Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Sociologie

Folie et lien social

Françoise Davoine et Jean-Max Gaudillière
p. 411-412

Entrées d’index

Index thématique :

Sociologie
Haut de page

Texte intégral

Françoise Davoine et Jean-Max Gaudillière, maîtres de conférences

La folie face aux distorsions cognitives et à la politique de l’amour

1Sous ce titre, il s’agissait d’explorer comment la folie travaille comme pierre de touche pour montrer l’efficacité des distorsions cognitives imposées à quelque échelle que ce soit, familiales, nationales, idéologiques, etc.

2La consistance essentiellement sociopolitique et historique des terrains où la folie devient instrument de recherche nous a conduits à explorer les conditions et les conséquences d’un fait juridique et politique aujourd’hui largement méconnu, mais ramené sans relâche à la surface par les symptômes des patients et le transfert de travail qu’ils induisent, le procès de Riom.

3Outre l’examen des procédures cliniques qui permettent de se porter à la place de co-chercheur en tant que thérapeute, nous avons pu suivre quelques textes fondamentaux qui rappellent à l’ordre de la vérité au cours des soixante dernières années, et aussi certains de leurs inspirateurs.

4Nous avons commencé par le petit livre de Jean Cassou La mémoire courte, produit au moment des dernières amnisties qui ont suivi l’occupation et la collaboration, texte inséparable de L’étrange défaite de Marc Bloch. Une réflexion sur les élaborations prophétiques de Tocqueville, notamment dans la deuxième Démocratie en Amérique nous a permis de fonder dans une lignée de pensée et d’éthique les sursauts cognitifs et rationnels dont témoigne la folie, en tant que formation post-traumatique, correspondant à des événements où le sujet s’est trouvé face à la « trahison des siens » (Claude Barrois).

5Une seconde partie du séminaire était consacrée à l’identification des opérateurs logiques qui ont pour finalité de mettre en œuvre de telles distorsions. Là, comme souvent, les grands textes de la littérature enseignent davantage que bien des commentaires, et l’étude précise des deux Faust de Goethe, particulièrement le second, nous ont permis de tracer l’aspect exclusivement mécanique de ce travail de diable effectivement, et aussi d’en délimiter la portée somme toute assez rudimentaire.

6Ces approches nous ont ainsi amenés à détailler, avec l’aide du dernier livre de P. C. Racamier, Le génie des origines, l’outillage de telles perversions socio-politiques, et les diverses performances de la folie, qui sort seulement ainsi de l’enchaînement causaliste mécaniste, dans lequel beaucoup de nosographies et de théories supposées de la « maladie mentale » cherchent à l’enfermer.

7Nous avons aussi pu bénéficier notamment de deux séminaires où des intervenants étrangers nous ont fait bénéficier de leur propre travail : le peintre anglais Peter Clare, qui nous a notamment montré le rôle du « Green Man », de l’Homme Sauvage, dans des articulations libératoires de ces bricolages sans autre force que celle d’un consensus mou, identifié comme une politique de l’amour, prétendument débarrassés même du concept d’ennemi.

8Enfin, Madeline Caviness, professeur d’histoire de l’art à Tuft University à Boston, nous a présenté ses travaux fondés sur l’histoire des vitraux et des représentations du sacré, pour nous montrer comment la destruction des images humaines précède de peu l’atteinte physique sur la réalité des corps, tandis que la confusion entretenue par les idéologies est à même de brouiller les limites.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Françoise Davoine et Jean-Max Gaudillière, « Folie et lien social », Annuaire de l’EHESS,  | 2007, 411-412.

Référence électronique

Françoise Davoine et Jean-Max Gaudillière, « Folie et lien social », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2007, mis en ligne le 15 avril 2015, consulté le 22 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18236

Haut de page

Auteurs

Françoise Davoine

Articles du même auteur

Jean-Max Gaudillière

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals