Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe

Sociohistoire des relations de pouvoir (XIXe-XXe siècles)

Gérard Noiriel
p. 257-258

Texte intégral

Gérard Noiriel, directeur d’études

Discours publics et humiliations privées. Les débats sur l’immigration en France (XIXe-XXe siècles)

1Au cours de l’année, nous avons dédoublé notre enseignement de façon à pouvoir autonomiser un enseignement méthodologique sur la sociohistoire, par rapport à notre enseignement thématique.

2Nous avons revisité des chantiers que nous avons explorés depuis longtemps, concernant l’histoire de l’émigration de l’immigration en France, en privilégiant l’analyse des discours tenus par les hommes politiques, les journalistes et les experts, depuis la IIIe République jusqu’aujourd’hui. Trois grands moments ont été retenus : les années 1880, les années 1930 et les années 1980-2000.

3L’approche sociohistorique a permis d’éclairer la notion de public, entendue comme une relation sociale développée à distance entre celui qui écrit (ou qui parle) en public et ceux qui le lisent (ou l’écoute). La réflexion sur cette relation nous a conduit à délaisser le vocabulaire habituellement employé pour nommer les discours péjoratifs à l’égard des étrangers (xénophobie, racisme, etc.) au profit d’une formulation (« humiliation privée ») qui met l’accent sur la réception des discours publics, et leurs effets dans le processus de stigmatisation des personnes.

4On s’est penché aussi sur la construction des stéréotypes et sur les types de réponses que leur opposent ceux qui n’ont pas légitimement accès à l’espace public.

Introduction à la sociohistoire

5Ce séminaire mensuel a été organisé en collaboration avec Nicolas Mariot et François Buton. Il a permis de présenter les problématiques, les méthodes et les thèmes qui caractérisent ce domaine des sciences sociales.

6Dans la première séance, nous sommes revenus sur l’histoire de l’histoire et de la sociologie pour montrer la contribution que ces deux disciplines ont apportée à la sociohistoire. Les autres séances ont été consacrées à la présentation de recherches historiques empiriques. Trois thèmes ont été privilégiés.

7Dans la première partie, nous nous sommes interrogés sur le processus social de nomination et de catégorisation des individus, envisagé comme une relation de pouvoir permettant d’agir à distance sur l’identité des personnes et d’orienter leurs conduites.

8Dans la deuxième partie nous avons tenté de montrer comment les individus qui parlent (et surtout qui écrivent) au nom de l’État (notamment les préfets) « fabriquent » des personnages collectifs, comme « l’esprit public », « l’opinion », « le peuple », etc. On a exposé aussi les problèmes méthodologiques que pose l’utilisation de leurs écrits par l’historien.

9Dans la troisième partie, nous avons développé l’hypothèse que ces questions ne sont pas seulement politiques, mais qu’elles concernent aussi l’histoire culturelle. En définissant un « public » comme un groupe social reliant un auteur et ses lecteurs, on s’est demandé comment les « producteurs » de textes (les écrivains, mais aussi les éditeurs) s’y prennent pour influer à distance sur la réception des textes, en modelant ainsi les collectifs qu’ils cherchent à mobiliser avec leurs plumes.

Publications

  • Introduction à la sociohistoire, Paris, La Découverte (« Repères »), 2006, 128 p.
  • « Socio-histoire », dans Dictionnaire des sciences humaines, sous la dir. de S. Mesure et P. Savidian, PUF, 2006, p. 1101-1103.
  • « L’identification des personnes », dans Du papier à la biométrie, sous la dir. de X. Crettiez et P. Piazza, Paris, Les Presses de Sciences Po, 2006, p. 29-38.
  • « Color Blindness et construction des identités dans l’espace public », dans De la question sociale à la question raciale ? Représenter la société française, sous la dir. de É. Fassin et D. Fassin, Paris, La Découverte, 2006, p. 158-174.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gérard Noiriel, « Sociohistoire des relations de pouvoir (XIXe-XXe siècles) », Annuaire de l’EHESS,  | 2007, 257-258.

Référence électronique

Gérard Noiriel, « Sociohistoire des relations de pouvoir (XIXe-XXe siècles) », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2007, mis en ligne le 15 avril 2015, consulté le 25 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18101

Haut de page

Auteur

Gérard Noiriel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals