Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Signes, formes, représentations

Poétiques et politiques en Europe

Philippe Roger
p. 462-463

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Philippe Roger, directeur d’études

Ce que sait le roman (II) : du Naturalisme au « roman idéologique »

1La réflexion historique et théorique engagée l’année précédente sur la notion d’un « savoir » propre au roman s’est poursuivie autour de deux corpus : celui des romans et nouvelles qui se rangent sous la bannière du Naturalisme ; et celui des récits qui, de Bourget à Barrès, ont parfois été rassemblés sous le label du « roman à thèse ». Ces deux ensembles sont rarement confrontés : ils sont pourtant largement contemporains et concurrentiels, les seconds faisant des premiers leurs cibles privilégiées. Mais le rapport qu’ils entretiennent n’est pas seulement fort ; il s’avère, à l’examen, complexe, irréductible à une simple « réaction ». Par-delà l’évident antagonisme idéologique entre, d’un côté, une école naturaliste dominée par le progressisme, le scientisme et le dreyfusisme de Zola, et, de l’autre, le monarchisme et le néocatholicisme de Bourget (Le Disciple, L’Étape) ou l’apologie barrésienne de l’enracinement, ces univers fictionnels si différemment colorés présentent pourtant des traits communs : même prétention au « document », même propension à la description quasi clinique (Bourget « psychologue » ne se croyant pas moins scientifique que Zola émule de Claude Bernard), même goût de l’indice sociologique, même croyance à une vérité du terrain – que ce terrain soit la mine où descend Zola pour Germinal ou la campagne boulangiste transposée par Barrès dans L’Appel au soldat ; vérité qui sera, dans les deux cas, catalysée par l’idée ou la doctrine. Ce serait, en somme, sur fond d’épistémologie romanesque partagée que ces œuvres déploieraient leurs antagonismes. Entre un Naturalisme qui assujettit le « document » à un « programme » préétabli et un « roman à thèse » souvent moins monologique qu’il n’est décrit dans l’étude de référence de Susan Suleiman (ainsi L’Appel au soldat, directement issu de l’engagement de Barrès dans le boulangisme, est-il paradoxalement plus complexe et polylogique que Les Déracinés), on s’est intéressé à la catégorie forgée par Barrès pour décrire sa première trilogie, antérieure aux « romans nationaux » : « l’idéologie passionnée » ferait ainsi, selon le Barrès de 1892 (examen des trois romans idéologiques) le trait distinctif d’une génération « dégoûtée [...] de tout peut-être, hors de jouer avec des idées ». Manière de dire aussi que le centre de gravité des débats sur le roman et ses pouvoirs, au tournant des XIXe et XXe siècles, doit moins être cherché dans des querelles entre « écoles » littéraires en compétition que dans l’émulation fascinée suscitée par les œuvres, non romanesques, des deux maîtres avoués ou reniés : Taine et Renan, inlassablement convoqués (y compris au titre de personnages) par les romans de la fin du siècle.

2Communications ou conférences : « Tableau contre tableaux : le dénigrement de la peinture chez L.-S. Mercier », Journée « Louis-Sébastien Mercier », LVIIe Congrès de l’Association internationale des études françaises, École normale supérieure, juillet 2005 ; « Napoléon Bonaparte : un empereur dans la République des lettres », Congrès de la Society fror French Studies (Royaume-Uni et Irlande), Leeds (Grande-Bretagne), juillet 2005.

3D’autres interventions ont prolongé une recherche antérieure sur l’antiamé-ricanisme français : « French exceptionalism », colloque « Anti-Americanism in Europe », Princeton (New Jersey), octobre 2005 ; « Myths, Values and the Myth of Values », President’s Conference for the Advancement of Scholarship : « France and the Unites States : Anatomy of a Long Alliance », American University of Paris, mai 2006 ; « “Et là, pas d’Opéra” : la démocratie américaine comme tombeau des arts de Brissot à Baudelaire », colloque « De la démocratie en Amérique : Arts, sciences et politique entre la France et les États-Unis, 1776-1865 », musée du Louvre, juin 2006.

Publications

  • « Sade immoral et “impolitique” », Morales et politiques, actes du colloque international organisé par le Groupe d’étude des moralistes, textes réunis par J. Dagen, M. Escola et M. Rueff, Paris, Honoré Champion, 2005, p. 190-207.
  • « L’antiaméricanisme entre les deux guerres », dans Concordance des temps, sous la dir. de J.-N. Jeanneney, Paris, Nouveau Monde Éd., 2005, p. 273-293.
  • « Tableau contre tableaux : la querelle des images selon Louis Sébastien Mercier », Cahiers de l’Association internationale des études françaises, 58, mai 2006, p. 121-140.
  • « La Révolution française et la justice, ou le second exil d’Astrée », dans Justice, Liberté, Égalité, Fraternité : sur quelques valeurs fondamentales de la démocratie européenne, sous la dir. de O. Inkova, Institut européen de l’Université de Genève, Euryopa, mai 2006, p. 13-29.
  • Entrée « Critique » pour The Columbia History of Twentieth-Century French Thought, sous la dir. de L. Kritzman, New York et Chichester, Columbia University Press, 2006, p. 694-697.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Roger, « Poétiques et politiques en Europe », Annuaire de l’EHESS,  | 2007, 462-463.

Référence électronique

Philippe Roger, « Poétiques et politiques en Europe », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2007, mis en ligne le 15 avril 2015, consulté le 23 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18288

Haut de page

Auteur

Philippe Roger

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals