Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Philosophie et épistémologie

Philosophie de l’action

Vincent Descombes
p. 439-441

Entrées d’index

Index thématique :

Philosophie et épistémologie
Haut de page

Texte intégral

Vincent Descombes, directeur d’études

Le sens social d’une action

1Cette année, le séminaire a porté sur la manière dont on pouvait éclairer plusieurs questions classiques de philosophie sociale en faisant appel à la philosophie contemporaine de l’action. Les questions suivantes ont été abordées.

  1. Sociologie formelle ou sociologie historique ? La sociologie formelle distingue plusieurs formes de socialité (par exemple, les formes de dépendance mutuelle selon qu’elles résultent d’un rapport de Gesellschaft et d’un rapport de Gemeinschaft). Ce travail de distinction explique pourquoi une question eidétique sur le social (qu’est-ce que le social ? qu’est-ce qui fait la socialité d’une action ?) reste vide parce qu’indéterminée. Or ces distinctions formelles sont toujours élaborées en vue d’élaborer une sociologie historique dont l’objet est la transition qui nous a fait passer des formes traditionnelles de vie commune à la modernité.
  2. La modernité est-elle synonyme de rationalité ? Plusieurs écoles philosophiques ont repris l’analyse de Max Weber : la dynamique occidentale serait un processus de rationalisation. Toutefois, cette description achoppe sur un obstacle conceptuel : notre idée du rationnel s’est dédoublée depuis le XVIIIe siècle. Nous comprenons la rationalité, tantôt comme le trait d’une conduite efficace, bien adaptée (raison égoïste), tantôt comme une impartialité permettant de dépasser les particularités contingentes d’un point de vue personnel dans une vue universellement valide (raison impersonnelle). Pour surmonter l’impasse des théories de la rationalisation, nous avons proposé d’assumer le diagnostic de Castoriadis (cette impasse est celle d’un « individualisme rationaliste ») et de chercher le remède dans une critique de la notion commune de rationalité pratique.
  3. Qu’est-ce qui constitue la rationalité d’une action humaine ? Il est essentiel à une action humaine d’être imputable à quelqu’un, et de lui être imputable comme son action, celle dont il sait que c’est la sienne. On peut donc dire que l’action humaine comporte nécessairement une face subjective. Comment une action peut-elle être tout à la fois subjective et rationnelle ? Nous avons commenté quelques textes dans lesquels Hegel développe une dialectique du point de vue subjectif sur l’action rationnelle (Principes de la philosophie du droit, §§105-140). Nous avons ensuite cherché une réponse en confrontant plusieurs analyses du syllogisme pratique : l’analyse scolaire traditionnelle, qui en fait l’application au cas particulier d’une norme générale, l’analyse critique qui rejette l’idée même du syllogisme pratique comme reposant sur une confusion (H. Kelsen), l’analyse aristotélicienne qui voit dans le syllogisme pratique la forme de la délibération (E. Anscombe). Cette dernière analyse fait ressortir le trait décisif : le raisonnement pratique, à la différence du raisonnement théorique, est un raisonnement en première personne. Il va de soi qu’ainsi comprise, la rationalité pratique n’a rien de spécifiquement moderne.

Publications

  • « Un Itinéraire philosophique. Entretien avec Vincent Descombes », Esprit, juillet 2005, p. 150-167.
  • « Edmond Ortigues et le tournant linguistique », L’Homme, 175-176, juillet-décembre 2005, p. 455-474.
  • « La conscience sans limites », Critique, 702, novembre 2005, p. 870-879.
  • « Cosa resta della filosofia di Sartre » (entretien avec Jacques Bouveresse), MicroMega, 6, 2005, p. 55-65.
  • « The Philosophy of mind », Journal of European Psychoanalysis, 1, 2005, p. 3-22.
  • « The Quandaries of the referent », dans Theory’s Empire : an anthology of dissent, D. Patai et W. h. Coral (éds), Columbia University Press, 2005, p. 176-189.
  • « Rationalism », dans The Columbia History of Twentieth-Century French Thought, L. D. Kritzman (éd.), Columbia University Press, 2006, p. 317-319.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vincent Descombes, « Philosophie de l’action », Annuaire de l’EHESS,  | 2007, 439-441.

Référence électronique

Vincent Descombes, « Philosophie de l’action », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2007, mis en ligne le 15 avril 2015, consulté le 19 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18262

Haut de page

Auteur

Vincent Descombes

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals