Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe

Histoire de la Révolution française

Patrice Gueniffey
p. 249-250

Texte intégral

Patrice Gueniffey, directeur d’études

Histoire des histoires de la Révolution française

1Ce séminaire est la suite d’une enquête commencée il y a plusieurs années, sur l’histoire des interprétations de la Révolution française, depuis les années qui ont suivi la fin de la Terreur jusqu’à la naissance de l’histoire universitaire de la Révolution. Après avoir été consacré d’abord aux discours de l’époque thermidorienne, le séminaire a porté sur les interprétations élaborées sous le Directoire, les unes exprimant le point de vue d’auteurs hostiles à la Révolution, les autres participant, dès les années 1796-1797, à la naissance de l’historiographie révolutionnaire proprement dite. J’avais déjà consacré un précédent séminaire aux œuvres de Maistre et de l’abbé Barruel ; je me suis attaché à celle de Mallet du Pan, ancien collaborateur du Mercure de France devenu ensuite le conseiller de plusieurs gouvernements en guerre avec la France révolutionnaire. Mallet du Pan, plus connu que lu, a exercé longtemps une influence considérable. Ses écrits avaient inspiré Burke, et ce sont encore eux qui furent, bien plus tard, la source principale des Origines de la France contemporaine de Taine. Observateur lucide et profond des événements dont il rendit compte, d’abord comme journaliste, ensuite comme informateur des ennemis de la France, penseur libéral et conservateur, aussi hostile à la Révolution qu’éloigné de la contre-révolution, son intérêt réside moins dans ses idées politiques ou constitutionnelles (de ce point, c’est un « monarchien » peu original), mais dans son analyse du phénomène révolutionnaire lui-même, dont, le premier, il sut démonter les mécanismes et analyser la dynamique. La deuxième partie du séminaire a été consacrée aux premières tentatives pour restituer les origines et le développement d’une histoire que beaucoup considéraient, au lendemain de Thermidor, comme enfin close. De ces premières histoires, je me suis efforcé de cerner les conditions de possibilité, de repérer les formes, et d’inventorier les éléments communs d’une première historiographie d’inspiration thermidorienne et libérale qui, commencée avec l’Histoire philosophique de la Révolution de France de Fantin-Desodoards (1795), se referme en 1818 avec la publication des Considérations sur la Révolution française de Mme de Staël. L’un des traits les plus remarquables de cette tradition, qui inscrit la Révolution de 89 dans le mouvement nécessaire de la civilisation et qui condamne la Terreur de 93 comme un accident imputable aux Jacobins, c’est le détour qui les conduit à assumer, pour finir, du moins en partie, l’héritage de 93 en faisant la part de la fatalité (sous la forme des circonstances) et celle du crime (rejeté sur Robespierre). Dès lors, l’idée affleure, chez les plus libéraux, que la Terreur n’a pas seulement été un accident, mais le moyen (inavouable mais nécessaire) d’enraciner les principes de 89. Ainsi se forme, dès l’époque du Directoire, l’interprétation « fataliste » de la Révolution que Thiers et surtout Mignet illustreront plus tard.

Publication

  • « Logiques de l’ennemi et de la Terreur sous la Révolution française », dans Les Logiques totalitaires en Europe, sous la dir. de S. Courtois, Paris, Éditions du Rocher, 2006, p. 83-115.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Patrice Gueniffey, « Histoire de la Révolution française », Annuaire de l’EHESS,  | 2007, 249-250.

Référence électronique

Patrice Gueniffey, « Histoire de la Révolution française », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2007, mis en ligne le 15 avril 2015, consulté le 21 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18094

Haut de page

Auteur

Patrice Gueniffey

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals