Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Sociologie

Sociologie du pouvoir et des élites

Monique de Saint Martin
p. 408-409

Entrées d’index

Index thématique :

Sociologie
Haut de page

Texte intégral

Monique de Saint Martin, directrice d’études

Transformations et restructurations des élites et des pouvoirs

1Dans un contexte d’échanges économiques généralisés, de développement de processus d’intégration régionale (Union européenne, Mercosud), de multiplication des instances d’évaluation et d’expertise, les processus d’internationalisation des élites, et des institutions d’enseignement supérieur, qui ne sont certes pas récents, se développent de façon croissante et intensive. On a poursuivi dans le séminaire l’étude de ces processus qui conduisent à des transformations importantes sur les modes de recrutement, de formation ou de gouvernement des élites nationales et sur les modes de légitimation ainsi qu’à une redistribution des pouvoirs. Au préalable, il a été nécessaire de préciser quelques notions centrales pour ce séminaire parmi lesquelles cosmopolite et cosmopolitisme, international et internationalisation, transnational et transnationalisation.

2Cosmopolitisme, multiterritorialité et échanges internationaux jouent depuis longtemps un rôle décisif dans les processus de formation et de légitimation des élites. Il n’en reste pas moins que les nouvelles formes de socialisation des élites dirigeantes font de plus en plus de place à la culture internationale, aux études de langues étrangères, aux stages et séjours à l’étranger sous des formes diverses, aux voyages et aux diverses formes d’échanges qui suscitent d’importants investissements de la part des élèves et étudiants, de leurs familles et des enseignants. La structuration et l’institutionnalisation à l’échelle internationale de réseaux de formation et de circulation des étudiants, et des différentes élites, en particulier des élites économiques ou managériales, et des élites universitaires et intellectuelles qui ont été examinées dans le séminaire, sont néanmoins un phénomène relativement récent, étroitement lié à une logique de mondialisation économique et culturelle.

3Le séminaire a bénéficié de la contribution de plusieurs professeurs, chercheurs invités à l’École et de doctorants qui ont présenté leurs recherches sur l’internationalisation des études et des modes d’éducation des élites, les nouvelles stratégies dans le marché transnational de l’enseignement supérieur, les étudiants étrangers dans les universités en France (Maria Alice Nogueira et Andréa Aguiar, Mikael Borjesson, Brice Le Gall). Les recompositions du paysage universitaire en relation avec le développement des ONG ont été au centre des interrogations de Janvier Onana pour le cas du Cameroun et de Boubacar Niane pour le cas du Sénégal. Ana Maria Almeida (Université de Campinas) a proposé une analyse de la circulation internationale des économistes et de la définition des inégalités comme objet d’études au Brésil, et Filippa Chatzistavrou a présenté sa recherche sur les médiations entre le niveau européen et le niveau national avec l’exemple des représentants permanents des états membres de l’Union européenne auprès de l’UE.

4Parallèlement, les analyses se sont poursuivies sur la construction de nouveaux groupes dirigeants, les ingénieurs au Maroc entre élitisme et massifica-tion (Grazia Scarfo-Ghellab), d’une presse politique : les journalistes du Monde diplomatique et de Marianne (Marc Endeweld) ou sur la naissance de nouvelles catégories : les épargnants à l’occasion de la crise économique argentine (Mariana Luzzi). Jérôme Heurtaux a analysé comment les partis politiques se sont imposés comme acteurs dominants de la compétition politique en Pologne après 1989. L’étude des relations de pouvoir et de leur évolution, par exemple entre le président et les gouverneurs au Mexique (Diana Toledo) ou entre la science économique et le pouvoir politique dans le cas de l’étude du modèle agraire en Russie (Olessia Kirtchik) ou entre élites islamistes et élites kemalistes en Turquie dans les années 1945-1960 (Ipek Gencel) ainsi que celle des activités développées par ces différents acteurs politiques sont apparues décisives pour l’analyse des transformations et des restructurations des élites.

Publications

  • « Un dialogue scientifique permanent », dans Dialogues entre le Brésil et la France. Formation et coopération académique, Diálogos entre o Brasil e a França – Formação e cooperaçào acadêmica, c. Benedito Martins (éd.), Recife, FJN, Ed. Massangana, 2005, 2 vol., p. 145-149.
  • « Introduction » à « Le Brésil et le marché mondial de la coopération scientifique », Cahiers du Brésil contemporain, 57/58-59/60, 2004-2005, p. 9-17.
  • « Réseaux internationaux et investissements transnationaux », dans Fältanteckningar. Utbildnings – och kultursociologiska texter tillägnade Donald Broady, M. Borjesson et al. (éds), Stockholm, Elanders Gotab, 2006, p. 93-99 (Skeptronserien).
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Monique de Saint Martin, « Sociologie du pouvoir et des élites », Annuaire de l’EHESS,  | 2007, 408-409.

Référence électronique

Monique de Saint Martin, « Sociologie du pouvoir et des élites », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2007, mis en ligne le 15 avril 2015, consulté le 23 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18230

Haut de page

Auteur

Monique de Saint Martin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals