Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Sociologie

Sociologie de l’Iran contemporain

Farhad Khosrokhavar
p. 416-417

Entrées d’index

Index thématique :

Sociologie
Haut de page

Texte intégral

Farhad Khosrokhavar, directeur d’études

1. Sociologie de l’Iran contemporain

1Le mouvement de démocratisation en Iran a subi un revers avec l’avènement du nouveau gouvernement conservateur en 2005. L’ouverture politique et culturelle de l’Iran a été remise en cause et les tentatives de communication avec l’Occident ont tourné court. Dans ce contexte, l’analyse des formes de subjectivation dans la jeunesse iranienne, dans les trois villes de Téhéran, Qom et Qazvin a fait l’objet des cours. À partir d’entretiens semi-directifs avec trois cents jeunes (200 à Téhéran et cinquante dans chacune des deux autres villes) le séminaire a tenté de brosser l’image des transformations intervenues dans le paysage mental de la génération post-révolutionnaire. Le rapport à soi, aux parents, aux amis, aux relations affectives avec l’autre sexe et au politique a été analysé à partir de ces entretiens.

2On a mesuré l’étendue de la transformation de la subjectivité postrévolutionnaire par rapport à celle des temps héroïques de la Révolution islamique. Des thèmes comme le martyre, l’abnégation révolutionnaire et l’anti-occidentalisme au nom de l’islam ont perdu beaucoup de leur poids, et à leur place un nouveau type de « souci de soi » basé sur des rapports beaucoup plus intimistes dans la famille a vu le jour.

3Le séminaire a exploré ces nouvelles formes de modernisation, en contraste avec celle que prônait la révolution au nom d’un islam politique.

L’islam en France

4Le séminaire a tenté de brosser les formes de religiosité islamique en France dans la jeunesse exclue ou précarisée, notamment dans les banlieues et en prison. Ces nouvelles formes de religiosité sont multiples et leur sens réside autant dans la volonté de « réappropriation de soi » d’une partie de la jeunesse exclue que dans l’aspiration à s’inscrire dans une identité à mi-distance de celle des parents ou des grands-parents (on ne se sent plus « Maghrébin », contrairement à eux) et de celle des « Français » (on se sent comme rejeté en tant que « Français »). Une nouvelle forme de construction identitaire où on bricole un islam comme foyer d’identité se fait jour, qui n’est pas unique mais au moins, triple : un islam individuel, un islam néocommunautaire et un islam en rupture avec le monde ambiant et qu’on pourrait qualifier d’hyper-fondamentaliste. Ce dernier type peut déboucher sur des formes de radicalisation violente contre la société.

5L’islamisation des jeunes en situation d’exclusion ou de précarité ne s’inscrit pas nécessairement dans une rupture totale avec la société mais peut être tout aussi bien une façon de « moraliser » les relations sociales à partir d’un registre religieux (et donc, en décalage par rapport à l’ordre laïque) dans une situation de déshérence.

6La victimisation de soi dans ces modes de subjectivation religieuse peut donner lieu au retrait par rapport à la société selon un registre « sectaire » ou bien, déboucher sur la revendication d’une identité différente, quelquefois de manière violente, par une minorité de jeunes.

7Ces formes de subjectivation religieuse n’en sont pas moins liées à la situation d’exclusion sociale et de stigmatisation culturelle. Le registre religieux sert à exprimer des revendications qui n’arrivent pas à s’exprimer selon un registre « laïque », autant par volonté de défier cet ordre que par le sentiment qu’il ne saurait être le lieu d’une légitimité au sein d’une société où les exclus d’origine maghrébine ne sont pas admis à parité avec les autres.

Publications

  • Avec J. Beckford et D. Joly, Muslims in prison, England and France in comparative perspective, Londres, Palgrave MacMillan Publishers, 2005, 280 p.
  • Quand Al Qaeda parle, Paris, Grasset, 2006, 424 p.
  • avec M. Amin Ghaneirad, « Iran’s New Scientific Community », Iranian Studies, 39, 2, 2006, p. 253-267.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Farhad Khosrokhavar, « Sociologie de l’Iran contemporain », Annuaire de l’EHESS,  | 2007, 416-417.

Référence électronique

Farhad Khosrokhavar, « Sociologie de l’Iran contemporain », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2007, mis en ligne le 15 avril 2015, consulté le 17 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18240

Haut de page

Auteur

Farhad Khosrokhavar

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals