Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Signes, formes, représentations

Histoire et anthropologie de l’affectivité. Affects et représentations dans l’Europe moderne

Giovanni Careri
p. 454-455

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Giovanni Careri, maître de conférences

1Faisant suite aux travaux de l’année dernière, nous avons poursuivi nos recherches sur la question de l’assujettissement et de la subjectivation à l’époque moderne, en gardant la Chapelle Sixtine au cœur de notre intérêt. L’analyse du Jugement dernier, nous a permis de dégager le champ de force où s’exercent la force extérieure du jugement du Christ et la force Intérieure du jugement de soi. La configuration aspectuelle de la fresque implique un observateur en état d’attente : l’attente du déroulement du processus à peine déclenché par le geste du Christ, mais aussi, l’attente « accélérée » de son propre jugement.

2Dans son commentaire de l’Épître aux Romains de saint Paul, Giorgio Agamben définit le temps messianique paulinien comme « un temps qui se contracte et qui commence à finir, le temps qui reste ». Notre analyse du Jugement dernier de Michel-Ange l’a conçu comme un dispositif pictural efficace de contraction de ce temps résiduel.

3L’organisation bipôlaire et morphogénétique des corps disposés autour de la matrice posturale du geste du Christ associe le mouvement d’élévation ou de chute à la transformation par ressemblance ou par dissemblance avec le Seigneur. Dans la partie médiane de la fresque, le conflit des forces est le plus intense et on peut décrire, en accord parfait avec la théologie, les postures des anges qui aident les élus à monter et repoussent les damnés, comme les formes qui figurent la force qui émane de la volonté du Christ. À l’extrémité supérieure du Jugement dernier se situent les formes les plus ressemblantes au corps glorieux du Christ, à l’extrémité inférieure droite les plus dissemblantes. La figure de Minos est le pôle attractif négatif dans ce champ de forces.

4Cependant, si le champ de forces que nous venons de décrire était le seul actif dans la fresque, nous aurions affaire à une dynamique qui exclut totalement d’autres volontés et d’autres forces à part celle du Christ. Or la singularité du Jugement de Michel-Ange est d’attribuer à l’homme une volonté qui, tout en étant exposée et soumise à la volonté du Christ conserve une marge d’autonomie. La situation paradoxale de cette volonté, libre et soumise à la fois, doit être comprise en termes d’adéquation entre le jugement du Christ et le jugement de sol. Le premier doit être compris selon la catégorie de l’assujettissement, le deuxième selon les termes d’une subjectivation ultime.

5Nous avons repris l’étude de la constellation de figures déployées autour des Livres des vies exhibés par les anges dans la mesure où elle exprime ce délicat équilibre entre assujettissement et subjectivation. Nous avons ensuite introduit dans notre analyse des éléments nouveaux, tous destinés à établir un lien entre la conception du temps et de l’histoire présentée par la fresque et d’autres parties de la Chapelle Sixtine. Nous nous sommes notamment arrêté sur le cycle des Ancêtres du Christ qui constitue une zone de frontière et le temps de l’histoire chrétienne et celui, désormais hors de l’histoire, du peuple hébreu. Cela nous a permis d’entamer une réflexion sur le statut des corps de ces figures énigmatiques de la transmission secundum carnem.

6Un mois de séjour à l’Université de Johns Hopkins nous a permis de présenter l’ensemble de nos recherches sur La Jérusalem délivrée ainsi que les nouvelles hypothèses à propos du Jugement Dernier. Le séminaire a accueilli Raindert Falkenburg de l’Université de Leiden, Alexander Nagel du Center for Adavanced Studies in Visual Arts de Washington et Paolo Fabbri de L’Université de Venise (IUAV).

Publications

  • « Iconologie et interprétation des images », Dictionnaire des idées, Encylopædia Universalis, Paris, 2005 p. 404-407.
  • « La natura morta i les seves operacions », Natures silencioses, collection Ordones-Falcon de Fotografia, G. Picazo (éd.), Centre d’art la Panera, 2006, p. 22-33.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Giovanni Careri, « Histoire et anthropologie de l’affectivité. Affects et représentations dans l’Europe moderne », Annuaire de l’EHESS,  | 2007, 454-455.

Référence électronique

Giovanni Careri, « Histoire et anthropologie de l’affectivité. Affects et représentations dans l’Europe moderne », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2007, mis en ligne le 15 avril 2015, consulté le 24 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18280

Haut de page

Auteur

Giovanni Careri

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals