Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Anthropologie historique

Anthropologie historique et iconographie médiévale

Jérôme Baschet
p. 303-304

Entrées d’index

Index thématique :

Anthropologie historique
Haut de page

Texte intégral

Jérôme Baschet, maître de conférences

Questions de méthode en iconographie médiévale

1On a voulu cette année affronter les questions soulevées par l’approche de la dimension sémantique des images médiévales. Tout en prolongeant les critiques dont la notion d’iconographie, dans ses versions mâliennes ou panofskienne, a classiquement été l’objet, on s’est efforcé d’en proposer une conception élargie, pleinement attentive aux modalités plastiques de production du sens, tout autant qu’aux usages des images-objets et à leurs effets potentiels. Pour mettre ces énoncés à l’épreuve, on a opté pour une œuvre emblématique de l’art roman, les sculptures du portail inachevé de l’abbatiale de Souillac, qui ont souvent été l’occasion, de Meyer Schapiro à Michael Camille notamment, de prises de position méthodologiques aussi vigoureuses que diverses. Malgré une lecture sociale de l’art roman, happée par un désir d’anticipation, qui prétendait l’arracher aux contraintes ecclésiales et à une contextualisation monastique pourtant massive, l’œuvre du premier a pu être saisie dans toute sa force, comme une pensée du tout (qui est en l’occurrence la condition même de l’attention la plus scrupuleuse à l’intelligence des formes, saisies dans leurs moindres détails), comme une pensée de la cohérence de l’œuvre (soucieuse en même temps des déphasages et des discordances qui la constituent). Quant à Michael Camille, il défend à propos du trumeau de Souillac une « anti-iconographie » qui mise sur la réception de l’œuvre pour faire pièce au logocentrisme de la démarche panofskienne. Mais en procédant sur la base d’une approche parcellaire de l’œuvre, qui la réduit à des motifs isolés, il ne s’intéresse qu’à ses échos les plus affaiblis et délaisse entièrement l’agencement spécifique qu’elle produit. Ainsi entendue, l’analyse de la réception permet de dénier toute pertinence à l’approche structurale des œuvres, mais elle risque de n’aboutir qu’à des généralités bien vagues et reste bien en deçà des effets extraordinairement forts qui peuvent s’attacher à une réception pourtant iconographiquement faible des images.

2C’est donc dans la lignée de Meyer Schapiro, quoi qu’en se démarquant de son intenable lecture sociale, que l’on s’est efforcé de mener une analyse structurale aussi poussée que possible et de montrer la cohérence de l’ensemble des reliefs conservés, qui dessinent une réflexion en image sur les rapports d’autorité, dans leurs formes légitimes ou bien perverties. Objet particulièrement rebelle à l’analyse, la face centrale du trumeau a permis de faire apparaître, sans nier la tonalité menaçante de l’entrelacement des bêtes dévorantes, comment la figure non hiérarchique de l’entrecroisement s’y combinait avec une gradation verticale inobservée, mettant en scène une inversion du rapport de domination établi par le Créateur entre les humains et les animaux. Plus exactement, ce lieu figuratif central nous est apparu comme celui d’une mise en jeu de la question de l’autorité, sous les espèces en partie voilées du rapport homme/animal – question qui se résout, sur les faces latérales, par une claire dissociation de la forme légitime de l’autorité et de ses formes perverties. La première ne peut se construire que par la double relation, verticalement disposée, qui soumet le fils au père terrestre et celui-ci à l’instance supérieure du Père divin ; les secondes se marquent soit par une horizontalisation des rapports normalement hiérarchiques (fils/pères, moines/abbé), soit par l’imposition d’une mauvaise hiérarchie dans laquelle celui qui domine est lui-même soumis à une puissance maléfique. Les mêmes dispositifs se retrouvant dans le relief consacré à Théophile (dans ses rapports avec le diable et avec la Vierge), on est en droit de souligner que les reliefs de Souillac élaborent un discours en image rarement poussé à un tel degré de cohérence sur les rapports d’autorité (entre les humains, entre les hommes et les animaux, entre les hommes et Dieu) et montrant que la domination ne se définit pas, dans les représentations médiévales, par un simple rapport duel, mais par la juste disposition d’une ternarité qui soumet toujours celui qui domine à plus haut que lui.

3Enfin, le séminaire, qui a consacré quelques réflexions à la notion de « représentations » (à partir de l’article de Carlo Ginzburg, initialement publié dans les Annales en 1991), a également bénéficié des interventions de Séverine Lepape (BNF) sur « L’approche statistique des corpus iconographiques » et de Dominique Donadieu-Rigaut (EHESS-Université de Marne-la-Vallée) sur « L’imaginaire médiéval de la mer Rouge ».

Publications

  • La chrétienté médiévale. Représentations et pratiques sociales, Paris, La Documentation française, 2005, 64 p.
  • « La musique de l’homme. Harmoniques de l’âme et du corps au XIIe siècle », dans Les représentations de la musique au Moyen Âge, Paris, Cité de la Musique, 2005, p. 76-83.
  • « Los Zapatistas : ¿ “ventriloquia india” o interacciones creativas ? », Istor, 2005, 22, p. 110-128.
  • « Hors de l’Église, point de salut ! », L’Histoire, 2006, 305, p. 36-43.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jérôme Baschet, « Anthropologie historique et iconographie médiévale », Annuaire de l’EHESS,  | 2007, 303-304.

Référence électronique

Jérôme Baschet, « Anthropologie historique et iconographie médiévale », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2007, mis en ligne le 15 avril 2015, consulté le 24 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18144

Haut de page

Auteur

Jérôme Baschet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals