Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Sociologie

Sociologie de la décision et de la délibération

Philippe Urfalino
p. 400-401

Entrées d’index

Index thématique :

Sociologie
Haut de page

Texte intégral

Philippe Urfalino, directeur d’études

1. L’usage du concept de construction sociale : les médicaments façonnent-ils les maladies ? (avec Emmanuelle Bonetti)

1Pourquoi le concept de construction sociale est-il à la fois appelé par la réflexion sociologique et aisément égarant ? Telle est la question traitée dans ce séminaire, à la fois dans sa généralité et dans le cas particulier du thème de la construction sociale des maladies par le biais des médicaments. Dans une première phase, nous avons distingué quatre usages de la notion de construction sociale, liés soit : 1) à une entreprise de déniaisement sociologique ; 2) à un choix de méthode sociologique ; 3) à l’étude de la production et de la mise sur agenda de problèmes sociaux ; 4) à la mise en cause de la réalité de faits réputés non sociaux. C’est ce dernier usage qui nous a le plus retenu dans la mesure où il concerne directement le thème de « l’invention des maladies ». Dans une deuxième phase, nous avons abordé la question de la construction sociale des maladies. Si la mise en évidence de facteurs sociaux dans l’apparition et la prévalence de certaines maladies n’est pas mise en doute, l’idée que la nature même de la maladie puisse être sociale peut surprendre. Pourtant plusieurs travaux ont attribué aux médicaments, via les stratégies des firmes pharmaceutiques ou les initiatives des milieux médicaux, la puissance d’engendrer illusoirement certaines pathologies ou d’en élargir abusivement les contours. Il est apparu que pour obtenir des énoncés sensés sur une telle influence des médicaments et de l’industrie pharmaceutique, il fallait se munir d’un concept ou d’une définition de ce qu’est une maladie. Le commentaire de textes fondamentaux sur ce sujet et au premier chef de l’œuvre de Georges Ganguilhem a permis de proposer une définition du mode d’existence de la maladie. Nous avons ensuite proposé quatre vecteurs d’influence des médicaments sur la définition d’une pathologie. Ces propositions conceptuelles et méthodologiques ont été testées par les deux cas des médicaments de l’impuissance et anticholestérol. Nous avons pu ainsi prendre position dans le débat sur la nature de la dysfonction érectile et de l’hypercholestérolémie. Un exposé de Philippe de Lara sur le « constructionnisme » a utilement complété cet enseignement.

2. Délibération, consensus et démocratie

2L’accumulation de réflexions sur la dimension délibérative de la démocratie tout comme les pratiques de décision collective de nombreux mouvements contestataires délaissant le vote au profit de la recherche d’un consensus, laissent entendre que l’élection et la représentation ne sont plus les formes exemplaires de l’exigence démocratique. Amartya Sen rejoint cette idée lorsqu’il fait l’hypothèse que les pratiques de la palabre, du pluralisme et la délibération sont les racines non occidentales de la démocratie. La réflexion de l’économiste indien a l’avantage de mettre en résonance la littérature sur la démocratie délibérative et les travaux des anthropologues sur les assemblées politiques et la prévalence du consensus ou de l’unanimité. Nous avons d’abord souligné la carence descriptive des évocations de l’émergence du consensus dans les deux littératures, ce qui nous a permis de poursuivre les recherches des années antérieures sur la décision par consensus apparent. Nous avons cette fois posé les bases d’une comparaison systématique des contextes d’utilisation du vote et du consensus apparent.

3Les exposés de Catherine Alès sur les assemblées des Yanomami, de Francesco Callegaro sur la délibération collective, de Loïc Nicolas sur la rhétorique et de Stéphanie Novack sur les modes de décision du conseil des ministres européen ont très utilement complété cet ensemble.

Publications

  • Le grand méchant loup pharmaceutique. Angoisse ou vigilance ?, Textuel, 2005, 128 p.
  • « L’invention de la politique culturelle, et après ? » entretien avec T. Fabre, La pensée de midi, 16, automne 2005, p. 9-15.
  • « Le soutien public à l’économie de la vie artistique », Le Débat, 142, novembre-décembre 2006, p. 158-162.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Urfalino, « Sociologie de la décision et de la délibération », Annuaire de l’EHESS,  | 2007, 400-401.

Référence électronique

Philippe Urfalino, « Sociologie de la décision et de la délibération », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2007, mis en ligne le 15 avril 2015, consulté le 26 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18225

Haut de page

Auteur

Philippe Urfalino

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals