Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe
Monde méditerranéen

Études sur la société grecque moderne et contemporaine

Georges B. Dertilis et Yannis Tsiomis
p. 266-268

Texte intégral

Georges B. Dertilis et Yannis Tsiomis, directeurs d’études

La formation de l’État grec moderne, 1830-1920 : politiques et symboles de légitimation

1Nous avons poursuivi, en 2005-2006, la réflexion sur la formation de l’État grec moderne. Ce thème fut développé en deux volets, un pour chacun des responsables du séminaire.

A) Nationalisme et légitimation de l’État (Georges B. Dertilis)

2Se construisant presque « ex nihilo » tout au long du XIXe siècle, le nouvel État grec a dû forger sa légitimation, condition de sa survie à l’immédiat et fondement de son pouvoir à long terme. Le séminaire a examiné le rapport entre nationalisme et légitimité par le biais des problèmes concrets que la recherche a dû affronter lors des travaux récents de l’enseignant. Quatre séances ont servi comme exemples de cette problématique : Les recherches doctorales sur la Grèce moderne à l’EHESS (G. B. Dertilis et C. Kostis) ; Demetrius Vikelas (1833-1908) : un savant bien patriote et sa mère ; Nationalisme et dépenses militaires : l’État grec, 1830-2000 (G. B. Dertilis) ; Royal discourse in 19th-century Greece (N. Maroniti et G. B. Dertilis). Par ailleurs, huit séances du séminaire sur les nouveaux États méditerranéens (dirigé conjointement avec M. Aymard et G. Pécout), concernaient des recherches sur la Grèce : voir le descriptif de M. Aymard.

B) Le choix d’un grand symbole national : Athènes, ville capitale et affaire européenne (Yannis Tsiomis)

3Considérant que le faire architectural et urbain est aussi bien autonome qu’hétéronome, dans ce séminaire introductif sur Athènes, capitale de l’État néohellénique, nous nous sommes penchés sur les termes qui conduisent au choix d’Athènes ainsi que sur les conditions matérielles pour la conception et la réalisation du plan de la ville.

4Dans un premier temps, nous avons développé le rapport entretenu entre le concept d’État-nation et la notion de ville capitale à travers les approches des penseurs des Lumières, tels que Rousseau ou Diderot, ainsi qu’à travers les stratégies politiques qui conduisirent à la naissance des capitales néoclassiques, en développant le parallèle entre Washington et Athènes. L’examen des luttes qui ont été menées entre plusieurs villes grecques rivales a permis d’évaluer la conscience qu’on avait à l’époque du statut de la capitale et, par là, de remonter vers la formation de l’idéologie étatique et nationale dans cette ancienne province de l’empire ottoman.

5Dans un deuxième temps nous avons interrogé la conception du plan d’Athènes par ses architectes S. Kléanthis, E. Schaubert et L. von Klenze ainsi que le rôle d’autres architectes fondateurs du néoclassicisme comme K. F. Schinkel. Se situant dans une période dont le style dominant est qualifié par des historiens de l’art et de l’architecture de « néoclassique », nous avons examiné les multiples significations et les styles pluriels que recouvre cette définition. En effet, l’étude de la formation du plan d’Athènes révèle que le néoclassicisme ne se réduit pas à une question de style, mais il exprime, en tant que pratique architecturale et urbaine, les tensions qui traversent la période en question. Ainsi, autant les références européennes et plus particulièrement Paris, Berlin et Munich nous servent pour comprendre Athènes, autant, en retour, le plan d’Athènes permet de comprendre les genèses du néoclassicisme français et allemand et leurs interactions, et le néoclassicisme formé, et formulé, en tant que modèle exportable.

6Dans ce va-et-vient entre l’Europe occidentale et la Grèce, l’Antiquité classique ainsi que l’archéologie naissante, en tant que science, jouent bien évidemment un rôle prééminent pour la conception du plan.

Le « Séminaire d’Athènes »

7Sous l’égide de l’Ambassade de France à Athènes et du ministère de la Culture de Grèce, ce séminaire est organisé par la direction d’études sur la Grèce moderne et contemporaine conjointement avec l’Institut français d’Athènes.

8À long terme, l’objectif est de diffuser, dans le milieu universitaire grec, les résultats des recherches conduites à l’EHESS, en tant que travaux représentatifs de la production scientifique de la France dans le domaine des sciences sociales.

9Le séminaire a lieu tous les deux mois. Pendant chaque cycle annuel, six membres de l’EHESS présentent leurs recherches autour d’un thème.

10« Sources, témoins, mémoire et Histoire » fut le thème du premier cycle (2003-2004), inauguré par J. Revel et F. Hartog. « Immigration, émigration et mouvement de populations » fut le thème de 2004-2005, coordonné par Nancy Green. Le séminaire de 2005-2006 et 2006-2007 examine l’État du point de vue de l’histoire et des sciences sociales (coordination de J. Andreau et G. B. Dertilis).

11La participation était de 35 personnes en moyenne dès la première année, de 65 personnes en 2005-2006.

12Pour les invités au séminaire « Les États nouveaux méditerranéens », dirigé conjointement avec M. Aymard et G. Pécout, voir le descriptif de M. Aymard.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Georges B. Dertilis et Yannis Tsiomis, « Études sur la société grecque moderne et contemporaine », Annuaire de l’EHESS,  | 2007, 266-268.

Référence électronique

Georges B. Dertilis et Yannis Tsiomis, « Études sur la société grecque moderne et contemporaine », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2007, mis en ligne le 15 avril 2015, consulté le 24 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18109

Haut de page

Auteurs

Georges B. Dertilis

Articles du même auteur

Yannis Tsiomis

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals