Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Signes, formes, représentations

Anthropologie de l’écriture

Béatrice Fraenkel
p. 460-461

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Béatrice Fraenkel, directrice d’études

Actes d’écriture. Théorie de la polygraphie

1La notion de « chaînes d’écriture » a été cette année au centre du séminaire, faisant suite au travail de repérage d’actes d’écriture typiques (copier, décrypter, transcrire, etc.) dont nous avions décrit, l’an dernier, les transformations historiques et la diversité actuelle des formes et des significations.

2La notion de « chaînes d’écriture » répond au souci de ne pas hypostasier un acte en particulier, coupé de tout autre et surtout de ne pas traiter l’acte d’écriture comme un acte de parole. Comment rendre compte des spécificités temporelles et spatiales de l’énonciation écrite qui s’incarne dans des « objets d’écriture » susceptibles de transmission et d’affichage ?

3Situer chaque acte d’écriture dans une chaîne est une des réponses à cette question. Nous avons distingué quelques grands types de chaînes : exégétiques, topographiques, cinétiques et pragmatiques en nous appuyant sur des cas précis.

4Les chaînes exégétiques sont exemplaires à plus d’un titre puisqu’elles articulent aux enjeux dogmatiques la transmission des textes sacrés par la copie et l’élaboration de formes graphiques, de mise en page et en livre. Chaque élément de la chaîne est à la fois reproduction et actualisation par l’écriture, du texte et des savoirs sur le texte, chaque manuscrit porte les marques (signatures, commentaires) de sa fabrication à un moment donné.

5En proposant la notion de chaînes « topographiques », nous avons cherché à construire une notion parallèle à celle de chaînes exégétiques. Partant d’un texte de l’abbé Grégoire (1794) sur la réforme des « dénominations topographiques » de la ville de Paris, nous avons consacré plusieurs séances du séminaire à l’analyse d’actes d’étiquetage de l’espace urbain conçus comme des actes contrôlés de dispersion de signes. La toponymie, la signalétique, la numérotation en sont autant d’exemples. La lecture d’Halbwachs, en particulier le chapitre « La mémoire collective et l’espace » dans La mémoire Collective (1950) et La Topographie légendaire des Évangiles (1941), s’est avérée essentielle pour problématiser le lien entre chaînes de transmission et de conservation des écrits dans la ville et politique de panneautage, de marquage de l’espace urbain.

6La figure instable d’un lecteur des signes urbains, citoyen ciblé par les éducateurs du peuple ou pèlerin voyageur, nous a amené à poser l’existence de chaînes cinétiques créées par les parcours. Il s’agit autant d’actes d’écriture posés dans la ville lors de déambulations plus ou moins organisées, plus ou moins contestataires que d’écrits lus, perçus, déchiffrés par les passants.

7L’étude de l’ouvrage de K. Stierle, La capitale des signes. Paris et son discours (tr. fr. 2001), a marqué un tournant dans le séminaire. L’analyse historique des modes de déambulations à partir des descriptions littéraires, la mise en évidence d’une construction du regard au travers des genres comme les « Tableaux », permet à Stierle de poser la thèse d’une transformation des capacités perceptives des promeneurs liée tout autant aux discours qu’aux équipements urbains.

8Un atelier méthodologique organisé avec Claire Bustarret (ITEM-CNRS) a permis de poursuivre le dialogue engagé depuis trois ans avec les disciplines érudites. Interventions de J.-J. Glassner (CNRS), Marc Smith (École des Chartes), P. Judet de la Combe, E. Jacquemot, Yolaine Escande (CNRS). Les contributions de D. Pontille (CNRS) sur les signatures scientifiques et de P. Artières (CNRS) sur les écrits de Solidarnosc ont marqué des pauses ouvrant sur des perspectives de recherche en cours.

9Les travaux menés en séminaire ont accompagné la mise en place du programme de recherche « Écologie et politique de l’écriture » (codirigé avec C. Licoppe, ENST) soutenu par l’Agence nationale pour la recherche pour 2006-2008.

Publications

  • « Le moment de la signature dans le travail de l’huissier de justice : une performativité située », dans Sociologie du travail et activité, A. Bidet et al. (éds), actes du 1er Congrès de l’Association française de sociologie, Université Paris-XIII, 24-27 février 2004, Toulouse, Octares, 2006, p. 101-112.
  • Avec D. Pontille, « La signature au temps de l’électronique », dans « Impostures », Politix, 74, 19, 2006, p. 103-121.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Béatrice Fraenkel, « Anthropologie de l’écriture », Annuaire de l’EHESS,  | 2007, 460-461.

Référence électronique

Béatrice Fraenkel, « Anthropologie de l’écriture », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2007, mis en ligne le 15 avril 2015, consulté le 17 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18287

Haut de page

Auteur

Béatrice Fraenkel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals