recueil de lieux communs entièrement composés de citations d’auteurs anglais du temps. Shakespeare y est présent avec 179 citations, 88 extraites de cinq de ses pièces et 91 provenant du seul poème, The Rape of Lucrece. Cette analyse a permis de faire retour sur les relations entre écriture à la main et publication imprimée à l’époque moderne et d’ouvrir, avec les collègues étrangers présents au séminaire, une discussion sur les relations entre histoire de l’écrit et critique littéraire. C’est un semblable thème qui a été traité par le directeur d’études dans des conférences données à la Foire du livre de Buenos Aires et en ouverture d’un colloque de philologie et d’histoire littéraire tenu à l’Université de La Plata.

Publications

  • « Paratesto e preliminari. Cervantes e Avellaneda », dans I Dintorni del testo, sous la dir. de M. Santoro et M. G. Tavoni, Rome, Edizioni dell’ Ateneo, 2005, p. 137-148.
  • « Historias sin fronteras. Braudel y Cervantes », Cultura Escrita & Sociedad, 1, 2005, p. 143-157.
  • « Crossing Borders in Early modern Europe. Sociology of texts and literature », Book history, 8, 2005, p. 37-50.
  • Culture écrite et société, Moscou, HOBOE, 2006, 270 p. (en russe).
  • Inscribir y borrar. Cultura escrita y literatura (siglos XI-XVIII), Buenos Aires, Katz Editores, 2006, 253 p.
  • Avec G. Cavallo, dir., Histoire de la lecture dans le monde occidental, Séoul, Korean Publishing Marketing Intitute, 2006 (en coréen).
  • « Readers and readings in the electronic age », Text-e. Text in the age of Internet, sous la dir. de G. Origgi, New York, Palgravve McMillan et Centre Georges Pompidou, 2006, p. 1-20.
  • « A “nova” história cultural existe ? », História e Linguagens. Texto, imagen, oralidade e representações, sous la dir. d’A. Herculano Lopes, M. Pimenta Velloso et S. Jatahy Pesavento, Rio de Janeiro, Edições Casa de Rui Barbosa, 2006, p. 29-43.
  • « Genre between literature and history », Modern Language Quarterly, 67, 1, mars 2006, p. 129-139.
  • « Del códice al hipertext », Minerva, 1, 2006, p. 49-52.
  • « Kultúrtörtet és historiográfiai hagyományok », Korall. Társadalomtörténeti Folyóirat, 23, 2006, p. 5-20.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Roger Chartier, « Sociohistoire des pratiques culturelles (XVIe-XVIIIe siècle) », Annuaire de l’EHESS,  | 2007, 233-235.

Référence électronique

Roger Chartier, « Sociohistoire des pratiques culturelles (XVIe-XVIIIe siècle) », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2007, mis en ligne le 15 avril 2015, consulté le 25 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18083

Haut de page

Auteur

Roger Chartier

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals