Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Signes, formes, représentations

Lire

Daniel S. Milo
p. 470-471

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Daniel S. Milo, maître de conférences

Le trop et le cerveau

1Année de grâce ! Un séminaire qui en plus de quinze ans d’existence tourne autour de la problématique du possible et de l’abondance commence enfin à faire sens. L’Oméga – trop – vient de trouver son Alpha : l’homéostasie. « Homéostasie » : la capacité qu’a un organisme de maintenir dans un état stable, autour d’une valeur d’équilibre, certaines de ses variables internes (température, pression artérielle, composition chimique), malgré les variations du milieu extérieur. La constance du milieu intérieur (Claude Bernard) est pour tout ce qui vit une condition nécessaire. La grande vérité qui sous-tend le tout : le vivant est allergique au changement ; a fortiori le non-vivant. Vie, inertie et homéostasie, même combat.

2Une fois son ontogenèse achevée, un organisme a tout intérêt à ne point changer. « Changement » : un stimulus extérieur ou intérieur hors les limites de la gamme tolérée par le système, et qui active les mécanismes de défense. (Set point, gain, perturbations.) Dame Nature est conservatrice et réactive. Pour conserver l’existant elle réagit violemment ; elle dégaine la grosse artillerie.

3Comme s’il pouvait en être autrement ! La biomasse (somme totale des organismes vivants) occupe un milliardième de la Terre. Soit la dérisoire rareté du vivant, sur et sous terre, en l’air et dans les mers. Qu’on se le dise : ici-bas, il est infiniment plus probable de ne pas être que d’être. Pour celui qui accomplit le miracle, « To Be Is To Be OK ». Au niveau micro, un échec homéostatique signe l’arrêt de mort de la cellule, du tissu, de l’organe, de l’organisme. On fait toute une histoire des mutations, or celles-ci sont l’exception qui confirme la règle : On ne change pas une équipe qui gagne.

4La courroie de transmission entre l’évidence naturelle et l’humaine condition a elle aussi été découverte : l’histoire de l’Homo sapiens est celle de la lente transmutation de l’inconnu, qui de létal devient intéressant. Protégé, vacciné, couvé, ses gîte et couvert assurés, un homme peut s’adonner en toute impunité à la curiosité et au tourisme. Ce processus date d’il y a un million d’années, quand, dressé sur ses pattes postérieures, Homo erectus commençait à découvrir le potentiel infini de ses pattes antérieures (les futures mains). Mais comme dans tant d’autres domaines, l’accélération géométrique de ce dernier siècle signifie que le divorce homme/nature n’est pas loin d’être consommé. Le jour viendra où, pour rester naturelle, la nature elle-même aura besoin de l’homme. (Une récente affiche de la Mairie de Paris prévient que « le nourrissage rend les oiseaux sauvages dépendants de l’homme »...)

5Voici, pour finir, quelques-uns des thèmes destinés à jalonner notre séminaire pour longtemps : l’homme en tant qu’animal délégant ; le chômage néocortical ; le « moi » systémique ; la vigilance permanente et la tolérance différentielle (la cognition comme jeu d’équilibriste entre concentration et déconcentration) ; l’aristocratie neuronale ; la stabilité (équilibre dynamique) à l’Intérieur d’une fourchette ; feedback et feed-forward ; le Mere Exposure Effect (l’inconscient a une préférence prononcée pour le connu) ; la schizophrénie cérébrale ; néoténie et altricialité secondaire ; Bilateria, bipédie et sapiens. Les années à venir devront de ces pièces faire puzzle, sous l’égide du cerveau égoïste.

Publications

  • Site Internet www.toomuch.us.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Daniel S. Milo, « Lire », Annuaire de l’EHESS,  | 2007, 470-471.

Référence électronique

Daniel S. Milo, « Lire », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2007, mis en ligne le 15 avril 2015, consulté le 19 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18298

Haut de page

Auteur

Daniel S. Milo

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals