Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe

Histoire de la modernité religieuse

Rita Hermon-Belot
p. 253-255

Texte intégral

Rita Hermon-Belot, maître de conférences

La liberté des cultes en France : parcours historique et anthropologie religieuse

1L’année 2005-2006 a été en France celle de la célébration du centenaire de la loi de 1905 et, eu égard à la place occupée par les questions religieuses dans la vie internationale, celle de discussions et débats nombreux et animés, dont le séminaire a voulu prendre acte. C’est pourquoi l’année a commencé par une réflexion sur l’articulation entre les notions de liberté des cultes et de laïcité, et son évolution récente à la fois chez les acteurs et les chercheurs, dont certains ont voulu prendre des positions publiques à l’occasion du centenaire. Entre les deux exigences énoncées solidairement par la loi, de neutralité de l’État et de garantie de l’exercice de la liberté des cultes, la question a été posée d’un glissement donnant la primauté à la seconde, pour faire de la laïcité un système de gestion des cultes en en atténuant la dimension politique. Une interrogation à laquelle on a joint la tendance observée à travers différentes rencontres européennes à ériger un enseignement pluraliste du fait religieux en formation par excellence à la citoyenneté démocratique. Ces analyses ont été présentées à différents publics et poursuivies avec eux en réponse à de nombreuses invitations reçues à l’occasion de la commémoration, entre autres : Archives départementales de Loire-Atlantique, Bibliothèque municipale de Reims ou Faculté de théologie protestante de Genève.

2On a également cherché à évaluer le poids des héritages historiques dans la gestion présente de la liberté des cultes en France à l’occasion d’une séance ouverte, organisée le 18 octobre à l’EHESS, sous le titre, « La République et les cultes, non-reconnaissance et connaissance ». Elle a rassemblé une cinquantaine de personnes, chercheurs, étudiants et membres d’associations cultuelles autour du chef du Bureau des cultes au ministère de l’Intérieur, du responsable au sein de ce bureau des questions concernant l’islam, de deux membres de la mission « Miviludes », et de représentants des ministères de la Culture et de la Justice (en charge notamment de l’administration pénitentiaire). Les discussions ont notamment fait ressortir la difficulté française à passer à une gestion réellement pluraliste des cultes prenant en compte la pluralité des courants au sein des traditions religieuses.

3L’étude historique de la question de la reconnaissance des cultes, au cœur des travaux du séminaire ces dernières années, s’est poursuivie avec notamment un exposé sur les « “Non-reconnus” : les protestants baptistes en France », par Sébastien Fath (CNRS-GSRL). Une série de séances ont convergé pour désigner la place déterminante de la période de la Restauration dans le parcours français, dont l’étude sera poursuivie l’année prochaine.

4La nécessaire historicisation de la notion de « reconnaissance » des cultes en France a fait l’objet d’une présentation au séminaire de l’EHESS, « Recherches comparatives sur les lexiques politiques » ainsi qu’aux « Entretiens de Sofia », organisés cette année autour de Charles Taylor. Cet effort pour raccorder les dimensions historique et contemporaine a été poursuivi lors de deux semaines d’enseignement au Centre franco-argentin de Buenos Aires qui ont été aussi l’occasion de rencontres de travail avec des chercheurs de l’université UBA et des responsables argentins de la gestion des cultes.

5La séance collective, « Comment aborder la question religieuse dans la sphère coloniale ? », a été reportée à l’année suivante pour des raisons d’organisation, mais la question a été ouverte, notamment en ce qui concerne l’Algérie, par des exposés d’Anna Bozzo (Université Roma Tre-GSRL) et Marina Zuccon, doctorante, et par une présentation de « la pluralité des cultes dans le contexte indien » par Catherine Clémentin-Ojha (CEIAS). Une étude de la « cléricalisation » du culte musulman en Algérie a ainsi permis d’ouvrir un axe de comparaison de culte à culte en répondant immédiatement à une autre séance portant sur la « cléricalisation » de la fonction rabbinique.

Publications

  • « Enseigner le pluralisme », dans Des maîtres et des dieux, religion et enseignement en Europe, sous la dir. de J.-P. Willaime et S. Mathieu, Paris, Belin, 2006, p. 265-270.
  • « Pensée juive et séparation », dans Vers la liberté religieuse : la séparation des Églises et de l’État, sous la dir. de P. Boutry et a. Encrevé, Université Paris-XII, 2006, p. 171-187.
  • « Bossuet mis à contribution par la Révolution française », dans Bossuet, Le verbe et l’Histoire (1704-2004), sous la dir. de G. Ferreyrolles, Paris, Honoré Champion, 2006, p. 365-376.
  • « Une politique de la non-reconnaissance ? projets et tensions de la laïcité française », DIVINATIO, 23 : « Religion et politique. Les angoisses de la modernité », Sofia, printemps-été 2006, p. 77-89.
  • « L’élaboration d’une connaissance du judaïsme au tournant de l’émancipation : l’abbé Grégoire, émancipateur des juifs et prêtre catholique », dans Les Églises et le Talmud, ce que les Chrétiens savaient du judaïsme (XVIe-XIXe siècles), sous la dir. de D. Toilet, Paris, PUPS, 2006, p. 147-154.
  • « Les juifs de France, appartenance religieuse et identité nationale dans la Révolution française », dans Identités, appartenances, revendications identitaires, M. Belissa, A. Bellavitis, M. Cottret, L. Crocq et J. Duma (éds), Paris, Nolin, 2006, p. 103-110.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Rita Hermon-Belot, « Histoire de la modernité religieuse », Annuaire de l’EHESS,  | 2007, 253-255.

Référence électronique

Rita Hermon-Belot, « Histoire de la modernité religieuse », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2007, mis en ligne le 15 avril 2015, consulté le 22 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18097

Haut de page

Auteur

Rita Hermon-Belot

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals