Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Anthropologie politique de l’État local en Afrique subsaharienne

Giorgio Blundo
p. 357-358

Texte intégral

Giorgio Blundo, maître de conférences

Anthropologie de l’État local en Afrique

1Ce séminaire de recherche est le reflet d’une transition dans mes recherches. L’étude de la corruption politique et administrative m’a en effet ouvert un terrain d’enquête, celui de l’État africain et de son administration, que j’ai entrepris d’explorer de façon plus systématique, bien au-delà de la dimension des dysfonctionnements et des malversations dans le champ bureaucratique. Après un examen critique de la littérature souvent pléthorique et redondante sur la nature de l’État africain, j’ai choisi d’aborder l’État « local » (à savoir ce lieu de rencontre entre les citoyens et les services publics que sont les structures déconcentrées de l’administration) par le biais de différentes portes d’entrée, chaque thème étant présenté dans sa dimension théorique et illustré par des cas empiriques. En premier lieu, je suis revenu sur le legs colonial et son incidence sur les modes de gouvernance contemporaine. Ensuite, je me suis attelé à l’analyse de la double dimension de l’État pourvoyeur de services publics (avec l’exemple de l’assainissement) et demandeur de prestations privées (avec le cas de la passation des marchés publics). Les nouvelles politiques publiques de décentralisation, l’aide internationale et la prolifération d’ONG dans l’espace politique ouest africain ont été aussi analysées, en tant que toile de fond des transformations profondes que connaissent les institutions étatiques africaines. Le mode particulier de compétition politique qu’est le factionnalisme a constitué une clef de lecture pour l’interprétation des espaces politiques locaux et pour comprendre des questions lancinantes pour l’État africain contemporain, en particulier la crise de la fiscalité. Enfin, le séminaire s’est interrogé sur le devenir de quelques grands corps administratifs ouest africains, dans un contexte de privatisation sauvage et de transfert de compétences aux collectivités locales. J’ai ainsi esquissé les premiers résultats d’une étude comparative, initiée en mai 2005, sur le corps des Eaux et Forêts au Sénégal et au Niger. Quatre missions de recherche, dont la dernière en septembre et octobre 2006, pour un total de douze semaines d’enquête, ont jusqu’ici permis d’appréhender les stratégies d’adaptation des services forestiers aux nouvelles contraintes politiques et institutionnelles, le fonctionnement « réel » du corps, au-delà des organigrammes et des règlements, les interactions avec les acteurs privés de la filière forestière.

2Parallèlement à mes enseignements à l’EHESS (j’ai également animé un séminaire groupé en M1 sur l’Introduction à l’anthropologie des administrations et des biens publics), j’ai présenté mes travaux sur l’anthropologie de la corruption au Centre universitaire français de Moscou en octobre 2005 et en mars 2006 à l’Université de Louvain-la-Neuve, où j’ai occupé la chaire Jacques Leclercq.

Publications

  • « Dealing with the local State : The informal privatization of street-level bureaucracies in Senegal », Development and Change, 37(4), 2006, p. 799-819.
  • « “Je n’ai pas besoin de ticket”. Négociations des droits de marché et petite corruption dans les collectivités locales sénégalaises », dans Décentralisation et pouvoirs en Afrique. En contrepoint, modèles territoriaux français, C. Fay, Y.F. Koné et C. Quiminal (éds), Paris IRD 2d., 2006, p. 323-342.
  • Avec J.-P. Olivier de Sardan (éds), Everyday corruption and the State. Citizens and public officials in Africa, Londres, Zed Books, 2006, 298 p.
  • « Corruption in Africa and the social sciences : a review of the literature », dans Everyday corruption..., ibid., p. 15-68.
  • « An ordered corruption ? The social world of public procurement », dans Everyday corruption..., ibid., p. 225-262.
  • Avec J.-P. Olivier de Sardan, « Why should we study everyday corruption and how should we go about it ? », dans Everyday corruption..., ibid., p. 3-14.
  • Avec J.-P. Olivier de Sardan, « Everyday corruption in West Africa », dans Everyday corruption..., ibid., p. 69-109.
  • Avec J.-P. Olivier de Sardan, « The popular semiology of corruption », dans Everyday corruption..., ibid., p. 110-134.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Giorgio Blundo, « Anthropologie politique de l’État local en Afrique subsaharienne », Annuaire de l’EHESS,  | 2007, 357-358.

Référence électronique

Giorgio Blundo, « Anthropologie politique de l’État local en Afrique subsaharienne », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2007, mis en ligne le 15 avril 2015, consulté le 23 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18188

Haut de page

Auteur

Giorgio Blundo

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals