Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Sociologie

Sociologie de la sécurité et stratégie

André Brigot
p. 422-423

Entrées d’index

Index thématique :

Sociologie
Haut de page

Texte intégral

André Brigot, professeur certifié

Fonction de sécurité et construction politique de l’Europe

1Dans le suivi des recherches sur la construction européenne, la paix et le rôle de la force, le séminaire a approfondi au cours de cette année la question des opérations extérieures menées par des coalitions de pays européens au XIXe siècle. Les principales opérations étudiées ont été celles de Crimée, de Syrie, du Mexique et enfin de Chine.

2Les opérations actuellement menées par des forces d’États membres de l’Union européenne se déroulent dans divers cadres institutionnels : en tant que membres de la coalition menées par les États-Unis en Irak ; en tant que membres de l’OTAN ; en tant que participant à une opération onusienne, ou enfin en tant que participant à une opération de la Politique européenne de sécurité et de défense. Toutes posent cependant les problèmes classiques des opérations multilatérales : décision politique et définition des missions ; organisation du commandement ; conduite des opérations sur le terrain. Il était donc intéressant de confronter les opérations actuelles à celles réalisées au XIXe siècle. Le parallélisme des situations est en effet marqué par deux périodes où les affrontements interétatiques en Europe sont faibles (exception faite bien entendu de la guerre franco-allemande de 1870) et où les forces nationales s’affrontent soit hors d’Europe (problèmes liés aux colonisations), soit ensemble à des adversaires communs. Cette situation disparaîtra ensuite pendant un siècle, pour réapparaître aujourd’hui, sous la forme d’opérations communes.

3L’examen des deux périodes suggère plusieurs enseignements.

4D’abord la difficulté des politiques à dégager des missions et des objectifs suffisamment clairs et unifiés. Pas plus qu’il n’existe aujourd’hui une politique étrangère et de sécurité commune définie, les opérations du XIXe montraient une grande diversité d’objectifs politiques au-delà d’intérêts conjoncturellement communs. Même les opérations « humanitaires » (Syrie, Liban) donnaient rapidement lieu à des divergences et à des suspicions. Ensuite, la question du commandement, comme dans toute coalition ou alliance illustrait sur le terrain les oppositions entre forces nationales, et conduisait au-delà des différentes formules imaginées à une concurrence et à des critiques perpétuelles. Enfin, les forces des différents pays profitaient de ces opérations communes pour s’apprécier mutuellement, et, notamment en Chine évaluer leurs capacités respectives dans la perspective d’affrontements mutuels. À cet égard, la question des moyens matériels de chacun, des capacités techniques donnaient lieu à des observations et des évaluations permanentes.

5À plusieurs égards, ces considérations éclairent les mécanismes de la construction actuelle de capacités européennes. Ce denier point : le développement d’une logique capacitaire, dans une perspective qui reste beaucoup plus nationale que complémentaire, et dans un cadre global très peu défini en termes d’objectifs « européens », suggère l’extrême lenteur des évolutions dans le recours à la force de la part des États engagés dans le processus de construction supranationale de l’Union.

Publication

  • « Les limites de l’Europe et les représentations européennes et américaines de la sécurité », dans De la limite, Marseille, Parenthèses, 2006, p. 73-93.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

André Brigot, « Sociologie de la sécurité et stratégie », Annuaire de l’EHESS,  | 2007, 422-423.

Référence électronique

André Brigot, « Sociologie de la sécurité et stratégie », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2007, mis en ligne le 15 avril 2015, consulté le 16 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18247

Haut de page

Auteur

André Brigot

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals