Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe
Monde méditerranéen

Histoire religieuse du XIXe siècle

Philippe Boutry
p. 274-276

Texte intégral

Philippe Boutry, directeur d’études

Croyance et incroyance dans l’Europe de la révolution et du XIXe siècle

1Le séminaire, organisé en collaboration avec Jean-François Chanet, professeur d’histoire contemporaine à l’Université Lille-III, et Dominique Julia, directeur de recherche au CNRS, a porté durant le second semestre 2006 sur Religion et Révolution française : mémoire, histoire et mythe (XVIIIe-XIXe siècles).

2Trois séances assurées par Philippe Boutry ont été consacrées à la mémoire de l’histoire religieuse de la Révolution française comme source hagiographique, construction discursive et référence historique. Une première séance, « Révolution et séparation : la recherche de précédents historiques dans le débat parlementaire de la loi du 9 décembre 1905 », a analysé l’instrumentalisation de la politique religieuse de la Révolution française dans ses phases successives à la fois dans le rapport liminaire d’Aristide Briand et dans l’argumentation contradictoire des catholiques intransigeants. Une deuxième séance, « Histoire et hagiographie : la mise en récit de la “persécution révolutionnaire” au XIXe siècle », a été centrée sur l’un des ouvrages constitutifs du projet hagiographique post-révolutionnaire, Les Martyrs de la foi pendant la Révolution française, ou Martyrologe des pontifes, prêtres, religieux, religieuses, laïcs de l’un et l’autre sexe, qui périrent alors pour leur foi de l’abbé Aimé Guillon (Paris, 1821, 4 volumes) ; on s’est efforcé de dégager les lignes directrices d’une argumentation canonique, historique et religieuse aux multiples implications ecclésiologiques et politiques. Une troisième séance, consacrée aux « Carmélites de Compiègne : histoire et mémoire », a entendu revisiter la constitution du dossier qui conduira en 1906 à la sacralisation de la mort d’un premier groupe de « martyres de la Révolution française », en privilégiant les logiques érudites, hagiographiques et politiques du XIXe siècle jusqu’au procès ; une attention particulière a été portée au contexte compiégnois et à la tradition mémorielle carmélitaine, orale et écrite.

3Deux autres séances que le même intervenant devait consacrer à « Judaïsme et Révolution française : histoire et mémoire », d’une part, et à « Révolution de 1848 et « Grande Révolution » : l’histoire, la farce et le mythe », d’autre part, ont dû être annulées en raison des manifestations contre le CPE et de l’occupation des locaux du 105, boulevard Raspail ; elles seront reportées au séminaire de l’année 2007.

4Deux séances enfin ont porté sur les dimensions sacrales de l’histoire du XVIIIe siècle jusqu’à la Révolution. Dominique Julia a présenté le dossier de la « Liturgie gallicane et liturgie nationale dans la France du XVIIIe siècle » en analysant l’ébauche progressive de la construction de l’unité liturgique de la France d’Ancien régime autour de la liturgie parisienne de Mgr de Vintimille, mais aussi son inachèvement, ses limites et les résistances qu’elle suscite ; la notion de « liturgie nationale » sera ensuite relayée par les efforts de l’Église constitutionnelle puis les articles organiques du concordat, jusqu’à ce que l’introduction massive de la liturgie romaine dans les décennies centrales du XIXe siècle vienne transformer les termes du débat.

5Stéphane Baciocchi (CARE) et Dominique Julia ont enfin traité dans un exposé magistral de « Reliques et Révolution » : en mettant en évidence une séquence jusqu’alors inconnue ou mésestimée de l’histoire des reliques à l’aube de la Révolution française, celle de leur transfert des abbayes, monastères et sanctuaires supprimés vers les églises paroissiales dans les années 1790-1791, ils ont démontré la persistance de l’enracinement d’un culte à fortes dimensions identitaires et locales à la veille de la déchristianisation révolutionnaire de l’an II, dont la violence apparaît par contraste d’autant plus radicale. Ils ont d’autre part souligné que les destructions révolutionnaires ont davantage porté sur les reliquaires que sur les reliques, analysé les modalités de la préservation des corps saints (essentiellement par le personnel masculin et les familiers des lieux de culte, beaucoup plus que par les « pieuses femmes » du légendaire catholique ultérieur) et mis en évidence la précocité et l’ampleur du mouvement de restauration des reliques dans ses deux phases successives et souvent antagonistes, la première dans le cadre de l’Église constitutionnelle, la seconde dans le cadre de l’Église concordataire, en polémique ouverte ou tacite avec la précédente.

Publications

  • Dir., Jean-Marie Gorini (1803-1859). Un curé de campagne à l’étude. Actes du colloque de La Tranclière et de Bourg-en-Bresse, 23, 24 et 25 octobre 2003, Bourg-en-Bresse, Société nouvelle Gorini, 2006, 264 p. « Le “bon prêtre” et le “prêtre savant”. Mgr Devie, M. Gorini et les modèles sacerdotaux du XIXe siècle », p. 83-102 ; « Conclusions », p. 257-259.
  • Avec A. Encrevé, dir., Vers la liberté religieuse. La séparation des Églises et de l’État, Créteil, Institut Jean-Baptiste Say, et Bordeaux, Éditions Bière, 2006, 346 p. « Intransigeance et séparation. La contribution des catholiques intransigeants à la séparation des Églises et de l’État : lectures actuelles et inactuelles de la politique religieuse de la Révolution française », p. 97-127 ; « Conclusions », p. 339-346.
  • « Y a-t-il une spiritualité néogothique ? Réflexion sur un “passage à l’acte” », dans « Puissances du gothique », sous la dir. de M. Bouyssy, Sociétés et représentations, 20, octobre 2005, p. 41-58.
  • « Commune et paroisse : les conflits religieux dans les campagnes françaises, 1830-1930 », dans Histoire de l’Europe rurale contemporaine. Du village à l’État, sous la dir. de J.-L. Mayaud et L. Raphael, Paris, Armand Colin. 2006, p. 287-313.
  • « Rome, ville sainte ? Le projet de restauration de Léon XII et son échec (1823-1829) », dans Des Chrétiens dans la ville, sous la dir. de J.-O. Boudon et F. Thélamon, Mont-Saint-Aignan, Publications des Universités de Rouen et du Havre, 2006, p. 105-124.
  • « Joseph de Maistre, lecteur de Bossuet », dans Bossuet. Le verbe et l’Histoire (1704-2004). Actes du colloque international de Paris et de Meaux pour le troisième centenaire de la mort de Bossuet, sous la dir. de G. Ferreyrolles, Paris, Honoré Champion, 2006, p. 377-403.
  • « “Mauprat” à l’Index (30 mars 1841) », dans George Sand. Terroir et histoire, sous la dir. de n. Dauphin, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2006, p. 169-200.
  • Préface à O. Poncet, La Nonciature de France (1819-1904) et ses archives. Città del Vaticano, Archivio Segreto Vaticano, Collectanea Archivi Vaticani, 39, 2006, xiv-338 p. Préface en p. ix-xiv.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Boutry, « Histoire religieuse du XIXe siècle », Annuaire de l’EHESS,  | 2007, 274-276.

Référence électronique

Philippe Boutry, « Histoire religieuse du XIXe siècle », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2007, mis en ligne le 15 avril 2015, consulté le 20 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18117

Haut de page

Auteur

Philippe Boutry

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals