Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe
Monde méditerranéen

Histoire culturelle du monde byzantin, néohellénique et sud-est européen

Paolo Odorico
p. 263-265

Texte intégral

Paolo Odorico, directeur d’études

Lectures horizontales dans la production littéraire à Byzance

1Cette année nous avons abordé la question de l’évaluation des données historiques contenues dans un produit littéraire : faut-il faire confiance aux auteurs et utiliser les informations qu’ils nous présentent, ou bien considérant la fonction du produit littéraire par rapport au public, nous devons nous interroger sur la déformation des données, sur leur dimension imaginaire et littéraire ? Nous avons choisi d’analyser certaines données topographiques, comme la description de Thessalonique et celle des monuments de Constantinople, étudiant la Vie de saint David (VIIIe siècle), la Prise de Thessalonique de Jean Caminiatès (Xe siècle), et les Parastaseis Syntomoi Chronikai (VIIIe-IXe siècle). Certains détails nous ont permis de découvrir une acropole à Thessalonique qui n’avait jamais été signalée ; par contre nous avons pu constater que les données historiques fournies par une Vie très appréciée par les historiens, doivent être maniées avec prudence, car le but de l’auteur, prêt à falsifier l’histoire, était la construction de la sainteté de son personnage. Quant aux décors urbains de Constantinople, nous avons étudié les statues « magiques » pour expliquer comment les circuits religieux peuvent mélanger religion et magie pour célébrer la ville-siège du représentant de Dieu sur terre.

2Notre réflexion sur la littérature byzantine a été poursuivie par trois enseignants invités.

3Margaret Mullett, professeur à l’Université de Belfast : « Diègèsis épistolikè. Narration et communication à Byzance au XIIe siècle »

4Nous avons étudié les changements, l’Innovation et la reprise d’éléments traditionnels dans la littérature byzantine du XIIe siècle, en nous concentrant sur la redéfinition des genres littéraires, sur les similarités, les différences, les convergences et les divergences des genres narratifs dans l’historiographie et dans les genres interactifs, comme l’épistolographie. Ainsi nous avons examiné l’approche des Byzantins à la littérature, prenant en compte les écrits théoriques sur les lettres, du Péri Hermèneias de Démétrios et la Lettre 51 de Grégoire de Nazianze, à Nikoboulos et aux typoi epistolikoi qui offrent une chaîne générique à la trame de la lettre-forme. Parallèlement, nous avons recherché un vocabulaire de l’approche théorétique moderne au narratif (Genette) et un exemple d’écriture narrative du début du XIe siècle et sa mise en images dans la Sicile normande du milieu du XIIe siècle, le Synopsis historion de Jean Skylitzès. Ensuite nous avons traité de la « novélisation » à Byzance et du narratif dans le contexte de la théorie de Bakhtin sur la forme romancée, pour conclure que l’histoire synoptique (Constantin Manassès), l’histoire autoptique (Anne Comnène) et l’hagiographie (la Vie de Cyril Philéotès) montrent des aspects de la forme romancée. En considérant l’épistolographie et l’épistolarité (dans les formulations de Janet Altman), nous avons vu la différence entre lettres et narratif, en étudiant des cas de narratif dans les lettres, et la fonction autobiographique des collections de lettres. Nous avons examiné les lettres incluses dans Digénès Akrites, les romans du XIIe siècle, Anne Comnène et Skylitzès et un roman épistolaire (la Diègèsis mérikè). Byzance n’a pas connu de roman épistolaire, mais certaines formes de discours étaient au XIIe siècle fortement influencées par la convergence du narratif et de l’épistolographie pour former une sorte de narratif épistolaire. Le Diègèsis mérikè, produit d’un milieu non littéraire, le Mont Athos, a fourni un cas d’étude dans lequel une histoire est racontée au travers de lettres, documents et récits à la première personne. Son genre, sa fonctionnalité, son degré fictif, son épistolarité, et sa technique narrative ont été présentés comme un cas supplémentaire de forme romancée, où ont été franchies les frontières entre littérature séculaire et religieuse, et entre textes littéraires et non littéraires.

5Daniele Bianconi, chargé de cours à l’Université de Sienne : « Livres et pratiques intellectuelles à Byzance à l’époque tardive »

6L’époque des Paléologues présente des mutations sociales et intellectuelles bien marquées, comme l’intensification de l’étude de textes anciens, leur édition, la composition d’essais de critique littéraire centrée sur les classiques, le goût pour l’érudition et la philologie, la traduction grecque de textes latins, le regain d’intérêt pour la philosophie ancienne et pour les sciences, l’emploi littéraire de la langue vulgaire, le débat sur la religion (controverse palamite). Nous avons donc analysé le rapport des savants de cette époque avec les textes classiques et, à partir de Théodore Métochite et du Synodikon de l’Orthodoxie, montré que l’expansion des études de l’époque n’a pas modifié la base sociale de la culture dominante et n’a causé aucune redéfinition du rôle et de la place des classiques dans la société ou dans son système de représentation : les classiques ont continué à jouer un rôle d’ordre instrumental, subalterne à la foi et aux enseignements des Pères de l’Église. C’est pourquoi nous avons critiqué la notion de « Renaissance » ou d’« Humanisme » souvent appliquée à la Byzance de l’époque tardive et fondée sur le préjugé de la redécouverte et de la réappropriation de l’héritage antique.

7Après un aperçu rapide de l’histoire de l’écriture grecque à l’époque des Paléologues, en examinant manuscrits et production documentaire, nous avons essayé de fournir une « lecture sociale » des documents écrits et de tirer de l’étude des témoignages graphiques des informations sur la diffusion sociale de l’écriture et sur sa fonction. Les manuscrits copiés et lus par Nicéphore Grégoras à Constantinople et par Démétrius Triclinios à Thessalonique, nous ont permis de voir comment les cercles savants se sont approchés de l’écriture, de l’écrit, et des textes classiques, et comment ils s’en sont appropriés, au croisement de la lecture et de l’écriture individuelle et collective. Dans ces cercles sont passés aussi les écrits des controverses religieuses : nous avons examiné le cas du patriarche Philothée Kokkinos, ses connaissances (gnorimoi) et ses collaborateurs sur la base du cod. Marc. gr. 582, aidés par une annotation très intéressante dans le premier folio d’un cahier du manuscrit tombé et retrouvée par nous dans le Marc. gr. 155, et du cod. 46 Benaki, un évangéliaire contenant dans le dernier folio une annotation attribuée par nous à la main de Philothée.

8Taxiarchis Kolias, professeur à l’Université d’Athènes : « Un aspect de la civilisation matérielle byzantine : l’homme et les animaux »

9Après un examen rapide de la bibliographie, nous avons présenté les sources écrites byzantines, dont le contenu pourrait s’avérer utile pour le traitement de notre problématique. Nous avons étudié plus analytiquement le Livre d’Éparque, texte de contenu juridique datant du Xe siècle, qui offre de riches informations sur les différents corps de métiers et le fonctionnement du marché à Constantinople. Parmi ces métiers, certains sont en rapport direct avec le commerce des animaux, et nous avons considéré l’importance des différentes espèces animales dans l’alimentation des Byzantins.

10Un intérêt particulier a été attaché au métier des « bothroi », métier qui attire l’attention des chercheurs en raison de son appellation qui, en grec moderne signifie « la fosse, les égouts ». Nous avons essayé de comprendre le sens de cette appellation et son utilisation comme signifiant d’une activité professionnelle précise, qui consistait à examiner l’état physique des animaux destinés à être mis sur le marché.

Publications

  • « Callimaque, Chrysorrhoé et un lecteur très solitaire », dans Neo-Graeca Medii Aevi 5th, E. Jeffreys et M. Jeffreys (eds), Oxford, Sub-Faculty of Modem Greek, 2005, p. 271-286.
  • « L’Acropole de Thessalonique et autres lieux de la ville : des lectures et des questions », Byzantina, 25, 2005, p. 21-38.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Paolo Odorico, « Histoire culturelle du monde byzantin, néohellénique et sud-est européen », Annuaire de l’EHESS,  | 2007, 263-265.

Référence électronique

Paolo Odorico, « Histoire culturelle du monde byzantin, néohellénique et sud-est européen », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2007, mis en ligne le 15 avril 2015, consulté le 17 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18107

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals