Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Anthropologie des savoirs occidentaux

Wiktor Stoczkowski
p. 352-354

Texte intégral

Wiktor Stoczkowski, maître de conférences

Les cosmologies des sciences sociales

1Le séminaire a été consacré à l’étude des conceptions cosmologiques qui fournissent, dans la culture occidentale contemporaine, une base commune à l’élaboration des théories savantes et populaires du social.

2On a coutume d’affirmer que toute culture dispose d’une cosmologie, c’est-à-dire d’un ensemble plus ou moins cohérent de représentations portant sur la forme et la dynamique de l’Univers, sur ses propriétés spatiales et temporelles, les êtres qui sont censés l’habiter, les mécanismes et forces qui rendent compte de son origine et de son devenir. Dans les contextes extra-occidentaux, les ethnologues ont souvent décrit les conceptions cosmologiques et les ont utilisées comme matrices d’intelligibilité donnant accès à la compréhension des discours et pratiques indigènes. En revanche, on a rarement procédé ainsi dans l’étude de notre propre culture, sous prétexte que l’Occident est sorti de l’époque des « grands récits » et « visions du monde » où s’ancraient autrefois les croyances collectivement partagées. Selon une opinion répandue, les cosmologies occidentales se seraient définitivement dissoutes dans un syncrétisme globalisant, fruit d’une superposition chaotique de choix individuels que l’homme postmoderne, lucide et sceptique, ferait au gré des contraintes du moment, réglant ses conduites non plus sur une représentation totalisante du monde, mais sur un calcul raisonné des profits à obtenir dans le « monde réel », dont la connaissance va de soi.

3Je suis parti de l’hypothèse qu’il s’agit là d’une illusion d’optique, due au fait que, dans notre culture, on cherche les grandes représentations cosmologiques exclusivement dans les domaines qui en avaient naguère le monopole (religion, philosophie, politique) et qu’on espère les trouver sous la forme qui était traditionnellement la leur, celle de grands systèmes thématisés, articulés et dûment explicités.

4Au travers d’une série d’études de cas, portant sur l’infrastructure cosmologique de plusieurs théories des sciences sociales, nous avons essayé d’étayer deux thèses. Premièrement, que les lieux et les modes de production des représentations cosmologiques se sont désormais déplacés et transformés. Deuxièmement, qu’au-dessous de la variété apparemment infinie des conceptions que produit l’Occident moderne, se dissimule une armature de présupposés cosmologiques hautement organisée, structurée et constamment remaniée. Nous avons montré que la pensée des sciences sociales est désormais l’une des sources importantes de ces nouveaux présupposés cosmologiques, qui influencent profondément non seulement le travail théorique et empirique des chercheurs, mais aussi les représentations collectives de la pensée non savante, nourrie des conjectures des sciences et exerçant sur elles un impact en retour.

5Deux collègues sont venus présenter leurs travaux en rapport avec le sujet du séminaire. Yves Gingras (Université du Québec à Montréal) a analysé les représentations de la science sous-jacentes aux jugements axiologiques lors de l’évaluation des projets de recherche par l’agence de moyens au Canada (Le Conseil de recherche en sciences humaines du Canada). Anne Collinot, quant à elle, a reconstitué la vision cosmologique qui se dégage de l’analyse de l’ensemble de l’œuvre romanesque de Michel Houellebecq. Ces deux conférences ont fourni un prétexte pour s’interroger sur les interactions entre la pensée savante et la pensée vernaculaire dans la construction des visions du monde observées, d’un côté, au travers de la pratique administrative, de l’autre, dans la création littéraire.

6Les résultats de mes recherches ont été présentés lors de diverses conférences en France (Collège de France, École normale supérieure) et à l’étranger (Universités de Varsovie et de Cracovie en Pologne, Université de Cagliari en Italie ; American Philosophical Society aux États-Unis).

7Une mission de recherche d’un mois et demi a été effectuée à l’American Philosophical Society de Philadelphie, en tant que Library Resident Research Fellow, dans le cadre du projet de recherche sur l’invention de l’antiracisme moderne après la Seconde Guerre mondiale.

Publications

  • Ludzie, bogowie i przybysze z kosmosu, Varsovie, Państwowy Instytut Wydawniczy, 2005, 480 p. [traduction polonaise de la version revue et augmentée Des Hommes, des dieux et des extraterrestres. Ethnologie d’une croyance moderne, Paris, Flammarion, 1999].
  • « La morale de singe », La Quinzaine littéraire, 926, 2006, p. 23.
  • « L’antiracisme doit-il rompre avec la science ? », La Recherche, 401, 2006, p. 45-48.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Wiktor Stoczkowski, « Anthropologie des savoirs occidentaux », Annuaire de l’EHESS,  | 2007, 352-354.

Référence électronique

Wiktor Stoczkowski, « Anthropologie des savoirs occidentaux », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2007, mis en ligne le 15 avril 2015, consulté le 23 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18183

Haut de page

Auteur

Wiktor Stoczkowski

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals