Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Anthropologie historique

Littérature et société en Grèce ancienne

Claude Calarne
p. 327-330

Entrées d’index

Index thématique :

Anthropologie historique
Haut de page

Texte intégral

Claude Calarne, directeur d’études

Anthropologie des poétiques grecques : Langue, genre, fonctions sociales et rituelles de la poésie mélique

1L’approche de la poésie mélique grecque requiert le recours à toutes les disciplines techniques nées sous l’égide d’une philologie classique qu’il convient de comprendre désormais comme une histoire herméneutique et critique de la « littérature » (gréco-romaine) en tant qu’ensemble de manifestations poétiques à visée pratique. C’est dire que seule une approche d’anthropologie culturelle et sociale, combinée avec les acquis de la récente analyse des discours en sémantique de l’énonciation, est susceptible de rendre compte de la portée en création symbolique, de tels poèmes ; ils sont à considérer non pas comme de simples textes, mais comme des pratiques discursives largement ritualisées, à replacer dans des situations institutionnelles de production et d’exécution singulières.

2Envisagés dans leur dimension pragmatique fondamentale, les poèmes appartenant au grand genre du mélos se révèlent donc mettre les jeux métaphoriques d’une création poétique très subtile au bénéfice de différentes fonctions sociales et rituelles. Le savoir-faire de poétique appliquée développé par les auteurs inscrits dans le canon alexandrin des neuf « poètes pratiqués » s’exerce dans les genres les plus variés pour mettre les arts des Muses au service des célébrations civiques et cultuelles des communautés politiques de la Grèce ancienne.

3En introduction, la lecture comparative et contrastive d’un poème de Sappho et d’un poème de Goethe a conduit à un examen critique de la catégorie indigène correspondant au genre lyrique moderne pour déboucher sur une définition anthropologique du mélos grec. Puis la lecture de poèmes érotiques d’Anacréon a révélé quelques-unes des métaphores qui, récurrentes dans différentes formes poétiques, conduisent à la réalisation pédagogique des relations (homo- et hétéro-) érotiques complexes se déployant dans le contexte institutionnel du symposion. Le passage à un poème narratif d’Ibycos qui, par une argumentation d’ordre narratif, fait l’éloge de la beauté du tyran Polycrate de Samos a conduit à s’interroger sur les fonctions sociales du poète et de la poésie mélique dans la critique pratique des valeurs héroïques et du monde homérique ; et, dans le repérage des traces discursives d’acte de chant et de culte, l’étude d’un poème choral d’Alcman a débouché sur la célébration rituelle et festive de l’une des grandes divinités de la Sparte archaïque, en relation avec le cursus initatique auquel étaient soumises les jeunes filles du chœur. Enfin l’approche sémantique de quelques-uns des poèmes politiques de Simonide a induit à la fois une interrogation sur les valeurs fondant la vie de cités connaissant des régimes politiques variés, au seuil de la domination de l’Idéologie athénienne sur le monde grec, et une redéfinition en rectangle des relations entre commettant, poète, exécutant-es et public.

4Au titre de la formation doctorale, quelques étudiants se sont associés aux présentations des méthodes d’analyse des textes dans le cadre du cours commun de master mis sur pied pour la spécialité « Histoire et anthropologie de l’Antiquité » ; ils ont aussi participé aux réunions du séminaire doctoral « Antiquité au présent » animé avec Florence Dupont à l’Université Paris-VII et consacré aux formes et fonctions du catalogue dans différentes traditions orales. Aux exposés de Camille Hémard sur Pindare et de Nikos Ziogas sur les poètes de Platon (tous deux étudiants en master 2) se sont ajoutés les conférences successivement données par Barbara Kowalzig (Oxford) sur les fonctions idéologiques du dithyrambe, par Doris Meyer (CNRS, Strasbourg) sur la position du lecteur dans l’épigramme grecque et de Jan Bremmer (Université de Groningen) sur le culte des héros et la poésie de Simonide ; elles furent complétées par la série des conférences mises sur pied en collaboration avec l’ENS ainsi que l’Université Paris-I et assumées par Penelope Murray (Warwick University, directrice d’études invitée) sur le rôle des Muses en Grèce classique. Par ailleurs a été organisée une demi-journée d’étude et de débat autour de la traduction en français du livre de J. J. Winkler, Désir et contraintes en Grèce ancienne (éditions de l’EPEL, Paris).

5Les interventions autant dans le cadre de l’EHESS qu’à l’extérieur ont été nombreuses, à commencer par la fréquentation du séminaire « Récit, fiction, histoire » du CRAL et par l’exposé sur l’impact de la vue dans la constitution d’une vraisemblance historiographique ; cette réflexion sur le rôle de la fabrication poétique et de la mimésis fictionnelle dans la première historiographie grecque a pu être développée à l’occasion du colloque organisé par le même CRAL et le centre de narratologie de Hambourg à la BNF sur « Écritures de l’histoire, écritures de la fiction ». La collaboration à l’organisation du colloque de l’Université libre de Bruxelles (CIERGA et Polymnia) sur les formes et fonctions de la mythologie gréco-romaines a été l’occasion d’une table ronde sur les modes discursifs du catalogue dans la mythographie, et la participation à l’organisation du colloque international à l’Université d’Urbino sur les fonctions du chant choral dans la tragédie classique a été marquée par un exposé sur le rôle du chœur chez Euripide. Une semaine de formation doctorale donnée à Boston University a pris la forme de plusieurs séminaires et entretiens sur la question des fonctions de la mythologie grecque et des formes poétiques qui en animent la créativité ; ce séjour a été suivi par une conférence donnée à Yale University sur le genre lyrique dans sa définition indigène, puis par trois conférences sur des sujets d’anthropologie de la poétique grecque dans le cadre de la chaire Michel Foucault de l’Universidad autónoma metropolitana de Mexico.

6Un bref séjour à la Freie Universitàt de Berlin correspondait à une invitation à aborder la question de l’existence d’une katharsis poétique avant sa théorisation par Aristote et, en contraste, la participation au colloque international organisé par l’Université de Pavie sur les modèles en sciences humaines a permis de comparer le modèle du code à celui proposé par l’herméneutique pour le déchiffrement du génome humain. Le colloque de l’Université de Lille-III sur « la circonstance lyrique » a été l’occasion de soumettre à un nouvel examen la définition grecque de la poésie lyrique par le mélos en la confrontant à d’autres modes poétiques alors que la question de la katharsis dans la poésie grecque classique pouvait être reprise, à l’exemple de la poésie mélique érotique, pour une journée d’étude genevoise consacré à un échange international sur les émotions en Grèce ancienne, et que l’impact de métaphores décrivant le poème dans son pouvoir performatif a fait l’objet d’une présentation au colloque international d’University College consacré à Londres au genre mélique de l’épinicie. Ces différents aspects d’une anthropologie de la poétique grecque ont pu être repris et développés grâce à l’invitation à trois séminaires doctoraux dans le cadre de l’Istituto italiano di scienze umane et de son école doctorale de Sienne sur « Antropologia, Storia, Teorie della Cultura ».

Publications

  • Masques d’autorité. Fiction et pragmatique dans la poétique grecque antique, Paris, Les Belles Lettres, 2005, 335 p. + 3 ill.
  • « Pragmatique de la fiction : quelques procédures de deixis narrative et énonciative en comparaison (poétique grecque) », dans Sciences du texte et analyse de discours. Enjeux d’une interdisciplinarité, J.-M. Adam et U. Heidmann (éds), Genève/Lausanne, Slatkine/Études de Lettres, 2005, p. 119-143.
  • « From the civilizazion of Prometheus to the genetic engineering : The Role of technology and the uses of metaphor », Arion, III. 13, 2005, p. 25-57.
  • « O kúklos tes Sapphoùs : múese ston kósmo ton gunaikón », dans Thélxis. Sapphó. Dekapénte Meletémata, M.I. Giosi, D. Kiousi, A. Tatsi (éds), Athinai, Smili, 2005, p. 32-49.
  • « I canti rituali che viaggiono : metafore pragmatiche nella poesia di Pindaro e di Bacchilide », Musica e Storia, 13, 2005, p. 83-100.
  • « The Tragic choral group : Dramatic roles and social functions », dans A Companion to tragedy, R. Buschnell (éd.), Oxford, Blackwell, 2005, p. 215-233.
  • « Heracles, animal and sacrificial victim in Sophocles’ Trachiniael ? », dans Greek sacrificial ritual, Olympian and Chthonian, R. Hägg et Β. Alroth (éds), Stockholm, Svenska Institutet i Athen, 2005, p. 181-195.
  • « Une poétique de la mémoire : espace et temps chez Sappho », dans Koryphaioi andri. Mélanges offerts à André Hurst, A. Kolde, A. Lukinovich, A.-L. Rey (éds), Genève, Droz, 2005, p. 53-67.
  • « Theseus Initiationsweg und symbolische Einsetzung zum Herrn von Athen. Ein rituelles Gedicht zur Legitimierung eines demokratischen Systems und einer politischen Expansion », dans Investitur- und Krônungsrituale. Herrschaftseinsetzungen im kulturellen Vergleich, M. Steinicke et S. Weinfurter (éds), Cologne/Weimar/Vienne, Böhlau, 2005, p. 63-74.
  • « Pratiche orfiche della scrittura : itinerari iniziatici ? », dans Orfeo e le sue metamorfosi, G. Guidorizzi et M. Melotti (éds), Rome, Carocci, 2005, p. 28-45.
  • « Le groupe choral tragique : rôles dramatiques et fonctions sociales », Paideia, 60, 2005, p. 45-71.
  • Pratiques poétiques de la mémoire. Représentations de l’espace-temps en Grèce ancienne, Paris, La Découverte, 2006, 322 p. + 8 ill.
  • Avec M. Burger (éds), Comparer les comparatismes. Perspectives sur l’histoire et les sciences des religions, Paris/Milan, Edidit/Arché, 2006, 238 p.
  • « L’histoire comparée des religions et la construction d’objets différenciés : entre polythéisme gréco-romain et protestantisme allemand », dans Comparer les comparatismes..., ibid., p. 209-235.
  • « Les sciences de l’Antiquité entre néolibéralisme et culture de supermarché : inflation bibliographique et désarroi méthodologique », Paris, Cahiers du Centre de recherches historiques, 37, 2006, p. 67-87.
  • « Jeux de genre et performance musicale dans le chœur de la tragédie classique : espace dramatique, espace culturel, espace civique », dans Musique et Antiquité. Actes du colloque d’Amiens, O. Mortier-Waldschmidt (éd.), Paris, Les Belles Lettres, 2006, p. 63-90.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claude Calarne, « Littérature et société en Grèce ancienne », Annuaire de l’EHESS,  | 2007, 327-330.

Référence électronique

Claude Calarne, « Littérature et société en Grèce ancienne », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2007, mis en ligne le 15 avril 2015, consulté le 20 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18162

Haut de page

Auteur

Claude Calarne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals