Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Anthropologie sociale de l’Inde et du monde indien

Jean-Claude Galey
p. 371-372

Texte intégral

Jean-Claude Galey, directeur d’études

Processus identitaires et relation hiérarchique. 1. Autorité sociale et logique de pouvoir. 2. La double figure du politique

1Le séminaire a été cette année entièrement consacré à la notion d’interaction, interrogeant les complexités qu’elle dessine quant au statut du politique dans la société indienne d’aujourd’hui. Il fallait pour ce faire engager un double exercice comparatif, arrêter des définitions, isoler un cadre d’analyse. Nous avons d’abord de manière formelle, contrasté une logique moderne d’arborescence et de réseau à une structure d’emboîtements successifs. La première portée par une idée d’autonomie assemble une collection de partis d’égale valeur dans l’opposition, le conflit ou l’arbitrage, là où la seconde réunit à chacun des niveaux que lui compose son esprit d’hétéronomie un ensemble d’éléments relativisés par des relations mutuelles de devoir de service, de protection et de négociation. Plus concrètement, la présence conjointe de ces deux types d’ordre imposait donc que nous la regardions à la lumière de développements spécifiques – locaux et régionaux – dans une perspective, cette fois interne, à l’univers sud-asiatique. Nous nous y sommes attachés par un examen parallèle de l’émergence des nouveaux partis de basses castes et de la persistance de modalités clientélistes, factionnelles et royales des formes de dominance particulièrement à l’œuvre en périodes électorales. Les présentations critiques de travaux importants comme ceux de Sunil Khilnani et Sudipto Kaviraj sur la société civile, de Partha Chatterjee sur la nation furent suivies d’une discussion des nombreux éléments d’Information apportés par Christophe Jaffrelot sur la caste en démocratie. Toutes nous ont aidé à compléter des matériaux ethnographiques venus d’autres exemples récemment publiés.

2Aux questions d’échelle et de contexte s’ajoutaient celles des définitions. Elles nous ont alors donné dans un deuxième temps l’occasion d’une discussion de concepts et l’obligation d’un calage épistémologique. Sans pour autant trahir la méthode inhérente à notre discipline, nous avons emprunté, puis mis à profit les apports de la philosophie politique sur la notion d’autorité (Anna Arendt) pour y mieux contraster celle du pouvoir et la distinction faite par Marcel Gauchet entre le politique et la politique. Conférant au premier une pertinence universelle pour réserver à la seconde un usage limité à la modernité Gauchet nous autorisait ainsi d’y ajouter les polities désignant ainsi les formes socioculturelles et non-modernes du politique. Nous sommes ensuite brièvement revenus sur les difficultés, déjà soulignées dans le passé, que soulèvent tant de travaux « traduisant » les polities indiennes d’hier et d’aujourd’hui comme de simples formes politiques de la politique sans jamais préalablement s’imposer la prudence d’une réflexion sur le statut sociologiquement ou historiquement défini de telles catégories.

3À cet effet et pour conclure, nous sommes revenus sur le propos initial en soulignant comment la caste – en tant que système – suppose et entretient la division politique, marquant ainsi que le pouvoir n’est pas au principe de la cohérence sociale mais participe au contraire d’elle. C’est là un mode de pensée hiérarchique sans doute bien opposé à celui de la démocratie par la caste qu’illustrent désormais de nombreux faits d’actualité. Que l’élément identitaire et individualisant prenne, ici ou là, le pas sur le système auquel il ne cesse pour autant pas d’appartenir contraint donc toute entreprise anthropologique à différencier des contextes, des registres et des niveaux de cohérence. Redire alors combien tout est ici affaire de points de vue ne s’excluant jamais revient à confirmer ce trait d’inclusivisme si caractéristique d’une conception indienne où la modernité de la politique s’introduit encore dans le changement qu’elle engendre en relation à une société qui lui fait place et l’accueille interagissant sans les réduire avec ses polities.

4Aux réunions hebdomadaires se sont ajoutées les participations de plusieurs collègues allemands ethnologues et historiens indianistes. Elles ont enrichi d’informations et de débats ces questions d’autorité, d’échanges et de rituels si cruciales à notre démarche, donnant lieu aux présentations suivantes : Roland Hardenberg (Heidelberg), « La royauté et le sacrifice chez les Dongria des hautes-terres de l’Orissa » (un exposé) ; William Sax (Heidelberg), « Divinités locales, sanctions et guérison dans les rituels des basses castes himalayennes » (quatre exposés) ; Brigitta Hauser-Schäublin (Göttingen), « Ethno-histoire de l’État et des temples à Bali » (quatre exposés) ; Burkhard Schnepel (Halle), « Agency and patiency in East Indian religion and politics » (quatre exposés) ; Hélène Basu (Münster), « Traditions orales, pratiques et rituels de la mémoire, la relation des bardes à la royauté des Rajput du Cutch » (deux exposés) ; Anjum Alwi (Berlin), « De la personne et de la caste dans le Punjab pakistanais » (un exposé).

5Dans le cadre du nouveau master de l’École, le directeur d’études a par ailleurs dirigé et coordonné la mention Asie méridionale et orientale (AMO) y assurant plusieurs enseignements, organisant avec Robert Descimon un séminaire (Ordres sociaux, stratification et hiérarchie) commun aux mentions Histoire, Anthropologie et AMO. Il a fait une intervention dans un enseignement de l’École nationale des ponts et chaussées, assisté en Syrie aux réunions du Board of Trustees d’ICARDA et répondu à plusieurs invitations, à l’IIAS de Leyde et au Japon (Maison franco-japonaise, Universités de Tokyo et de Kyoto) où il a prononcé une série de conférences sur la démocratie en Inde, la méthode comparative et la notion d’aire culturelle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Claude Galey, « Anthropologie sociale de l’Inde et du monde indien », Annuaire de l’EHESS,  | 2007, 371-372.

Référence électronique

Jean-Claude Galey, « Anthropologie sociale de l’Inde et du monde indien », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2007, mis en ligne le 15 avril 2015, consulté le 22 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18200

Haut de page

Auteur

Jean-Claude Galey

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals