Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Sociologie

Sociologie des interventions sur le social

Robert Castel, Marc Bessin et Denis Merklen
p. 412-414

Entrées d’index

Index thématique :

Sociologie
Haut de page

Texte intégral

Robert Castel, directeur d’études
Marc Bessin, chargé de recherche CNRS
Denis Merklen, maître de conférences à l’Université Paris-VII

Protection sociale et individu mobile

1Un des effets les plus caractéristiques de la « grande transformation » qui affecte notre société depuis un quart de siècle est l’existence d’un nombre croissant d’individus qui ne sont plus « couverts » par les systèmes de protection de la société salariale (droit du travail, protection sociale). Le séminaire s’est proposé de caractériser les populations ainsi fragilisées. Nous avons analysé, d’une part, les pratiques déployées pour essayer de les sortir d’affaire, et d’autre part, les stratégies mises en place par ces populations à la fois pour faire face aux injonctions d’individuation et pour se doter de supports, indispensables à toute forme d’individuation « positive ».

2Outre les publics laissés en dehors du marché du travail (chômeurs de longue durée, jeunes en quête d’un emploi), ces situations de précarité affectent de plus en plus des personnes qui travaillent sans accéder à une indépendance économique et sociale : travail à temps partiel, alternances de périodes de travail et de non-travail, développement des contrats aidés, etc. (cf. la réapparition de la thématique des « travailleurs pauvres »). La fragilisation résulte également de la confrontation de ces populations à des institutions publiques incapables de leur assurer un passage vers la « société » (école, logement, système politique).

3Les dispositifs de prise en charge de ces populations en difficulté ont changé, notamment les politiques d’insertion qui, à la différence du travail social classique, ne concernent plus principalement des publics incapables de travailler. Mais on observe parallèlement une transformation des régulations du marché du travail qui se détournent de l’emploi « classique » (CDI encadré par le droit du travail et la protection sociale). Ce développement des « zones grises de l’emploi » n’institutionnalise-t-il pas de plus en plus la précarité ? Peut-on envisager de nouvelles protections pour ces individus qui ne relèvent plus, ou qui sont insuffisamment couverts par les protections rattachées à l’emploi stable ?

4Nous avons travaillé sur les nouvelles politiques incitatives qui tentent d’impliquer les individus eux-mêmes dans les entreprises d’insertion et d’incitation au travail (logique de la contrepartie). Plusieurs recherches présentées dans le séminaire ont permis d’illustrer comment, pour leurs bénéficiaires, ces politiques fonctionnent plutôt comme des injonctions à l’individuation et non comme des supports pour la conquête d’une quelconque indépendance sociale.

5Du point de vue des classes populaires, la fragmentation sociale et le ciblage territorialisé d’une bonne partie de l’action publique ont provoqué des changements sur le plan de la sociabilité et des pratiques politiques. Des formes de solidarité locale réapparaissent et le quartier se constitue en un point d’appui pour l’action collective. Dans quelle mesure ces formes d’inscription territoriale permettent aux habitants de toucher la société et de s’affranchir ainsi de l’assignation locale ?

6Ce rapport au politique des plus fragiles se présente aussi comme un combat pour l’inscription de leur situation et de leur souffrance dans l’espace public. Cette problématique de l’accès à la visibilité et de la « lutte pour la reconnaissance » a occupé une partie du séminaire, qui a eu le privilège d’entendre Axel Honneth sur ces questions lors d’une séance organisée conjointement avec le séminaire du CEMS. Les discussions entre politiques de redistribution et politiques de reconnaissance ont aussi permis de mettre en lumière les paradoxes des visées de l’intervention sociale à l’autonomie, dès lors par exemple que les professionnels du social réassignent par leurs pratiques les rôles sexués qui maintiennent les fortes dépendances des individus liées au système de genre.

7On a finalement souligné l’ambiguïté des logiques d’activation à l’œuvre dans l’intervention sociale, la responsabilisation de ses publics conduisant le plus souvent à demander beaucoup à ceux qui ont peu et qui subissent les conséquences de processus situés au-delà de leur champ d’action.

Publications

  • « Marginalité », dans Dictionnaire de la pensée sociologique, sous la dir. de M. Borlandi, R. Boudon, M. Cherkaoui, B. Valade, Paris, PUF, 2005, p. 425-426.
  • « Risques, insécurité sociale et psychiatrie », dans Répondre à la souffrance sociale, sous la dir. de M. Joubert, Cl. Louzon, Paris, Erès, 2005, p. 147-162.
  • « Devenir de l’État providence et travail social », dans Le travail social en débat(s), sous la dir. de J. Ion, Paris, 2005, La Découverte, p. 24-27.
  • « Repenser la protection sociale », Sciences humaines, 168, février 2006, p. 43.
  • « La discrimination négative. Le déficit de citoyenneté des jeunes de banlieue », Annales HSS, juillet-août 2006, 4, p. 777-808.
  • « L’héritage de Michel Foucault », dans Gouvernement, organisation et gestion : l’héritage de Michel Foucault, sous la dir. de a. Hatchuel et al., Presses de l’Université Laval, 2005, 463 p.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Robert Castel, Marc Bessin et Denis Merklen, « Sociologie des interventions sur le social », Annuaire de l’EHESS,  | 2007, 412-414.

Référence électronique

Robert Castel, Marc Bessin et Denis Merklen, « Sociologie des interventions sur le social », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2007, mis en ligne le 15 avril 2015, consulté le 19 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18237

Haut de page

Auteurs

Robert Castel

Articles du même auteur

Marc Bessin

Articles du même auteur

Denis Merklen

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals