Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Sociologie

Processus sociaux de construction de l’identité

Francine Muel-Dreyfus
p. 401-403

Entrées d’index

Index thématique :

Sociologie
Haut de page

Texte intégral

Francine Muel-Dreyfus, directrice d’études

1Nous avons poursuivi cette année la réflexion sur l’ordre des corps comme dimension centrale de l’ordre politique, sur la construction sociale du stigmate (modes de stigmatisation, phénomènes d’intériorisation du stigmate) et sur le rapport entre classement savant et classement social en la centrant sur la fécondité des approches intégrant à l’analyse sociologique une dimension historique. Nous avons ainsi voulu contribuer à approfondir certains axes théoriques et méthodologiques de la sociologie historique.

2Dans un premier temps nous avons parcouru en la commentant une bibliographie centrée notamment autour des travaux de P. Bourdieu, N. Elias, E. Goffman, G. Mosse, L. Poliakov, M. Pollak, A. Sayad. Nous avons également proposé une lecture transversale de la revue Actes de la recherche en sciences sociales, fondée en 1975 par Pierre Bourdieu, en vue de dégager la manière dont, à travers des terrains empiriques très divers, s’y fait jour la préoccupation d’inclure une dimension historique dans les recherches portant sur les catégories sociales de perception et de représentation du monde social. L’inconscient social, l’inconscient de classe, l’inconscient d’école sont des objets de l’histoire sociale ou de la sociologie historique qui ne peut avoir, selon les mots de Pierre Bourdieu, « la valeur d’une psychanalyse de l’esprit scientifique et de la conscience sociale que si elle reconstruit complètement, c’est-à-dire par un travail à proprement parler interminable, les conditions sociales de production des catégories sociales de production du monde naturel ou social qui peuvent être au principe de la réalité même de ce monde » (« Une classe objet », ARSS, 17/18, 1977). J’ai tenté d’illustrer ces hypothèses par la présentation de nouvelles recherches en cours sur l’approche sociohistorique de l’idéologie du don naturel qui porte à la fois sur les affrontements politiques sur la question scolaire, sur les processus de naturalisation du social en périodes de crises sociales et politiques, sur la construction politique de ce qu’on appelle aujourd’hui la sociobiologie.

3Ioana Cirstocea, postdoctorante à l’Université libre de Bruxelles, a présenté ses recherches en cours sur le « féminisme de la globalisation » dans la Roumanie d’aujourd’hui, qui étudient les agents de l’institutionnalisation des études féministes dans le champ universitaire et leurs liens avec les instances politiques et administratives qui transmettent les injonctions internationales au prisme de l’au-tonomie/hétéronomie de ce nouvel espace disciplinaire académique.

4Elisabeth Hultqvist, professeure au Lärarhögskolar (Institute of Education) de Stockholm, a présenté une recherche collective en cours sur la médicalisation et l’individualisation de l’échec scolaire dans un contexte de bouleversements du champ éducatif suédois (« démocratisation », décentralisation, nouveau statut des études supérieures en pédagogie, changements dans les caractéristiques sociales du recrutement des enseignants en maternelle et primaire), et montré l’emprise des notions de « normalité » et de « déviation » dans le projet professionnel des enseignants.

5Michel Pialoux, maître de conférences honoraire à l’Université Paris-V, a présenté certains aspects des recherches rassemblées dans l’ouvrage qu’il a publié avec Stéphane Beaud Violences urbaines, violence sociale. Genèse des nouvelles classes dangereuses (Fayard, 2003), en mettant en évidence l’intérêt sociologique d’étudier la sociogenèse sur le temps long d’une émeute urbaine soudaine ayant éclaté à Montbéliard en juillet 2000. Seule l’analyse des changements dans le rapport entre marché scolaire et marché du travail et dans le travail ouvrier livre les ressorts socio-économiques de cette explosion de violence et la constitution progressive de la culture de provocation qui l’a portée.

Publication

  • « Masculine domination, Symbolic violence and politicization of gender », dans Reading Bourdieu in a dual context. Essays from India and France, R. Lardinois et M. Thapan, New Delhi, Routledge, 2006, p. 176-198.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Francine Muel-Dreyfus, « Processus sociaux de construction de l’identité », Annuaire de l’EHESS,  | 2007, 401-403.

Référence électronique

Francine Muel-Dreyfus, « Processus sociaux de construction de l’identité », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2007, mis en ligne le 15 avril 2015, consulté le 17 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18226

Haut de page

Auteur

Francine Muel-Dreyfus

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals