Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Linguistique, sémantique

Linguistique chinoise : histoire de la langue et de ses représentations

Alain Peyraube
p. 474-476

Entrées d’index

Index thématique :

Linguistique‚ sémantique
Haut de page

Texte intégral

Alain Peyraube, directeur d’études

Temps et aspect dans la diachronie du chinois (avec Redouane Djamouri, chargé de recherche au CNRS)

1Au cours de l’année écoulée, la question du temps et de l’aspect a été traitée. Les notions de temps (déictique) et d’aspect (non déictique) ont d’abord été étudiées. Trois ensembles notionnels ont été identifiés, en reprenant les analyses de David Cohen et de Gilbert Lazard : 1) le temps du locuteur, partagé entre passé et futur par le moment de l’énonciation ; 2) l’aspect proprement dit, i.e. l’opposition entre accompli et inaccompli, en distinguant deux phases, celle du déroulement du procès et celle où il est achevé ; 3) diverses notions (télique/atélique, ingressif, inchoatif, continuatif, etc.) qu’on considère souvent comme aspectuelles, mais qu’il vaut mieux ranger sous la rubrique des « modes de procès ».

2L’origine et l’évolution de la particule aspectuelle liao/le, qui exprime l’accompli, a ensuite été abordée. Il a été montré que l’absence de marqueur aspectuel pour l’accompli n’empêchait pas le chinois archaïque (classique) d’exprimer clairement l’accomplissement de l’action, en recourant à des adverbes ou particules. Mais c’est d’un verbe, le verbe liao « finir, achever », qu’est issue la particule aspectuelle de l’accompli le, couramment utilisée aujourd’hui en chinois contemporain. Cette dérivation est intervenue au sein d’expressions verbales en série du type « Verbe 1 + Objet1 + Verbe2 », courantes dès le VIe siècle de notre ère, où le verbe liao « finir » occupait la position V2, par un processus classique de réanalyse-grammaticalisation qui a vidé le verbe de son sens lexical plein pour en faire une particule. On peut dater l’origine du marqueur aspectuel le du IXe ou Xe siècle de notre ère. Auparavant, plusieurs autres verbes synonymes, mais ayant tous le sens de « finir » pouvaient occuper cette position V2 : yi, ji, jing, bi. Un processus d’unification lexicale est donc d’abord intervenu, qui a imposé le verbe liao comme seul candidat possible pour occuper la place de V2 dans la série verbale.

3L’origine et l’évolution de la particule aspectuelle zhe, qui exprime à la fois le continuatif, le progressif et le duratif, ont aussi été analysées. L’aspect duratif pourrait avoir été marqué en chinois archaïque (Ve-IIe siècles avant J.-C.) par un suffixe *-n hérité du sino-tibétain. Zhe est aussi couramment utilisé à l’époque, mais c’est toujours un verbe et non une particule. Ce verbe a une douzaine de sens, et il n’est pas toujours aisé de les relier les uns aux autres. Un de ces sens « être attaché à », « adhérer à » peut toutefois être considéré comme central et prototypique. Il est certainement à l’origine du zhe qui signifie « être situé à », « se trouver à », qui a donné à son tour la préposition locative zhe « à », dès le Ve siècle de notre ère, toujours par un mécanisme classique de grammaticalisa-tion qui a transformé un verbe en préposition. C’est ensuite, à partir de cette préposition « à », que quelques siècles plus tard, au XIIe ou XIIIe siècle, la particule aspectuelle zhe du duratif, d’abord, du continuatif ensuite, a été dérivée.

4Ces recherches liées au séminaire ont été présentées à l’étranger lors de plusieurs conférences et colloques internationaux : à Budapest, en janvier 2006, lors du 4e congrès de l’Association européenne de linguistique chinoise ; à l’Institut de linguistique de l’Académie des sciences sociales à Pékin, à l’Université du Henan à Zhengzhou (Chine) et à l’Université du Zhejiang (Hangzhou, Chine) en avril 2006 ; à l’Academia Sinica de Taiwan en mai 2006 lors du 14e congrès de l’Association internationale de linguistique chinoise, enfin à l’Université de Pékin en juin 2006.

5Plusieurs conférenciers invités sont enfin intervenus dans le cadre du séminaire : Charles N. Li (Université de Californie à Santa Barbara), Cao Guangshun (Institut de linguistique de l’Académie des sciences sociales de Chine), Sharon Yu (Université de Californie à Santa Barbara, États-Unis), Wu Fuxiang (Institut de linguistique de l’Académie des sciences sociales de Chine).

Publications

  • « Comment classer les langues ? », dans Aux origines du langage et des langues, sous la dir. de J.-M. Hombert, Paris, Fayard, 2005, p. 328-345.
  • « L’homme aux six mille langues », dans Aux origines du langage..., ibid., p. 450-461.
  • « Avancées récentes en linguistique et enseignement du chinois », dans Enseigner le chinois, Paris, Actes de la DESCO, Ministère de l’Éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche, 2005, p. 51-59
  • Avec Bai Gang, Jean Lévi, Liu Chaoying et Qi Chong, Discours du Qi – Texte historique de la Chine pré-impériale, Lyon, ENS-Éditions, 2005, 175 p.
  • « Humanoria skal ikke have saerstatus – Tanker orm humanioras status o grolle i det europaeiske forskningsrum », Magasinet Humaniora, 2, 2006, p. 12-15.
  • « On the history of some adverbs of scope and quantity in Chinese », dans Studies in Chinese language and culture, sous la dir. de C. Anderl et H. Eifring, Oslo, Hermes Academic Publishing, 2006, p. 269-283.
  • « Motion events in Chinese : a diachronic study of directional complements », dans Space in languages : linguistic systems and cognitive categories, sous la dir. de M. Hickmann et S. Robert, Amsterdam, John Benjamins, 2006, p. 121-138.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Peyraube, « Linguistique chinoise : histoire de la langue et de ses représentations », Annuaire de l’EHESS,  | 2007, 474-476.

Référence électronique

Alain Peyraube, « Linguistique chinoise : histoire de la langue et de ses représentations », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2007, mis en ligne le 15 avril 2015, consulté le 20 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18301

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals