Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Sociologie

Sociologie de la santé et du monde médical

Nicolas Dodier
p. 434-436

Entrées d’index

Index thématique :

Sociologie
Haut de page

Texte intégral

Nicolas Dodier, directeur d’études

1Le séminaire a été consacré à certaines des tensions biopolitiques qui traversent nos sociétés. Le cadre d’analyse proposé s’est centré sur deux fronts de controverses qui ont contribué, depuis le XIXe siècle, à réorganiser sensiblement notre approche des questions biopolitiques. Le premier front concerne l’objectivité des jugements, tant sur le plan cognitif que sur le plan éthique. Nous avons ainsi montré en quoi différentes conceptions de l’objectivité se sont affrontées dans le monde médical depuis plus d’un siècle. Ces batailles de l’objectivité participent à la longue crise de la tradition clinique, et à l’essor, aujourd’hui spectaculaire, de nouveaux dispositifs d’encadrement basés à la fois sur de nouvelles exigences de preuves (based evidence medicine) et sur de nouvelles procédures de l’éthique. Le deuxième champ de controverses met en jeu les différentes conceptions de l’autonomie qui, là encore, s’affrontent pour tenter de régler la part d’initiative que l’on doit conférer aux personnes ordinaires (les malades notamment, mais aussi leurs représentants, ou leurs proches) lorsqu’elles sont confrontées aux Institutions médicales ou sanitaires. Ce mouvement s’inscrit dans une transformation générale des institutions sur laquelle l’étude de la médecine offre une fenêtre particulièrement intéressante. L’un des enjeux d’une telle approche est de montrer comment s’articulent en permanence les deux fronts de controverses. À un monde médical dominé par la tradition clinique, correspondent ainsi des formes possibles d’autonomie (et de luttes en faveur ou contre l’autonomie des patients), qui se trouvent sensiblement déplacées par l’émergence de nouvelles formes d’objectivité. Les exemples du sida et de la psychiatrie (et aujourd’hui particulièrement autour du statut de la psychanalyse) nous ont entre autres permis d’illustrer ces différents points.

2Saisir cette dynamique suppose un modèle des changements historiques. Nous l’avons construit autour des luttes de pouvoirs, appréhendées ici comme travail mené par les acteurs pour critiquer, légitimer, défendre ou remettre en cause la distribution des pouvoirs en présence, voire reconstruire de nouvelles manières de penser et de contrôler la légitimité des pouvoirs. Une part importante du séminaire a été destinée à discuter un tel modèle. Celui-ci a pour caractéristique de s’appuyer sur les apports d’une sociologie pragmatiste pour déboucher, contre l’image qui en est encore souvent donnée, sur une véritable conception du changement saisi à la fois globalement et localement. S’agissant des questions biopolitiques, une telle entreprise rencontre évidemment l’importance des travaux de Michel Foucault, ne serait-ce que pour l’art avec lequel celui-ci a pointé, grâce aux notions de biopolitique ou d’anatomo-politique, des registres essentiels de la réflexion politique contemporaine. Tout en rendant justice à cette dimension novatrice des études foucaldiennes, nous nous sommes en même temps attaché, en proposant un modèle du travail « biopolitique », à être plus attentif à la complexité morale des pratiques dans lesquelles s’engagent les acteurs qui se mobilisent aujourd’hui pour agencer ou réorganiser les pouvoirs dans les différents secteurs concernés de la vie sociale.

3Nous souhaitions enfin situer cette approche des questions biopolitiques dans l’évolution des sciences sociales depuis une cinquantaine d’années. Nous avons repris sous cet angle l’ensemble des séances que nous avions consacrées les années précédentes à quelques jalons essentiels de cette histoire. Et nous avons suggéré un premier schéma général d’évolution des sciences sociales dans ce domaine. L’accent a été mis, au-delà de la variété des théories et des préoccupations, par l’émergence de quelques « langages », ou strates successives dont nous sommes aujourd’hui largement les héritiers : une première strate organisée autour de la construction et du maintien de l’ordre social, une deuxième associée au dévoilement des forces sociales sous-jacentes, et une troisième attachée à montrer le jeu des combinaisons autorisé par la pluralité normative au cœur de la vie sociale.

4Chacun des invités s’est vu ainsi interrogé sur trois plans simultanés : l’apport de son travail à une meilleure compréhension des tensions biopolitiques ; la conception des changements historiques véhiculée par son approche ; l’inscription de ses préoccupations dans les différents langages des sciences sociales que nous avons mis en relief. Nous avons ainsi bénéficié des travaux de Janine Barbot, Didier Fassin, Bertrand Guillarme, Eva Illouz, Frédéric Keck, Marie Gaille-Nikodimov, Tommaso Vitale, ainsi que de plusieurs recherches doctorales, en cours ou récemment achevées (Caroline Huyard, Emmanuelle Fillion, Nancy Kentish-Barnes, Caroline Protais, Catherine Rémy).

Publications

  • « O espaço e o movimento do sendido critico », Forum sociologico, 13-14 (2e série), 2005, p. 239-280.
  • Avec V. Rabeharisoa, éds, n° sp. « Expérience et critique du monde psy », Politix, 73, 2006, 256 p.
  • Avec V. Rabeharisoa, « Les transformations croisées du monde “psy” et des discours du social », Politix, ibid., p. 9-22.
  • « L’attivita technica », dans Il senso degli oggetti technici, A. Mattozi (éd.), Rome, Meltemi, 2006, p. 315-350.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Dodier, « Sociologie de la santé et du monde médical », Annuaire de l’EHESS,  | 2007, 434-436.

Référence électronique

Nicolas Dodier, « Sociologie de la santé et du monde médical », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2007, mis en ligne le 15 avril 2015, consulté le 19 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18257

Haut de page

Auteur

Nicolas Dodier

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals