Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Anthropologie historique

Modèles politiques dans l’Islam méditerranéen, frontières culturelles

Jocelyne Dakhlia
p. 322-323

Entrées d’index

Index thématique :

Anthropologie historique
Haut de page

Texte intégral

Jocelyne Dakhlia, directeur d’études

1Premier semestre : Analyse du marché éditorial français consacré à l’Islam. Ce séminaire a entrepris de poser des jalons pour une étude de la production surabondante, depuis le 11 septembre 2001, des ouvrages consacrés à l’Islam sur le marché français. Pour la première fois dans l’histoire, l’islam est rentable en terme de vente de livres et c’est cet effet d’appel, très conjoncturel, qui a été au cœur de notre réflexion. On a en premier lieu analysé des facteurs de marketing (titres, couvertures, textes des quatrièmes de couverture), rééditions (avec notamment un phénomène de réédition d’ouvrages érudits anciens ou très anciens et sans actualisation). Cette dynamique de rééditions va de pair avec la promotion d’une masse de témoignages biographiques, d’acteurs politiques mais aussi d’acteurs plus anonymes et notamment de femmes, très sensiblement surreprésentées. Ce type d’ouvrages donne souvent lieu à des phénomènes d’écriture à quatre mains qui ont aussi été analysés. On s’est également intéressé à la place très problématique de la recherche universitaire récente, actuelle. Elle apparaît très faible dans cette floraison de publications, alors que l’on observe une multiplication des recherches « cautions » universitaires, par les auteurs, en anthropologie notamment. Sur le fond enfin, le marché éditorial lié à l’islam se voit envahi par une masse d’intellectuels et de chercheurs spécialistes d’autres domaines que celui du monde musulman, et qui interviennent dans le débat civique sur le mode de la levée du tabou.

2Le marché éditorial reflète en somme une « libération de la parole » sous différents aspects, et par différents types d’ouvrages (essais et témoignages « vécus ») mais l’analyse du contenu des ouvrages reflète bien souvent, non seulement des stéréotypes mais le retour des mêmes tropes et un appareil de références historiques et culturelles extrêmement répétitif, figé et daté.

3Second semestre. Alors que la recherche sociologique consacrée aux femmes est une des plus prolifiques, dans le domaine des études sur le monde musulman, la recherche proprement historique n’a que faiblement entrepris d’explorer à partir des femmes la question du genre et des rapports entre les sexes : c’est, en Islam, une question d’histoire qui demeure en plein chantier. Or, dans un laps de temps très resserré sont parues très récemment plusieurs études marquantes et de très grande qualité qui abordent la question du genre par celle de l’homosocialité masculine. Ce séminaire a été consacré à une présentation analytique et critique de ces travaux récents (Najmabadi, Rowson, Rouayheb, Andrews et Kalpikli), tous produits dans un cadre scientifique anglo-saxon. Traitant de différentes périodes et de différentes sociétés du monde islamique, ils ont en commun de s’interroger sur un tournant du XIXe siècle, qui verrait s’imposer une hétéronormalisation massive, et une répression de l’homosocialité masculine. Les analyses oscillent alors entre une position « culturaliste » qui envisage l’homoérotisme masculin comme une caractéristique des sociétés musulmanes, et une position qui insère ce mode de socialité et cette évolution dans un cadre historique plus général, englobant en particulier l’Europe de la Renaissance. Il s’agit donc là de recherches de pointe qui permettent de casser aussi le cadre de nos frontières culturelles aussi bien que de nos périodisations. Ces différentes études récentes ont toutes en commun, néanmoins, d’être produites par des spécialistes de littérature et de soulever des questions concernant la lecture, par contraste, des sources historiques.

Publication

  • Dir., Créations artistiques contemporaines en pays d’Islam : des arts en tension, Paris, Kimé (« Esthétiques »), 2006, 672 p.
  • « Les eunuques-soldats : repères maghrébins d’une histoire maghrébine », dans D’esclaves à soldats. Miliciens et soldats d’origine servile. XIIIe-XXIe siècles, C. Bernand et A. Stella (éds), Paris, L’Harmattan, 2006, p. 53-66.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jocelyne Dakhlia, « Modèles politiques dans l’Islam méditerranéen, frontières culturelles », Annuaire de l’EHESS,  | 2007, 322-323.

Référence électronique

Jocelyne Dakhlia, « Modèles politiques dans l’Islam méditerranéen, frontières culturelles », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2007, mis en ligne le 15 avril 2015, consulté le 22 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18159

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals