Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Anthropologie du christianisme

Jean-Pierre Albert
p. 381-382

Texte intégral

Jean-Pierre Albert, directeur d’études

1. Anthropologie historique. 2. Lectures anthropologiques de la Bible

1Le séminaire, éligible dans le cadre du master 2 EHESS/Université de Toulouse II, a été séparé en deux moments afin de correspondre à des UE semestrielles.

2Le premier semestre a d’abord été consacré à une synthèse sur la notion d’anthropologie historique et une présentation de quelques-unes des grandes problématiques de cette discipline. La suite a porté sur le traitement d’une question particulière : la définition des « textes sacrés » tels qu’on les rencontre dans différentes traditions religieuses. À partir des exemples de la Bible, des textes védiques, du corpus homérique en Grèce ancienne, du Coran (les trois derniers dossiers ayant été présentés par des intervenants extérieurs), on a essayé de dégager des modalités récurrentes de constitution d’un texte en texte sacré : affirmation d’une origine transcendante et d’un sens inépuisable, manipulations ritualisées de ses supports, constitution d’un groupe de « gardiens » etc.

3Cette réflexion avait pour but d’introduire le second semestre du séminaire, qui a porté comme annoncé sur les lectures anthropologiques de la Bible. L’essentiel des séances a consisté en un état de la question. On a ainsi analysé de façon précise la démarche d’E. Leach dans ses deux articles sur l’Ancien Testament : « La Genèse comme mythe » et « La légitimité de Salomon » (traductions françaises dans L’unité de l’homme, Gallimard, 1980). On a ensuite présenté la critique de ces tentatives qu’apporte J. Pitt-Rivers dans Anthropologie de l’honneur. La mésaventure de Sichem (Le Sycomore, 1983). Ces approches ont permis de repérer les problèmes théoriques et méthodologiques qui se posent à l’anthropologue dans ce type de projet : comment, en particulier, tenir compte de la distance temporelle et culturelle qui nous sépare de la rédaction de ces textes ? Est-il concevable de prétendre accéder à un sens Initial, celui qu’ils pouvaient avoir pour leurs premiers destinataires ? Ces questions présupposent l’Intégration à l’analyse de ce que les biblistes nous disent de la rédaction des textes – sa datation, ses enjeux... Comme y invite Leach, on peut ainsi, dans certains exemples au moins, saisir une intention, ou mesurer l’acuité d’un problème dans un contexte donné (par exemple celui de l’identité et des frontières du peuple élu dans les exemples qu’il étudie). Cela revient en somme à retrouver dans le texte non seulement un auteur (ou une tradition narrative « de première main »), mais déjà les marques d’une lecture et d’une interprétation adaptées à l’époque du rédacteur du texte que nous lisons. Les traces de ces lectures, encore saisissables dans de tardives corrections des textes, se concentrent ensuite dans les gloses, mais aussi l’iconographie, l’usage des citations, la production de variantes, etc. La question qui se pose est alors de savoir dans quelle mesure ce qui est lu du texte à un moment donné trahit ou traduit l’offre de sens d’une lettre devenue souvent énigmatique. Si la lecture typologique chrétienne (comme le montre excellemment E. Auerbach dans Figura) relève à l’évidence du premier cas, on a présenté aussi des exemples de gloses chrétiennes médiévales qui, par les associations qu’elles Introduisent, révèlent les textures mythiques du texte biblique lui-même et donc, sans doute, un aspect bien réel de son mode de fonctionnement initial.

Publications

  • Avec B. Midant-Reynes, dir., Le sacrifice humain en Égypte ancienne et ailleurs, Paris, Soleb, 2005, 284 p.
  • « Qui croit à la transsubstantiation ? », L’Homme, 175-176, 2005, p. 369-396.
  • « La transmission des prénoms. Quelques enjeux religieux d’une dérégulation », dans Le Nom dans les sociétés occidentales contemporaines, sous la dir. d’A. Fine et F.-R. Ouellette, Presses universitaires du Mirail, 2005, p. 121-138.
  • « Écritures de sainte Thérèse d’Avila », dans Homenaje a Henri Guerreiro. La hagiografía entre historia y literatura en la España de la Edad Media y del Siglo de Oro, M. Vitse (éd.), Madrid/Francfort, Universidad de Navarra-Iberoamericana/Vervuert, 2006, p. 231-241.
  • « Un Japon si proche et si lointain », postface à Légitimités, légitimations. La construction de l’autorité au Japon, A. Bouchy, G. Carré, F. Lachaud (éds), Paris, École française d’Extrême-Orient, 2006, p. 289-301.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Pierre Albert, « Anthropologie du christianisme », Annuaire de l’EHESS,  | 2007, 381-382.

Référence électronique

Jean-Pierre Albert, « Anthropologie du christianisme », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2007, mis en ligne le 15 avril 2015, consulté le 21 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18210

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Albert

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals