Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Sociologie

Sociologie de l’art et du travail

Pierre-Michel Menger
p. 398-400

Entrées d’index

Index thématique :

Sociologie
Haut de page

Texte intégral

Pierre-Michel Menger, directeur d’études

1Dans une première partie de mon enseignement, j’ai examiné les approches quantitatives de l’art dans les sciences sociales (sociologie, économie). Le point de départ habituel de l’étude des arts est la qualification d’originalité et de singularité, celle de l’artiste et celle de l’œuvre. Mais tout l’effort des sciences sociales (sociologie, économie, droit, pour le propos qui fut le mien) et leur plus-value propre dans ce domaine de recherche sont aisés à cerner dès que sont couplées une saisie théorique de l’individuel et une analyse probabiliste des voies d’accès à la reconnaissance de l’unicité et de l’originalité. J’ai examiné la manière dont les artistes sont identifiés et dénombrés, en montrant, à partir d’exemples prélevés à différents moments de l’histoire des arts, comment les qualifications identitaires ont été élaborées et redessinées au gré des compétitions et des différenciations qui dessinent la position des artistes dans le système des professions. L’étude des chances de professionnalisation dans les arts et celle des mécanismes d’appariement entre les catégories d’acteurs qui s’emploient à organiser les collaborations à une œuvre ou un projet font émerger une autre propriété structurale de la quantité en art : l’excès d’offre couplé à l’incertitude sur la viabilité et la valeur finale des projets et réalisations. L’analyse des réseaux de coopération, celle des techniques de gestion des risques par diversification et l’examen de la distinction entre optimalité sociale (qui plaiderait pour la plus abondante variété de l’offre) et optimalité économique (qui place des limites à l’engagement dans des activités génératrices de surestimations excessives des chances d’accomplissement) permettent de requalifier l’argument de la singularité dans le contexte de la différenciation théoriquement illimitée des actes et des œuvres d’invention esthétique. J’ai par ailleurs discuté les travaux récents consacrés à l’impact des nouvelles technologies de diffusion des œuvres par voie électronique : l’utopie d’une égalisation des chances de succès sous l’effet de la multiplication des canaux et de l’abaissement des coûts de la distribution des biens culturels industriels est au cœur de la remise en cause des législations sur les droits de propriété, et de la transfiguration de l’acte d’invention en un bien public, et l’espoir est ranimé que pourraient être réglées d’un même geste (celui d’une socialisation extensive du risque créateur aux contours très flous) la question des inégalités de réussite et l’incitation à inventer. La seconde partie du séminaire d’enseignement a été consacrée aux recherches sur les transformations conjointes des marchés du travail et des systèmes de protection sociale. La venue de Paul-André Lapointe, professeur à l’Université Laval de Québec et directeur du département des relations du travail au sein de celle-ci, comme directeur d’études invité au mois de mai 2006, a permis de développer la dimension comparative de l’analyse. P.-A. Lapointe a consacré ses exposés aux innovations sociales en milieu de travail, au portrait des travailleurs du savoir au Québec, et à l’évolution des politiques de protection sociale des salariés atypiques.

2Ont également pris part au séminaire, pour des exposés : Kristian Feigelson (maître de conférences à Paris-III en délégation CNRS au CESTA) et Emmanuel Grimaud (chargé de recherche au CNRS) sur les approches de la mondialisation en sociologie de la culture et sur le cas (étudié par E. Grimaud) de la production cinématographique indienne (« Bollywood ») ; Fabien Accominotti (doctorant au CESTA) qui a présenté la théorie des marchés de Harrison White et examiné ses applications aux cas respectifs des arts et du marché du travail.

Publications

  • « Histoire de la sociologie de l’art », dans Dictionnaire de la pensée sociologique, sous la dir. de R. Boudon, M. Borlandi, M. Cherkaoui, B. Valade, Paris, PUF, 2005.
  • « Les professions artistiques : un système incomplet de relations sociales », dans Institutions et vie culturelles, G. Saez (éd.), Paris, La Documentation française, 2005, p. 157-163.
  • « L’hyperflexibilité salariale et assurantielle, ses conflits et sa viabilité : l’intermittence dans les arts du spectacle », dans Actes des Xes Journées internationales de sociologie du travail, Rouen 24-25 novembre 2005, 2, p. 397-416.
  • « Profiles of the unfinished : Rodin’s Work and the varities of incompleteness », dans Art from start to finish, H.S. Becker, R.R. Faulkner, B. Kirschenblatt-Gimblett (éds), Chicago, University of Chicago Press, 2006, p. 21-68.
  • « Artistic labor markets : Contingent work, excess supply and occupational risk management », dans Handbook of the economics of art and culture, 1, V. Ginsburgh, D. Throsby (éds), Amsterdam, Elsevier, 2006, chap. 22.
  • « Innovations technologiques, création et appropriation des biens culturels », dans Création et diversité au miroir des industries culturelles, Actes des Journées d’économie de la culture, sous la dir. de X. Greffe, Paris, La Documentation française, 2006, p. 105-128.
  • Troupe ou projet ? Quel modèle d’organisation du travail dans les arts du spectacle ? », dans Journal des trois théâtres, 20, mai 2006, p. 47-49.
  • « Intermittence : exception culturelle, exception sociale », dans La politique culturelle en débat, sous la dir. de G. Gentil, P. Poirrier, Paris, La Documentation française, 2006, p. 168-172.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre-Michel Menger, « Sociologie de l’art et du travail », Annuaire de l’EHESS,  | 2007, 398-400.

Référence électronique

Pierre-Michel Menger, « Sociologie de l’art et du travail », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2007, mis en ligne le 15 avril 2015, consulté le 19 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18224

Haut de page

Auteur

Pierre-Michel Menger

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals